Dans la tête d’une mère de famille nombreuse…

Un jour, quelque part, j’ai du me lancer le défi débile de ne jamais avoir une vie comme tout le monde… J’ai du perdre un pari ou je sais pas, et depuis, je suis obligée de coller du chaos partout, surtout quand tout semblait aller pour le mieux!
Ma vie a d’abord été une longue bataille, juridique et psychologique essentiellement. Je n’ai jamais su faire dans la mesure, je n’ai jamais su faire les choses sans lutter pour y parvenir, sans me déchirer intérieurement, sans aller jusqu’au bout, dans la peine et dans le sang s’il le faut.
C’est ainsi que j’ai eu mes diplômes, en fonçant tête baissée, en me stressant comme personne, en me foutant une pression monstrueuse qui m’empêchait de dormir et qui me faisait pleurer au moindre écart.
Je ne sais pas vivre sereinement, je crois que je ne suis pas un modèle d’humain serein, nan, moi je suis le modèle « bélier », qui fonce et qui réfléchit après et qui se donne des objectifs que tout le monde croit perdu d’avance.

Après la naissance de MissCouette, je commençais à trouver un équilibre, à me sentir en phase avec moi-même, à m’organiser… Là je pense qu’une alarme rouge et tonitruante s’est allumée dans mon cerveau et a hurlé « mais nan putain, on a dit PAS D’ORDRE!! On a dit PAS DE VIE SIMPLE ET NORMALE! Bon, trouvons un moyen simple et rapide pour refoutre un peu de chaos là dedans avant que ça devienne définitivement trop facile et coulant… Tiens, une grossesse, c’est bien ça, une grossesse! Allez, hop, un mioche de plus dans les pattes, ça va lui faire les pieds! »
Et puis comme j’ai du donner l’impression de pas super bien gérer la naissance de ma troisième fille, l’alarme rouge a du retentir à nouveau pour dire « Hey les gars, on est bon là! On a trouvé le filon, envoyons lui en un autre, ça va l’achever! On va ajouter des déménagements, des travaux et tout et elle va plus pouvoir se relever, c’est cool, yo! »
Et effectivement, passer de 2 enfants à 4 enfants en un an, c’est un véritable tremblement de terre assorti d’un tsunami apocalyptique!

Ma vie ressemble désormais à un champ en friche… C’est le chaos! Voilà qui doit ravir celui contre lequel j’ai perdu un pari dans une autre vie. Un chaos joyeux, riche, épanouissant et heureux! Mais un chaos impossible à maîtriser et qui prend toute la place.
J’étais partie pour être mère célibataire d’une petite fille… Et me voilà mariée avec 4 gosses. MARIEE. Avec QUATRE GOSSES!
Je ne cherche même plus à comprendre comment j’en suis arrivée là. Le pire c’est qu’évidemment, ça me plait… Je ne serai plus jamais sereine de ma vie entière, l’organisation ne fera sans doute plus jamais partie de mon vocabulaire, mais je suis heureuse, entourée par ma petite troupe.
Ils sont beaux mes enfants, ils sont sympa, doux, adorables, rigolos.
Je ressens une étonnante chaleur agréable et douce quand ils sont tous autour de moi. Rien ne me plait plus que les week-ends, quand on est tous ensemble et que l’on prend une heure ou deux à faire rien, juste tous vaquer à une occupation quelconque et sans trop d’intérêt et à s’observer faire rien tous ensemble…

J’ai encore du mal à réaliser que cette ribambelle est à moi… Pris individuellement, ça va, je sais que chaque enfant est le mien, mais les voir ensemble, ça me fait toujours un drôle d’effet, comme si mon cerveau n’arrivait pas à les surveiller tous à la fois et je passe mon temps à mentalement les compter pour être sûre qu’il n’y en a pas un de trop ou un qui manque.

C’est à se demander si je n’ai pas créé ce joyeux bordel pour satisfaire mon cerveau avide de mouvement permanent. J’ai transformé la lutte douloureuse contre les démons du passé par une famille nombreuse.
Je n’ai jamais su vivre simplement, il m’a toujours fallu un but, une guerre à mener, un combat à gagner. Je crois que j’ai transformé ce besoin sombre en une réalité toute gaie, une ribambelle d’enfants tous plus adorables les uns que les autres. Et mes nouveaux challenges sont positifs aussi, même si empreints d’une immense responsabilité: faire de ce petit monde des enfants puis des adultes heureux et épanouis. Etre une mère correcte, les accompagner dans leur vie, dans leurs ambitions, dans leurs peines et leurs joies. Etre là pour chacun. Donner des câlins à la pelle, réparer les bobos à coup de bisous magiques, écouter les charabias souvent insensés, raconter des histoires par centaine, dispenser de l’amour par milliers de tonnes…

A croire que j’étais faite pour ça, avoir plein de mômes… Je ne sais pas si je suis une bonne mère ni même si je suis ne serait-ce que correcte… Ce qui est certain en revanche, c’est que ma petite famille me comble. Ils m’oppressent parfois, mes gamins, mon mari, parce qu’à la base, mon nom c’est Liberté, et j’en ai perdu un sacré morceau en me laissant envahir par ces petites têtes blondes… Mais je ne pourrais plus me passer d’eux. Ils sont ma vie désormais. Une vie toujours aussi chaotique mais tellement TELLEMENT joyeuse et heureuse!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

24 Discussions on
“Dans la tête d’une mère de famille nombreuse…”
  • Ha comme j’ai aimé ce billet !
    Parce qu’il est bien écrit, parce qu’il est honnête, parce qu’il est plein d’amour et d’énergie : oui.
    Et aussi parce que je me suis sentie beaucoup moins seule, tiens. Ce côté : « pile quand tout semble en équilibre, faut toujours que je te remette un coup de pieds dedans pour que ce soit le bordel, » c’est un bon résumé de ma vie à moi aussi. Mon mari est pareil, je n’ai donc aucune chance de maîtriser la chose.
    Moi quand tout commençait à s’installer « bien comme il faut », j’ai hésité entre un autre bébé, reprendre mes études ou créer ma boîte. J’ai opté pour la boîte, j’étais contente : quel beau bordel que ma vie !
    Mais tu vas voir, dès que ma boite sera stable et moi, bien installée dans tout ça : j’imagine que je vais trouver rigolo de tomber enceinte ET/OU de reprendre mes études…
    J’y peux rien : le « bien comme il faut » ça doit m’angoisser, c’est pas mon truc peut-être…
    Et je le vis bien parce que, comme toi : je l’adore cette  » vie toujours aussi chaotique mais tellement TELLEMENT joyeuse et heureuse! »
    Alors bon vent à toi et je te souhaite de belles années de chaos ! 😉

    • Merci Marie, ton commentaire me touche énormément!! 🙂
      Je te souhaite également de continuer sur ce chemin qui est le nôtre, le chaos…
      Tu sais que je me pose la question de reprendre mes études maintenant que Pépin va à la crèche (ca fait une semaine donc…) 🙂 🙂 🙂

  • Je te tire mon chapeau, parce que maman de 4 enfants c’est wahou!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    je ne sais pas si j’en aurais un autre un jour, je ne sais pas si je suis une bonne mère, disons que je fais ce que je peux.Je crie beaucoup par contre, et j’ai trop de boulot ca c’est sûr…en tout cas j’adore suivre le fil de ta vie ici et j’adore votre famille!

  • Comme ton billet me parle. Chez nous aussi, on est passé de 2 à 4 beaucoup trop rapidement, et je pense que c’est pour ça qu’on a du mal à réaliser qu’ils sont bien tous à nous !, et comme toi, un de mes moments préférés, c’est quand on est tous les 6 à la maison, juste bien, tous ensemble. Bravo pour ton joli parcours de vie, tu me parais très courageuse 😉

  • (je suis perturbée par le captcha antispam en lettre et qu’il faut répondre en chiffre)

    Merci pour ce billet qui me remonte le moral. Tout simplement parce que tu arrives parfaitement à mettre en balance le fait qu’il y a des phases difficiles et en même temps un grand bonheur.

  • Très joli article, je suis fille unique, je veux deux enfants, mon mari trois, on est pas encore décidés. lol Je ne me sens pas le courage d’en avoir 3 alors 4 wahou, respect! 🙂

  • Je suis toujours sur le fil ce qui a le don d’exaspérer Zozo qui me trouve trop laxiste, notamment avec les enfants mais ça me donne un semblant de maitrise que je n’ai pas je pense au fond. Et pareil quand tout semble être en équilibre, il y a toujours un truc, qui vient le plus souvent de moi, et qui balaye tout ce qui avait été fait avant. Je la sens comme ça cette année d’ailleurs. L’important c’est que nous on s’y retrouve

  • Je me retrouve beaucoup dans ton billet.
    Ha les compter…
    Se dire… mais ils sont à moi tous ces beaux enfants ?
    🙂

    Et toujours des projets, des projets…

    C’est chouette

    Oui la liberté en prend un coup
    et puis la fatigue… c’est vraiment trop dingue ça.

    Le linge, la cuisine à ranger trop souvent.

    C’est tellement chouette quand même.

  • Quel joli billet!
    C’est sur que 4 enfants, ca doit etre un joyeux bazar, parce que chez moi rien qu’avec trois c est deja le cas 😉
    Je pense que tu as raison de ne pas te laisser aller a l’ennui. La vie est tellement courte, il faut la vivre vraiment…
    Tes enfants sont beaux… ils se ressemblent tant tout en etant si differents! Quelle jolie tribu.

    Bonne journee

  • Je me reconnais!!!! vous avez sut mettre des mots!!!! je n’ai que 3 enfants mais c’est aussi un joyeux bazar à la maison!!!! et j’adore ça!!!!
    Merci pour ce joli texte!!!!
    Carine

  • Rolalala que ce billet m’a fait rire….
    J’étais venue faire un tour pour tes billets sur ww et je tombe là dessus….
    Je crois qu’on a fait le même pari…. mais comme toi j’ai perdu mdr
    En trois ans, trois filles et pour couronner le.tout une trisomie détectée après la naissance….. et comme maintenant ca devenait plus simple zouuu nous sommes devenus famille d’accueil….
    Mais que j’aime ma vie…..

    • 😀
      Merci d’être tombée dessus. Du coup je l’ai relu et ça m’a fait tout drôle! Un an après, ils me rendent toujours aussi folle et toujours aussi heureuse! (Mais je devrais me méfier parce que l’organisation commence à refaire partie de mon quotidien! ^^)

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


sept − = six