Gros corps malade

Il y a mon corps, ce gros machin. Et il y a la représentation que j’ai de mon corps, qui ne correspond pas du tout à ce que je vois dans le miroir.
Soit je me vois mille fois plus grosse que je ne suis. Soit je peine à réaliser que j’ai tant grossi.

Je n’ai pas toujours été grosse. Jusqu’à mes 23 ans, j’étais même mince, du moins parfaitement « dans la norme », pas de kilos en trop, rien… Avec le recul, j’en ai conscience. A l’époque, je me voyais déjà comme une sorte de monstre visqueux et trop imposant. Et le regard que l’on me renvoyait, que ce soit mes copines, mes amoureux, les médecins, ma mère était identique au mien « Ce serait bien que tu perdes quelques kilos, 2 ou 3! Et tu serais parfaite! »
2 ou 3 kilos… Quelle folie! Maintenant j’en ai 52 ou 53 en trop…
Je ne m’explique pas pourquoi mon entourage me trouvait « trop grosse », pourquoi fallait il que je perde « 2 ou 3 kilos » alors que je faisais 65 kilos pour 1m69? J’avais un IMC parfait, j’étais jolie, plutôt fine, quand je regarde les photos, je me demande « Mais où étaient ces putains de 2 ou 3 kilos???? »

J’ai fait mon premier régime à 10 ou 11 ans. Parce que je détestais mon ventre que je trouvais trop gros et parce que, déjà, le discours était clair, je dois perdre un peu de poids pour être plus jolie. Là encore, je regarde les photos et je vois une petite fille toute menue… Pas grassouillette, pas « un peu enveloppée », non, une petite fille parfaitement normale. Pas maigre, mais normale, vraiment.
J’ai continué ainsi les régimes, mais l’aiguille n’a fait que grimper dans les tours…
A 15 ans, je faisais 55 kilos pour ma taille actuelle alors que je n’en faisais que 40 à 12 ans (pour 15 centimètres de moins). C’est normal me direz-vous, la croissance m’a fait prendre autant de kilos que de centimètres, jusque là, tout va bien.
Sauf que dans ma tête, je grossissais… Je voulais faire 38 kilos, et chaque mois passant m’éloignait un peu plus de mon objectif.

 

hhtitre 7

ddtitre 8

Sans tjitre 11

J’ai grandi encore, j’ai grossi, maigri, grossi, maigri. J’ai eu Mouflette, j’ai quitté son père, j’ai maigri, maigri, maigri… Je rentrais dans du 36 à l’époque, et certaines personnes commençais à me dire « Ha c’est bien, t’es bien là, t’es quasiment parfaite! » Quasiment… Presque. Il ne reste plus grand chose pour atteindre cette putain de perfection chimérique. Parfaite, c’était devenu mon nouvel objectif, à coup de perte de kilos soit-disant en trop, à coup de jeûne, de maltraitance faite à mon corps, m’empêcher de manger pendant trois jours dans l’espoir de perdre vite vite un kilo… Frôler le malaise et me retrouver au MacDo du coin à baffrer deux menus maxi-best-of en dix minutes, et frôler le malaise de l’autre côté.

Sans lmptitre 1

 

Et il y a eu ce jour, cette prise de conscience terriblement douloureuse et nécessaire. Ces décisions enchaînées… Couper les ponts avec le monstre. Entamer une thérapie. Porter plainte. Me lancer dans une procédure longue et aussi dévastatrice qu’indispensable. Intégrer des groupes de paroles. Nous mettre en sécurité, ma fille et moi. Changer de vie. Tomber dans une lente dépression. Prendre 30 kilos en moins de 6 mois. Devenir méconnaissable. Me sentir en sécurité dans ce corps devenu dix fois trop gros. Le regard des hommes autrefois si présent s’est tu.

Sans jj1

10 ans après, que reste t’il de tout cela? Ma thérapie est finie depuis 2 ans 1/2. Mon psychiatre, que j’étais venue à chérir tant il m’a aidé à ouvrir les yeux et à changer ma vie, n’est même pas au courant que j’ai deux enfants de plus. Lui qui me pensait si brillante et qui me voyait devenir une avocate accomplie, sans doute serait-il déçu de me voir « juste » mère et rédactrice freelance.
La procédure est finie également depuis 2 ans. Enfin. Il a été condamné. Il a payé cette somme symbolique censée racheter mon enfance broyée. Je me suis sentie libérée.
Pourtant, les kilos sont toujours là.

Quand on me demande pourquoi j’ai grossi, je réponds que c’est parce que je suis trop gourmande et que je mange trop.
La réalité est plus complexe et plus difficile à avouer parce qu’impossible à comprendre pour ceux qui n’ont pas vécu l’intrusion au plus profond de leur corps.
J’ai grossi parce que mes kilos me protègent. Je suis transparente, avec mes kilos en trop. Plus personne ne me trouve jolie. Plus personne ne m’aborde dans la rue pour me demander mon numéro, me draguer, me suivre sur des dizaines de mètres. Plus personne ne me désire ou presque. Mon gros corps impose une distance, physique et psychologique.
Je suis grosse, je peux facilement bousculer les gens qui s’approchent trop près, ceux qui m’agressent. Je suis imposante, ma carrure suffit à décourager la moindre tentative d’approche. Je ne suis plus fragile. Je ne suis plus un objet de convoitise. Je suis une grosse femme maintenant.

Sans l5

Une grosse femme avec un gros corps handicapant.
Je ne suis pas tout à fait certaine d’être prête à renoncer à tout ce que m’apporte le fait d’être grosse. La sécurité, essentiellement. Le sentiment de protection que m’apporte ma carapace. Et bien entendu le doux réconfort de la nourriture.
Je sais en revanche que j’ai besoin de changer… Sinon je risque de mourir prématurément ou devenir malade, ce qui n’est pas vraiment souhaitable quand on a quatre enfants qui comptent sur nous pour les voir grandir.

Mon gros corps m’apporte aussi un énorme lot de désagréments, qui surpassent les avantages, je pense. Avantages que je peux essayer de trouver d’une autre façon, peut-être.
J’ai mal aux genoux et aux pieds quand je marche plus de 300 mètres. Je m’essoufle vite. J’ai la souplesse d’un morceau de bois. Je peine à attacher mes lacets alors que je ne suis même plus enceinte. Je me cogne sans arrêt. Je prends trop de place. Je me retrouve souvent étonnée de ne pas rentrer dans un fauteuil ou une chaise.
Mon corps est douloureux, j’ai mal au dos, aux articulations, au coeur, de plus en plus souvent.
Je ne peux plus courir ni même marcher vite, j’ai l’allure d’un escargot, je ne peux plus sauter au risque de me casser un tibia, j’ai du mal à monter debout sur une chaise, j’ai mal en descendant des escaliers, j’ai mal en portant mes enfants qui apportent un poids supplémentaire à mon corps déjà meurtri par sa propre masse…

Je suis en bonne santé pourtant. A part l’hypothyroïdie (qui n’a peut-être aucun rapport avec le poids d’ailleurs), je suis en pleine forme, dans les analyses. Mon coeur fonctionne à merveille, je n’ai pas de cholestérol  ma glycémie est correcte, je ne suis pas diabétique, il ne semble pas que mon corps soit prêt à me lâcher… J’ai vécu deux grossesses en 20 mois et j’ai pu les porter sans trop de problèmes particuliers, avec des accouchements plutôt sympas… Et des enfants en bonne santé. Du moins les problèmes qu’a rencontré Noisette à la naissance n’avaient rien à voir avec mon embonpoint et surtout ils sont désormais loin derrière nous. Mon corps est un soldat toujours au poste… Mais tellement fatigué de porter une charge trop lourde pour lui.

J’ai envie de tourner la page maintenant. Je ne pourrai jamais redevenir celle que j’étais. Je ne le souhaite pas d’ailleurs! Une fille de vingt ans hantée par des milliers de démons, tellement mal dans sa peau, portant une souffrance si lourde… Je veux devenir moi, tout simplement. Une femme de bientôt 35 ans avec son corps qui a vécu la guerre mais qui veut le soigner, le guérir, prendre soin de son enveloppe et de son âme.
Une femme peut-être suffisamment « vieille » pour se sentir en sécurité dans son corps de « femme mûre » qui n’a plus besoin de 50 kilos comme autant de boucliers…
Je veux me sentir légère, enfin. Légère et parfaitement libérée d’un drame dont j’ai porté seule les conséquences depuis trop longtemps.

J’ai commencé cet article avec pour volonté de dire que j’allais m’inscrire chez Weight Watchers ce lundi, et comment je comptais faire pour m’alléger, point par point. Les mots sont venus et j’ai laissé couler le flot ainsi que mes larmes.
Je crois que sous mes airs de « tout va bien », il me reste encore certaines choses à régler.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

281 Discussions on
“Gros corps malade”
  • Cet article m’a beaucoup touché… Je suis moi aussi concernée par ses kilos en trop (30 environ…) donc je comprends bien ce que c’est. Il faut beaucoup d courage pour écrire tout ça et surtout pour le publier, bravo! Il faut s’assumer, mais ne pas mettre sa vie en jeu est plus important, ne pas devenir obséder par la perte de poids mais ne pas se laisser aller non plus. Courage!

  • Ce qui est incroyable, dans tout ça, c’est que tu as déjà fait une grosse partie du « travail » toute seule, car tu as cherché des raisons à ces kilos en trop. Reste à savoir si c’est la bonne explication.
    Je ne suis pas certaine que Weight Watchers soit LA solution, mais cela peut sans doute t’aider à te fixer des objectifs.

    Jusqu’en août dernier, je trainais depuis deux ans 10 kg de trop (74 au lieu de 64 pour 1,68 m). Ras le bol que les gens me disent « mais c’est normaaaaaaal tu as eu TROIS ENFANTS, tu viens à peine d’accoucher du dernier ».

    Non, ce n’était pas NORMAL. Jamais je n’avais atteint auparavant la barre des 70.

    Et puis un matin, dans la salle de bains, ma fille de 6 ans m’a dit « Maman, t’as un gros ventre, on dirait que tu as encore un bébé dedans »… et mon autre fille de 4 ans a renchéri « et t’as des grosses fesses aussi ».

    Je crois que c’est ça qui a été le déclencheur dans ma tête.
    Je n’ai absolument rien changé à mes habitudes alimentaires, et les 10 kg sont partis en 2 mois. Je suis de nouveau à 64 kg comme avant ma première grossesse.

    J’espère que toi aussi, tu auras un jour cet élément déclencheur, et que tu te sentiras mieux dans ton corps.
    Bien sûr, la perte de poids n’efface pas tout, mais parfois, elle peut aider à revivre .. différemment. Tant qu’elle n’est pas excessive bien sûr.

    Bon courage.

  • Bon la perfection quel poids doit on faire ….. j’ai envie de dire le poids ou tu te sens à l’aise dans tes baskets !
    Moi je mesure 1m57 et je fais 68 kg et de la même façon que toi depuis le collège je me suis tjs trouvé pas assez mince.
    Là j’approche la quarantaine et j’ai juste envie d’être bien. Petit à petit je rééquilibre mon alimentation et je fais du sport. Pour l’instant je ne me suis pas transformée en bombe sexuelle ! lol mais je me sens active pour retrouver un corps qui me plait, ou je puisse mettre les fringues qui me plaisent.
    Tu as un traitemement pour ton hypo ? car oui ça n’aide pas à perdre du poids.
    Tu es pétillante et je suis sure que tu vas réussir à te plaire.

  • Bonjour, d habitude je ne commente jamais rien mais là je ne pouvais pas me taire…
    Ton témoignage est bouleversant, poignant, touchant,… Tu as l air d avoir vécu des atrocités et malgré cela (meme si je ne te connais pas personnellement) tu as sincèrement l air d etre devenue une femme et une maman formidable. Quelle force et quel courage !
    Je n ai pas vécu de drame mais ce combat contre ces « 2-3kg en trop  » et ce « petit ventre disgracieux « , et en voyant les photos maintenant comme toi je me dis qu en fait j étais bien à ce moment là 🙁 … Apres ,je n ai eu à lutter que contre une petite dizaine de kg en trop car ma mère ne m a jamais laissée faire de vrai régime (merci à elle ) et la méthode qui n est pas miracle mais qui est du coup moins contraignante et sans l effet yoyo, a été simplement une visite (pas les moyens d y aller plus souvent) chez une diététicienne qui m a appris l’alimentation vraiment équilibrée, qu on a appliqué en couple ça aide bcp. Pas de privations strictes, un bon cheat meal par semaine et les kg superflus se sont envolés, doucement certes mais sûrement. Depuis je mange équilibrée et le poids ne revient pas, bon mon corps ne me plait tjs pas (je crois que C est ds la tête aussi) mais C est stable :-)!
    Je ne connais pas WW jamais essayé 🙂 j espère que leur méthode en tout cas te correspondra c est le principal et que tu atteindras sereinement tes objectifs.
    Désolée je me suis lâchée sur la taille du commentaire :-s , je t envois pleins de bonnes ondes pour la suite!

  • BRAVO. Juste envie de te dire ça. Ecrire ce billet a du te coûter énormément, et il est magnifique de sincérité. Mes kilos en trop sont moins douloureux que les tiens moralement mais physiquement j’ai les mêmes symptômes…
    Je ne sais pas comment tes filles te perçoivent mais j’ai eu droit aux premières remarques de mes garçons et elles m’ont fait un mal de chien…. Et puis surtout je ne veux plus être celle qui se cache pour ne pas être sur la photo.
    Alors juste BRAVO à toi, tu es une belle personne avec une volonté énorme, tu nous l’as prouvé plein de fois, kilos en trop ou pas.
    Bisous

  • C’est encore un très bel article. C’est avec un réel plaisir que j’ai lu ces quelques lignes. A mon avis, beaucoup de femmes vont se retrouver entre les lignes. Bien sûr ce n’est pas une carrière d’avocate que vous avez embrassez. Mais est-ce un moins bon chemin…. au vu du plaisir de vous lire et à la chance de voir grandir vos quatre merveilles, je répondrais sans hésité non. Et encore, merci pour le partage sur votre vie, dans un article dont la rédaction n’a vraiment pas dû être facile.
    Bonne journée à toute votre « petite » famille
    Clémentine

  • ton article m’a beaucoup touché, je comprends tellement bien cette protection que ces kilos te font, il faut être courageuse pour en parler comme aujourd’hui. Je connais cette course de fond dans laquelle tu vas t’engager où chaque -1 sera une petite victoire et que parfois l’envie de tout arrêter se fera ressentir . Alors je te donne beaucoup de courage et surtout continue à te faire plaisir !

  • J’aime profondément cet article ! Merci d’avoir laissé couler ce flot de mots.
    On a chacun son histoire, ses combats et ses cicatrices… Je pense que dans la vie il y a un temps pour tout, des traversées de déserts, des prises de consciences, des guerres à mener et puis vient le temps de la reconstruction. À travers ce texte, il me semble que tu es dans la dernière phase : la reconstruction ^^ Je t’envoie alors plein d’énergie pour t’aider. Et je pense que tu trouveras la force nécessaire dans la famille que tu as construit, dans l’amour de ton mari et la tendresse de tes enfants.
    Je te souhaite énormément de bonheur, de douceur et de sérénité.

  • très touchant cet article, j’ai moi aussi bp de poids à perdre cependant peu importe mon alimentation mon corps a décidé de garder ce poids, j’ai déjà vu une diététicienne après ma 1ère grossesse (ou j’ai pris bp de poids) au final j’avais du perdre 3/4kg et de l’argent lol mais au final on m’a dit qu’il y avait un blocage psychologique
    je me retrouve un peu dans cet histoire de carapace j’ai eu de gros conflits avec mon père durant des années qui me parlait très mal, j’ai fait mon 1er régime vers 12/3 ans sous l’influence de mes tantes et de ma grand mère je me rappelle avoir perdu à l’époque 7kg en 3 semaines …
    encore maintenant à 33 ans ma grand mère que j’évite de voir se permet des remarques l’air de rien en disant à ma mère que ma cousine ou machin chose a perdu du poids et qu’elles sont devenues jolies
    je te souhaite bon courage dans ta démarche
    bises
    jennifer

  • Très beau texte et comme je te comprends ! mes problèmes de poids ont commencé après la naissance de mon 1er enfant. J’avais 23 ans, je n’avais jamais eu à me soucier de mon poids auparavant, d’ailleurs je n’avais même pas de balance à la maison. Je pesais 52 kg pour 1m63 depuis des années, je rentrai dans un 36, dans du taille 1 pour le haut et basta.
    Un petit dérèglement de l’hypophyse plus tard, avec ces comprimés de progestérone et l’horreur a commencé. Insidieuse au départ car les kilos se répandaient harmonieusement ; Ce n’est qu’au bout d’une dizaine que j’ai commencé à trouver que j’avais pris un peu des joues, que mon jeans serrait un peu. Mais le mal était fait, mon corps était déréglé et je me bats depuis 27 ans contre ces kilos qui m’empoisonnent la vie. Aujourd’hui je me retrouve avec une charge de près 60 kg en trop que mon corps a de plus en plus de mal a assumer. Les articulations, des douleurs dans les jambes et les hanches, essoufflée sans cesse, incapable de marcher sans douleur, et puis ce parcours du combattant pour m’habiller. Heureusement que Kiabi habille les gros ! bon faut pas être regardant sur la qualité, ni sur les modèles pas tjs très heureux mais bon…… Comme toi, je ne me reconnais plus, mon visage est noyé dans un amas de graisse, les photos sont devenues mon cauchemar, je redoute de croiser des personnes qui m’ont connu normale, bref, le gras pourri ma vie. Courage à nous, toi tu es encore jeune pour redresser peut être la barre <3

  • Votre récit est très touchant. Notre corps exprime tellement notre vécu! Il a en tout cas servi de nid à vos quatre magnifiques enfants. Bonne continuation dans vos objectifs de perte de poids. L’essentiel est de retrouver une apparence qui vous plait et dans laquelle vous vous sentez bien physiquement.
    Lise

  • Je suis touchée par ton article…c’est « amusant » mais moi aussi alors que j’étais parfaitement normale on me renvoyait l’idée que j’avais des rondeurs déjà petite,quelle bêtise.Le pourquoi de tout ça est tellement complexe que la solution l’est tout autant,mais tout vient à point.La nourriture est un réconfort comme un autre,ça doit le rester sans pour autant se rendre malade.Et tu sais,avec 4 enfants dont 2 en bas âge,tu n’as plus besoin de gras pour te protéger de la drague,une donkey est une excellente protection ;-)) j’en plaisante mais il y a du vrai,tu n’as plus 20 ans donc les comportements à ton égard ne seront plus les mêmes de toute façon et tant mieux.Je ne suis pas très ww perso,même s’ils la jouent moins « régime strict » que d’autres ça reste des notions d’interdits,de calculs,de s’autoriser des plaisirs (et donc de s’en interdire aussi beaucoup) je n’aime pas cette pensée et je ne trouve pas qu’on se réconcilie comme ça avec son corps et la bouffe,mais bon ça marche pour d’autres (surement).Toutes ces photos sont très jolies <3 c'est normal d'avoir peur de quitter son cocon confortable mais quand on sent que ça devient nécessaire,ça arrive pour du mieux.

    • Je crois que nous sommes très très nombreuses à avoir eu ce genre de remarques lorsque nous étions enfants, à lire les témoignages… C’est une façon de réduire la femme à un objet dès sa plus tendre enfance… Un objet qui doit être agréable à regarder, conforme à des critères stricts…
      Une façon de nous museler aussi, en nous faisant perdre confiance on devient plus malléables, plus influençables… Obnubilées par l’idée qu’on est laides et grosses, on ne fait pas de bruit…
      C’est une réflexion très « féministe », mais j’y pensais ce week-end et ça m’a frappé… Plusieurs petits copains se sont permis de critiquer mes cuisses « trop grosses », de me dire de ressembler à telle ou telle fille, de me demander de mincir pour leur faire plaisir… Un morceau de viande qui n’a pour raison d’être que le plaisir de posséder une belle femme pour les hommes…
      Et les femmes, mères, grand-mères, tantes, cousines, soeurs véhiculent cette idée qu’on doit focaliser là dessus.
      C’est assez hallucinant quand on y pense…
      A
      Pour WW, je sais qu’il s’agit d’un régime et je vais y aller avec grande prudence, tout en suivant les préceptes de Zermati et Apfeldorfer. J4ai néanmoins besoin d’un cadre un peu plus strict que « juste » écouter mon corps (disons que pour l’instant j’ai besoin d’un traducteur! ^^)

      • oui tu as raison sur ce raisonnement concernant le corps des femmes.En fait ces réflexions qu’on m’a faites venaient surtout de « copines » le reste de mon entourage m’a toujours renvoyé une bonne image mais c’est souvent le cas on s’attarde plus sur le négatif…quand je repnse à certaines réflexions de gamines,j’hallucine encore 30 ans après!

        • C’est clair… Moi les réflexions venaient d’un peu tout le monde, mais jamais des copines, pas toute petite du moins… A l’adolescence oui par contre.
          J’ai grandi dans un environnement « les filles doivent plaire aux hommes, c’est une question de respect ». Bon, quand on sait de qui ça vient, avec le recul, ça ne surprend pas vraiment…

  • Bravo pour cet article. J’ai été moi aussi victime de ces kilos qu’on me conseillait de perdre…. du fait qu’on me trouvait trop grosse. Cet article me parle tant !
    Bon courage à toi,

  • J’aurai pu écrire les mêmes mots, A peu de choses prêt. Avec quelques années en plus mais autant de douleurs, de peine à me voir ainsi. Il y a 2 ans environ, je me suis prise par la main. J’ai soigné mon âme et mon corps. a coup de bistouri, d’amour et de reconversion professionnelle… et J’ai découvert le droit de m’aimer. D’aimer mon corps avec ses imperfections et ses qualités. Je te souhaite de trouver la paix du corps et de l’esprit. Chaudoudoux

  • C’est si touchant de te lire, tu te livres à demi mots et c’est remarquable.
    Je suis impressionnée par ta force de caractère.
    Et je comprends que tu puisses être en sécurité dans ton corps.
    Je suis admirative.
    Bravo pour ce billet qui j’imagine à du être bien difficile à écrire…
    Je t’embrasse

  • Mon 1er commentaire sur ton blog. Je te lis depuis 1 an et demi je crois. je suis très touchée par ces paroles. Je pense que mettre des mots sur ce que tu ressent est une grande avancée. L »image que l’on renvoie au inconnue ne donne rien. Voici l’image que j’ai de toi à travers ton blog et instagram (je suis cosmechlo). Une maman dynamique de 4 enfants. Une maman qui fait beaucoup pour ses enfants. Une maman cool , c’est vrai que tu ne montre pas ton corps en général. Mais je trouve que tu a un très beau visage. Une maman dans l’air du temps . voila je continue à te lire car c’est très agréable. bonne journée . et je suis le blog de hystérimum et je trouve que sa perte avec weitch weitcher est impressionnante et elle donne une image très épanouie par ce programme.

  • Merci pour cet article. Vous avez mis des mots sur mes maux…. Je lutte en permanence avec ce gros corps bien commode parfois en effet…. Mais les douleurs que vous décrivez sont les mêmes et les 30 kilos de trop sont devenus vraiment de trop. Merci de m’avoir fait pleurer parce que c’est ça lâcher un peu prise…
    Je vous souhaite de tout mon coeur de réussir ce que vous entreprenez avec weigth watchers et vous souhaite également une excellente journée

  • J’aime ce billet qui me parle bien… Ces kilos dont on sait pourquoi ils sont là, mais pour lesquels on trouve d’autres raisons.
    Ce qui m’a décidée à perdre les miens, c’est qu’un jour j’ai accepté d’être égoiste un peu, pour une fois, enfin. De m’accorder le droit d’aller bien, de me sentir mieux, moi, avant les autres. Parce que les autres (principalement mes enfants) vont encore mieux si moi je vais bien.
    je n’ai pas fait de régime (je me suis abimée avec des régimes et ils sont le meilleur moyen de faire le yoyo) mais je me suis dit que pour aller bien, il fallait que je mange bien. C’est donc juste de la régulation alimentaire. Manger bien le matin, bien à midi, et plus léger le soir. Ne pas grignoter. Manger des pommes et du surimi pour calmer les coups de faim. Et boire plein de coca light.
    Et puis après pas mal de kilos perdus, je me suis remise à la natation, pour ne plus avoir mal au dos.
    J’ai toujours quelques kilos en trop, mais bon, j’ai la morphologie qui va avec, et j’ai besoin de ces kilos pour me protéger. J’ai atteint un poids de forme qui varie peu.
    Prends le temps qu’il faut, il n’y a pas d’urgence, mais décide d’être égoiste (je sais ce n’est pas simple quand on a une famille nombreuse, ils passent toujours avant) mais si toi tu vas bien, tes enfants seront au top.
    Prends soin de toi

  • Bonjour, j’ai lu votre récit qui m’a beaucoup touché, je me reconnaît en vous sur certains points…
    Il y a quelques années j’ai commencé WW, je peux vous dire que ça marche, j’ai perdu quasi 30kilos, j’ai encore 20 à perdre, il ne faut pas baisser les bras, bon courage a vous dans cette guerre

  • bonjour,

    Comme je te comprend !! Moi aussi pros de 50 kilos encore en trop pour retrouver un poids qui ME convient pas celui que les autres veulent je m’en fou mais une silhouette que JE désire. J’ai entamé depuis septembre un « régime », presque même principe que WW mais gratuit !!! Une application MyfitnessPal, des calories a compter (comme des points) et un objectif. J’ai acheter un traqueur d’activité pour compter mes pas 🙂 En 4 mois maintenant je suis a -12,3 kilos 🙂 Alors je te souhaite la même pour te sentir mieux dans ta peau. Bravo pour cet article plein de courage !!
    Biz
    Kit

  • Hello,
    Je sais que nous sommes « en froid » depuis pas mal de temps, mais ton texte m’a touché. Alors je voulais t’apporter mon soutien pour ce combat.
    Moi aussi j’ai une cinquantaine de kilos en trop et depuis un an j’ai beaucoup muri sur ce sujet. Il y a 6 mois j’ai commencé un parcours médical (psy, diet et tout un tas d’examen) en vu d’une opération bariatrique. Et voilà j’ai été opéré la semaine dernière.
    Bien sur ce n’est la solution pour tout le monde. Mais avant cela j’ai aussi fait pas mal de remise en questions, régimes et autre équilibre alimentaire.
    Tu peux y arriver, prend ton temps surtout. Il faut redémarrer sur de nouvelle base. Mais surtout le faire sereinement.
    Bon courage

    • Merci à toi pour ce commentaire, ca me touche. (Je ne me souviens plus pourquoi nous sommes en froid, à vrai dire, mais j’apprécie d’autant plus que tu viennes ici le livrer ton témoignage)
      Bravo à toi pour cette décision qui n’a pas dû être simple! Je te la souhaite couronnée de succès.
      Je ne souhaite pas passer par la chirurgie… J’espère y échapper. Car ca me terrifie énormément. Je tasmire donc, il faut un sacré courage pour sauter le pas!

  • Ton billet est si touchant. Je trouve ça vraiment bien que tu réussisses à t’exprimer de façon si sincère et si lucide sur un sujet si difficile. C’est vraiment dommage que l’on passe notre enfance et notre adolescence à entendre qu’on serait mieux avec 2 ou 3 kilos en moins. J’ai toujours été parfaitement normale, je le sais maintenant, à force de me le dire à moi même. Mais ces phrases m’ont toujours hantée et quand je me regardais dans la glace, je me voyais avec le filtre « grosse » , ce qyui a pourri ma relation avec mon corps et les autres. Aujourd’hui je sais que que j’ai un poids tout à fait normal et j’emmerde tous ceux qui font l’apologie des tailles 34. je t’envoie plein de force pour commencer ton WW, et tu as l’air d’être une super maman, hyper énergique,tu vas y arriver ! Pour laisser ce drame derrière toi et te libérer de son poids. Courage.

  • Bonjour,

    Je vous lis depuis longtemps mais ne commente jamais… votre article m’a tellement touché, sans doute parce que moi aussi, sans avoir eu votre parcours personnel si difficile, j’ai vécu mon enfance et mon adolescence avec cette image de « petite ronde » alors que j’étais parfaitement dans la norme et que maintenant que je suis effectivement ronde, je regrette un peu ces années passées où je me trouvais si « grosse » !
    Pourtant, je tenais à vous dire que je vous trouve vraiment belle. Vos yeux pétillants, votre sourire, votre visage et vos rondeurs… témoignent de votre vie, de vous et vous font ce que vous êtes et n’en doutez pas un instant… vous êtes belle !

  • Bonjour je n’ai jamais commenté votre blog je crois, pourtant j’y « passe » souvent ;-)))
    Cet article m’a touché particulièrement parce-que j’ai moi-même toujours connu ma mère en surpoids, et en souffrance…
    La route est longue mais l’essentiel est de se mettre en marche comme on dit.
    Abordez cette nouvelle étape de votre vie avec enthousiasme, la seule inconnue est de savoir à quel poids vous vous sentirez vraiment bien, mais vous allez mincir tranquillement.
    Soyez indulgente avec vous même, vous avez un quotidien déjà tellement prenant.
    Je me permets de vous dire mon sentiment sur la profession d’avocat, je pense que vous la fantasmez bcp et encore moi j’exerce un contentieux considéré comme « noble » par rapport à d’autres;-))) j’ai plein d’amies qui changent carrément de job ou qui se désespèrent de trouver le job qui leur conviendrait vraiment et continuent car « elles ne savent faire que ça » ! Je pense que c’est plus un pb « d’objectif non atteint ».
    Quoi qu’il en soit il y a des tranches de vie durant lesquelles mieux vaut ne pas vouloir tout faire en même temps sous peine de tout foirer…le barreau vous attendra ;-)))) patience !

  • Je comprends tellement ce que tu exprimes.
    J’ai également énormément grossi ces dernières années. Je crois que j’ia fait l’autruche et j’ai laissé mon corps décidé pour moi jusqu’à ne plus en pouvoir, ne plus me supporter, ne plus vouloir me regarder dans un miroir.
    Et puis j’ai eu un déclic, un rdv à la médecine du travail où j’ai eu terriblement honte de devoir me mettre en culotte et soutien-gorge. Alors j’ai pris rendez-vous chez un nutritionniste.
    Depuis lundi je suis au régime et je suis fière de moi.
    Bon courage à toi. Débarrasse-toi de ta carapace, elle ne te sert à rien.
    Je t’embrasse.

  • Oh Aurore…tout ça se cache sous ton joli sourire (bon sauf quand tu prends le métro, j’ai bien compris!)…pour ma part, j’ai bien cerné mes kilos superflus : se sont des kilos émotionnels. Tout va bien, je suis en forme : impeccable j’ai tout juste besoin de manger, mais alors quand je suis déprimée, stressée ou fatiguée alors là je fais n’importe quoi ! Je mange du chocolat à m’en donner mal aux ventre, je mange des bonbons à m’en étourdir bref je me venge complétement. Je crois que j’ai fais la première démarche : j’ai identifié le problème, reste maintenant à trouver des solutions…j’ai déjà lu « aller faire un tour », » boire un thé » mais quand j’ai envie de sucre je ne peux malheureusement pas duper mon cerveau…Bref si tes lectrices ont des astuces je suis preneuse !

  • Je ne sais pas si tu connaises le group sur FB no excuses mom france, beaucoup d’histoires, d’oreilles bienveillantes, mamas en couple, solo…on s’encourage pour se reprendre en main et se sentir bien, belle et epanuie comme femme =)

    Gros bisous!!

    Pas d regime, clean eating et sport a a son niveau, viens jeter un oeil!!

  • Pas facile tout ça. C’est sûr que l’aspect médical incite à perdre du poids mais on s’aperçoit aussi à nos âges (et je crois que nous avons le même à peu de chose près) que nos entourages d’adolescence ont été très influents sur l’attitude que nous avons avec notre poids. J’espère que nous serons moins oppressantes pour nos filles.
    Et bon courage à toi :*

  • Qu’est ce que tu es touchante.
    Tu es superbe, une beauté particuliere meme sous tes 50 kilos de trop, ta beauté reste Intacte.
    Tu as tout mon soutien pour cette belle resolution!
    Une fidèle lectrice

  • Quel texte beau et touchant. Oui il a du te falloir du courage pour l’écrire, sans doute en auras-tu pour la suite ! Je te souhaite très fort de trouver le corps qui te convient à tous les niveau !
    (Ah cette idée que le corps parfait est un 36 fillette!!! grrr…)

  • C’est la première fois que je vous lis, quel texte magnifique.
    Première fois qu’il me fait comprendre pourquoi, peut-être, c’est si difficile de perdre du poids.
    Merci

  • Bonjour,
    Ce post est très touchant, juste, et je vous souhaite beaucoup de sérénité dans le futur. Juste une chose avant de vous décider pour WW : c’est encore un régime. Quel dommage ! Pour ma part j’ai découvert il y a quelque temps Linecoaching. Allez voir : psychologiquement, physiquement, ça n’a rien à voir avec un régime. Et je crois que cette démarche correspondrait vraiment davantage à votre parcours. Bonne route !

  • Ton texte me parle énormément, je me reconnais dans certaines phases. De mon côté il aura fallu que j’en parle à PapaJ pour comprendre d’où venaient mes crises d’hyperphagie, et depuis je n’en ai plus fait une seule. Mon corps a souffert aussi, surtout après 3 mois de Dukan …
    En parler c’est bien, c’est le début d’une prise de conscience nécessaire au changement, à l’acceptation. Je sais que je peux faire 70 kg, j’ai déjà réussi. Mais même si PapaJ voudrait que je sois plus proche des 60 kg (je mesure 1,64 m), je pense que 70 kg ce sera bien.
    Je te souhaite de réussir à ton rythme et que tu te sentes juste toi !

  • Article super touchant.

    Je suis en obésité modérée, j’arrive pas à perdre, je ne veux plus faire de régime. Et ce que tu dis sur la « protection » apportée par les kilos en trop résonne en moi.

    L’hypothyroidie, ça fait grossir (et ça peut foutre en dépression aussi.) donc oui, ça peut être lié.

    Bon courage pour ton chemin chez les WW. J’ai testé, c’est pas pour moi mais on y trouve pas mal de soutien et pas trop de jugement.
    Moi je vais plutôt essayer de « zermater ».

    Plein de pensées de soutien.

  • Oups, mon téléphone a beugué et je pense que mon commentaire est parti (ou pas).
    Je te disais que ton article faisait écho en moi. Il est magnifiquement écrit. Je te souhaite une belle réconciliation avec ton corps (et toi-même donc :)).
    Bisous

  • Bravo pour votre courage !
    Vous avez trouvé des mots justes qui peuvent soulager plus d’une femme proche de votre situation.
    Comme je vous l’ai déjà indiqué dans un post, vos doux billets criants de vérité m’int permis de relativiser sur ma grossesse actuelle et ce qui se passait dans ma tête…
    Ce nouveau billet me fait du bien egalement. J’ai souvent entendu cette fameuse phrase : encore 2 ou 3 kg.
    Cette dernière a eu l’effet inverse que celui escompté…
    Bon courage à vous dans votre nouveau challenge face au poids. Je le suivrai bien volontiers et m’en inspirerai quand Bébébis sera née.

    Cordialement
    Laetitia

  • Ce billet est très très émouvant… Tu as déjà fait un travail important sur toi même, cela devrait t’aider à continuer à avancer… Parallèlement à WW, je ne peux que te conseiller de travailler aussi sur ton rapport à l’alimentation et sur la façon dont tu gères tes émotions… Tu dois connaître Zermati et le site Linecoaching, alors je n’en rajoute pas… Chacun est complètement libre de trouver la méthode qui lui convient le mieux et je trouve que WW est le régime le plus équilibré, le plus « sain » même s’il reste un régime, avec l’idée de restriction cognitive que cela suppose, et les effets pervers que cela entraîne parfois… Mais je sais pour te lire que tu dois être parfaitement lucide sur tout cela ! Alors je te souhaite vraiment de retrouver la paix avec ton corps, et un poids qui te convienne… (cela dit, je te trouve très dure avec toi même : ton corps n’est pas le monstre que tu décris, et tu es très jolie !)

  • Je ne sais pas trop quoi te dire à part « Chaudoudoux » après avoir lu ton billet très touchant.
    Je suis un peu effarée de tout ce que tu as pu entendre sur ton poids quand tu étais jeune. Enfin, j’avais un copain (même 2) qui disait que le poids idéal d’une fille était 20kg en dessous de sa taille. Quand j’ai atteint subitement 50kg pour 1m65 à 15 ans (merci les goûters pain, beurre + 4 kinders) alors que j’avais toujours été squelettique, j’étais devenu trop grosse de 5kg pour ses critères. Mais j’aimais mes nouvelles formes. Une fois, je suis retombée à 47kg, ben c’était pas joli …
    Aujourd’hui, je n’ai aucune volonté pour perdre les 3kg de ma bouée ventrale car j’aime trop le réconfort de la nourriture dont j’avais su me passer à une époque donc je comprends que trouver la volonté pour 50kg soit difficile.
    Quoiqu’il en soit, tu restes une très jolie femme (et c’est dingue comme tes filles te ressemblent ! ) que je suis heureuse d’avoir rencontrée et à 30 ans, tu n’as plus à te cacher. Bisous

  • bordel mais c’est que tu me mets les larmes aux yeux… tes mots sont durs, mais en même temps touchants… moi je te trouve magnifique tu sais, parce que tu es une belle personne, aussi bien à l’intérieur, qu’à l’extérieur. Je sais, c’est ce qu’on dit souvent mais bon… je devais te le dire quand même, parce que c’est vrai, tout simplement. Courage Aurore ! et plein de bisous !

  • Bjr la miteorange. Ton article est très bien écrit et nous livre beaucoup de choses sur toi
    J’en ai à dire moi aussi des choses, beaucoup
    Mais je vais aller à l’essentiel. J’ai été quasi toute ma vie hyperphage. Il y a 4 ans j’ai suivi une thérapie comportementale qui m’a sauvée
    Je n’ai pas perdu énormément de poids après la thérapie et pourtant je suis bcp plus légère. Je ne ferai plus jamais de régime de ma vie, même compter les points. No way
    Pas de conseils tout fait de ma part mais une direction que je montre avec ma main amicale : Zermati et son accolite Gerard machin bidule au nom imprononçable !!!
    Et de la marche un peu un tout petit au début
    Ça ira très vite mieux
    Et pour que ce soit agréable une belle paire de Nike rose bien confortables
    Au plaisir de te lire

  • J’avoue… ton article m’émeut beaucoup. Grossir pour se protéger… grossir parce qu’on t’a suggéré de maigrir à un moment où tu n’en avais ni le besoin ni le ressenti. C’est du gâchis 🙁
    J’ai beaucoup fait le yo-yo pendant mon adolescence : le fameux « maigris donc un peu/fais attention » m’a entraîné dans la boulimie, je me restraignais tellement que je finissais pas engloutir, comme toi, 2 big mac à la suite pour compenser… Puis l’anorexie, après un drame familial … Bref!
    Le rapport à son corps, quand on est une femme, c’est si compliqué, et les gens se permettent de donner leur avis comme si nos corps ne nous appartenait pas!! En attendant, même sans commencer WW, cela t’a permis de dire ce que tu avais sur le coeur 🙂

  • Cette article est bouleversant. Cette connaissance « de toi », savoir mettre des mots sur le pourquoi me paraissent être un atout important dans ta perte de poids. J’ai moi aussi du poids à perdre… Encore beaucoup mais j’ai commencé le chemin. Le surpoids a toujours fait partie de ma vie, bien loin de ton histoire, mais j’ai compris chacun de tes mots, alors je te remercie pour ce joli partage et te souhaite plein de courage!

  • Pas facile tout ça! Je te souhaite de parvenir à avoir le corps que tu souhaites!
    De mon côté, j’ai aussi décidé de reprendre Weight Watchers pour être plus en forme.
    Courage!

  • Tu es une belle personne, c’est ce que je me dis souvent lorsque je te lis et ce que j’ai envie de te dire la,maintenant.
    J’admire le courage de tes mots.
    Ecrire c’est un peu encore une thérapie..!

  • Tellement de transparence dans l’écriture de votre Moi.
    La guérison est en cours c’est certain, vous saurez prendre le chemin vers l’épanouissement corporel j’en suis sure. Votre nouvelle arme, l’amour de quatres merveilles!
    Je vous envoie beaucoup de sourires.
    A bientôt

  • Ce texte est très touchant, il m’a beaucoup ému, ce n’est pas facile de sortir tous ces mots mais j’imagine que ça fait tout de même du bien de les écrire

  • bonjour
    je suis très touchée par ce texte qui me rappelle beaucoup de choses, peut-être pas pour les mêmes raisons mais certainement dans le même but: « se protéger ».. et dans cet objectif le cerveau humain est surprenant: j’ai connu pendant des années la guerre, parce que c’est bien une guerre contre soi-même, et l’enfer de la boulimie et de l’anorexie.. et enfin la réconciliation, l’apaisement mais toujours cette « menace » qui plane… vivre avec.. bonne journée

  • Ton témoignage est très touchant, c’est normal de vouloir se protéger avec des kilos de son corps quand on a vécu ton expérience . Malgré tout, je ne peux m’empêcher de penser qui sont ces gens qui se permettait de te mettre la pression sur ton poids quand tu étais plus jeune . Des gens parfaits, des mannequins, des sans défauts physiques ? Je trouve ça honteux, méchant et complètement hypocrite. Surtout que sur les photos, tu es une magnifique jeune femme.
    Des bisous

    • Je crois que c’est très ancré de juger le corps des femmes, des qu’elles sont toutes petites… Ça n’empêche pas la méchanceté et lhypocrisie… Mais je crois que les gens font ca sans même s’en rendre compte.
      Je suis très vigilante avec mon aînée, je reprends ceux qui jugent un peu trop son physique, même quand c’est pour en dire du bien (ma mère souvent) ma fille est belle et mince mais ça ne la définit pas. Elle serait belle aussi si elle était plus grosse et elle n’en resterait pas moins une jeune fille épatante…

  • Je n’écris pas souvent, même si je te lis toujours avec régularité.
    Mais cet article, je l’ai ecrit 100x dans ma tête, avec quelques variations, bien sur.
    Je n’ai pas la présentation de voler ton histoire, au contraire.

    J’ai une histoire avec le poids assez symbolique, des hauts, des bas, et les bas c’etait quand j’allais très mal. alors forcement mon gros surpoids (on parle de 50 kilos à perdre d’après les medecins) je le vis bien, parce que je vais bien, je crois. Ce poids me protège, evidemment. Même si je n’ai pas conscience de tout ce qu’il veut dire.

    J’avais espoir dans une prise en charge très medicalisée pour enfin me relancer dans une perte de poids, mais d’autres soucis ont mis un terme à mes fantasmes d’operation bariatrique.

    Forcement aujourd’hui, je pense tout les jours à ww, à ces points à compter, oui ça avait dejà bien marché à une époque, je suis la championne du monde des pertes de poids … Mais je suis la championne de l’univers de la reprise. Oui. A chaque fois.
    Aujourd’hui je suis plus grosse qu’au terme de mes grossesses.

    Aujourd’hui j’ai envie de perdre du poids, pour ma santé, pour courir après mes gosses, pour m’acheter un jean sans pleurer dans une cabine d’essayage parce que je ne ferme pas le 52.

    Mais aujourd’hui je n’arrive pas à me lancer.
    C’est plus facile d’arrêter de fumer, c’est plus facile de se mettre à netflix et au polonais.

    Beaucoup de choses me retiennent dans la grossitude (ouais, je suis grosse mais j’invente des mots pour faire genre je suis cool, je compense comme dit le psy) parce que je ne suis pas prète à renoncer à ce confort (et à ce réconfort qu’est la nourriture) et parce que j’ai très peur de l’après, peur de qui je serais avec 50 kilos de moins, peur des regards, de plaire, peur d’aimer plaire, peur de ne pas savoir les limites …

    Enfin bon, tout ça, et plus encore…

    Je ne te monopolise pas plus longtemps, je suivrais ton parcours WW…. et si je remets la main sur mes carnets (comprendre, si je me lève de mon fauteuil et que je lache mon mugcake reconfortant pour aller chercher mes papiers dans un carton vestige du dernier déménagement) je ne serais pas loin derrière toi …

    Des bisous.
    Plein.

  • Article certainement très difficile à écrire mais salutaire. .. Je pense que tu as très bien analysé ta situation avec une pertinence et une lucidité bluffantes. Tes objectifs ne me semblent pas de ce fait irréalisable alors même si la route sera certainement longue, tu vas y arriver!
    Que la force soit avec toi!

  • Bonjour, votre article m’a beaucoup touchée, j’ai eu l’impression de lire l’histoire de ma vie. Pour ma part j’ai trouvé une solution certes radicale mais incroyablement efficace: je me suis décidée pour un bypass. Si toutefois vous aviez envie d’en discuter, je serais ravie d’échanger sur ce parcours. Bien à vous.

  • Que de larmes en lisant ton article… Je me reconnais tellement dans ton article. Un viol, des kilos, beaucoup trop de kilos, une cachette, du réconfort, la sensation de passer inaperçue… Mais aussi 31 ans, quatre grossesses en 4 ans avec comme résultat 3 merveilleux enfants en pleine forme. Et aujourd’hui j’ai mal, je ne me suporte plus. Avec mon air souriant, il est tellement facile de croire que tout va bien… Mais pourtant je SOUFFRE. Il faudrait comme toi, que j’arrive à passer le cap et que je prenne ce long chemin, où je prendrai enfin soin de moi. J’ai envie de changer, il faut que je m’en donne les moyens, mais cela me semble insurmontable…
    Bon courage à toi dans ce combat. WW est un bon choix.

  • Gros hasard de tomber sur votre article, vos mots me touchent. Nous sommes différentes et pourtant j’imagine bien semblables. Mon corps maigri, et pourtant tout va bien, les analyses sont bonnes. J’étais une petite fille « normale », puis adolescente, mon corps a maigri, pourtant les gens ne me parlaient que de mon « ventre de bébé », quand je regarde les photos aujourd’hui, je sais que j’étais plus que maigre, a en disparaître. Adulte de 38ans, deux jolies grossesses généreuses et mon corps a décidé de maigrir, je mange, je suis même tres gourmande, mais voilà mon corps me parle. Je prends soin de lui et de mon âme. Mon pere est décédé il y a 3 mois, une libération et ce corps reprends ses droits. Je le laisse faire, je me fiche de ce que les gens disent car ils ne savent pas, ils ne savent rien. Je suis maigre et pourtant je sais maintenant que je ne vais pas disparaître, je n’ai plus aucune raison de me cacher, je suis même en train de me retrouver et c’est bon. Il faut ÊTRE. Merci pour vos mots.

  • Tes mots sont tellement touchants…. Dans le début, je me retrouve complètement. Ado, me disait tout le temps qu’il fallait que je perde un peu, parce que j’avais de grosses cuisses ! Ah ben c’est réussi, 20 ans plus tard, j’ai 30 kg en trop ! Là maintenant on peut me dire que j’ai des grosses cuisses ! C’est vrai que les kilos nous protègent d’une certaine façon. Mais bon, ce n’est pas confortable donc j’ai envie de perdre moi aussi, mais j’y arrive pas.
    Tu vas y arriver, tu vas voir. Déjà, tu avais bien perdu avant d’être enceinte de Noisette.

  • Bravo pour ton courage, je connais également le surpoids et bébé 1 arrive dans moins de 3 mois. Ça fait du bien de sentir moins seule face à ce corps qui nous hante tant.. Je te souhaite beaucoup de courage, Mouflette, Miss couette, Noisette et petit pépin peuvent être fiers de leur maman !!

  • Je crois que tu as très bien résumé la raison de ces kilos accumulés … ET quand au fait qu’on te disait que tu avait des kilos à perdre enfant, j’hallucine ! Ce sera un chemin difficile, des habitudes à perdre… mais tu peux y arriver. Je te soutiens. Pleins, pleins de courage Aurore. Bisous.

  • Pour ce que tu as dit de tes proches, j’ai l’impression de me voir. Quand j’avais 15/16 ans. J’étais pas bien grosse. J’étais dans la norme. Pourtant je me voyais plus grosse que je ne l’était. Quand j’essayais un nouveau maillot et qu’il ne m’allait pas c’était le drame et les sanglots. J’ai toujours rêvé de se corps parfait, et quand je l’ai eu (grosse perte de poids suite aussi à une dépression ) je ne me sentais pas mieux qu’avant psychologiquement parlant. Physiquement, je me sentais légère, je pouvais grimper les escalators parisien sans être au bord de l’asphyxie. Je pouvais mettre robe /short et cie sans que mes cuisses se fasse la bise. Et puis au final, j’ai remonter la pente et les vilains kilos sont revenus.

    Maintenant ça fait 1 ans que je reaprend à manger équilibré. Matin. Midi. Soir.
    J’ai pas perdu grand chose vu que je ne fais pas d’activités physique (hormis 20 min de marche / j) – c’est ma seule résolution de l’année, faire 30 min de sport / j en semaine. + 1 journées avec repas plaisir (pizzas / Mcdo etc ..)

    Alors quoi que tu fasse, l’important est que ton homme t’aime comme tu es, et que tu reste la super maman de tes 4 et beaux enfants !!

    Plein de courage ! !

  • ♥♥♥♥♥ Je laisse rarement des commentaires mais je te suis toi et ta jolie famille sur les réseaux sociaux.
    Tes mots m’ont bouleversé… Alors pour cette nouvelle année, je te souhaite plein de jolies choses et de te trouver, de devenir toi. Prends le temps sur le chemin. ♥♥♥♥♥

  • Bonjour, j’ai lu ton article avec autant d’émotion que tu as du avoir pour l’écrire.
    Comme toi, j’ai commencé les régimes vers l’âge de 10 ans. Maintenant, j’ai 3 enfants, bientôt 34 ans et plus de 20 kilos à perdre…
    Ma grande fille, qui va avoir 11 ans, est un peu ronde.. et elle subit déjà les mêmes réflexions que moi, à son âge. Cela me révolte. Elle me parle de régime et je me bats pour qu’elle ne fasse pas les mêmes erreurs que moi.
    J’espère que tu arriveras à devenir la femme que tu souhaites, que tu te sentes bien dans ton corps.
    C’est vraiment un bel article, BRAVO !
    Emilie, MamanMi

    • Merci Emilie! J’espère que tu arriveras à convaincre ta fille de ne pas rentrer dans la spirale infernale des régimes…
      Ma fille qui aura bientôt 15 ans me parle aussi de faire attention à ce qu’elle mange et veut maigrir. Elle est très fine, toute menue… J’essaye de lui expliquer qu’il n’y a pas d’aliments mauvais, rien à bannir, et surtout de ne jamais commencer un régime. Elle commence à avoir un corps de femme alors que certaines de ses amies ont encore un corps de petite fille, ca la travaille beaucoup… Et ses copines sont de très mauvais conseil. C’est effrayant…

  • Je suis de tout cœur avec toi Aurore et espère que tu réussiras à te débarrasser de ce « poids » physique et mental !
    Tu m’as toujours semblé être une femme forte et je suis sûre que tu vas y arriver 😉

  • Chaque histoire est différente, mais je me retrouve juste dans ce que tu écris sur le regard porté durant l’enfance et l’adolescence. Je me sentais grosse et moche quand j’étais ado, ma mère n’arrêtait pas de me faire des remarques sur mon poids et sur ce que je mangeais … Pourtant, aujourd’hui, quand je regarde les photos de moi de cette époque je trouve tout cela totalement absurde, je devais peser dans les 50 kg (peut-être moins) pour 1m65, à 15 ans ! Je me dis quel gâchis ! Quels dommages pour rien … Du coup toute l’image de soi que l’on construit à cette période clé est faussée. Et comment trouver un équilibre alimentaire exempt de trop d’affects, dans ces conditions ?
    Du coup je me suis retrouvée en surpoids à 25 ans. J’ai fait un régime qui m’a permis de perdre 18 kg à l’époque, 18 kg que j’ai repris tout pile, doucement, mais surement au fil de mes deux grossesses. Jusque là je n’ai pas eu le courage de m’y remettre mais comme toi, je me suis décidée à perdre et j’ai entamé un régime. Au delà de l’image, il y a comme tu le dis une histoire de santé puis parfois je me dis d’exemple pour mes filles. Je voudrais leur montrer une image un peu plus saine du rapport à la nourriture.
    Même si j’ai moins de poids que toi à perdre, et que je n’ai pas vécu le même drame que toi, je pense que la démarche psy pour se bouger peut comporter des similitudes. Le plus dur c’est de commencer alors je te soutiens à fond ! Bises.

    • Merci! C’est clair que le regard des parents peut être cruel et il est tellement décisif.
      Je me souviens un jour j’étais chez mon petit copain. Je devais avoir 16 ans. Sa sœur de 14 and était à table avec nous et elle s’est reservie du dessert. Son père lui a dit « fais attention à ce que tu manges, tu vas encore grossir! » Cette fille était maigre… Je me souviens m’être dit que s’il la trouvait un peu grosse, elle, il devait me trouver énorme.
      Son fils (adorable au demeurant) me disait souvent que je serais parfaite avec 5 kilos de moins ca j’avais de grosses cuisses…
      C’est dingue comme le poids des filles est scruté depuis leur plus jeune âge par tout leur entourage… Ça n’aide pas vraiment je pense!

  • Billet très émouvant.
    Je n’ai pas de problèmes de poids particuliers, mais j’avais quand même besoin de perdre quelques kilos après ma dernière grossesse. Je ne peux que te conseiller d’y aller doucement, tranquillement, de ne pas te lancer dans un « regime » mais plutôt se réadapter ton alimentation sur le long terme, à vie! De supprimer les mauvaises habitudes, de t’analyser, de regarder bien en face quelles sont tes fringales, à quel moment tu manges et pourquoi… Etc.
    Ça a fonctionné pour moi, j’ai perdu 8 kg en 3 ou 4 mois. (J’ai une rubrique sur mon blog dans laquelle je parle de sport et alimentation, je parle notamment de ma petite méthode empirique, basée sur le bon sens principalement 😉

    Je t’avais déjà ecrit un commentaire en ce sens mais je te conseille aussi le yoga: c’est une discipline vraiment sportive, exigeante… Et bienveillante à la fois. Tout le monde peut faire du yoga, les vieux, les jeunes, les gros, les minces. Il n’y a pas de compétition avec les autres, seulement avec soi-même. Et c’est un vrai cercle vertueux, car plus tu pratiques, plus tu prends conscience de ton corp, de tes muscles, et plus tu as envie de renouer avec ces sensations. Logiquement, tu réadaptes naturellement ton alimentation en fonction, tu manges plus léger, tu te « contentes » de moins, tu apprécies la nourriture pour ce qu’elle est: une source de plaisir, certes, et d’énergie, mais pas non plus un sujet central et obsédant. Tu découvres que le réconfort ne se trouve pas nécessairement dans la nourriture, mais dans l’activité physique, et le bien-être que ça procure après coup: sur le mental, et plus globalement sur ta confiance en toi, ton estime de toi, ta fierté, qui grimpe, devant les efforts accomplis.
    LE yoga est est une révélation!

    Je te souhaite en tous cas, si ce n’est pas le yoga, de te trouver une discipline sportive qui te convienne, et dans laquelle tu t’accrocher, tu te fixes des objectifs. Pas un abonnement à une salle de sport dans laquelle tu ne mettrais pas les pieds, non… Un sport qui « t’oublie », dans lequel tu t’engages réellement, par plaisir, par ambition, et par que ton corps et ton esprit te le réclament.
    Faire du sport, bien s’alimenter,entretenir la machine qui nous sert de corps… C’est un cadeau qu’on se fait à soi-même… Parce qu’on le vaut bien 😉

    Courage, et surtout, bravo!

  • Hugs <3
    Je n'ai aucun conseil spécifique à te donner. Peut-être que les processus type Zermati t'aideront un peu, peut-être que Weight Watchers te convient mieux, selon ton caractère. Bisous et bon courage pour réussir à ne faire qu'une avec ton corps quelle que soit la place qu'il occupe dans l'espace !

  • Je comprends très bien ce que tu veux dire en parlant de tes kilos comme une armure protectrice, car je crois que j’ai utilisé mon corps exactement de la même manière. Je n’ai pas la même histoire, mais une souffrance aussi que j’ai enfouie dans mon corps avec plein de kilos pour l’étouffer.
    Un jour, pour des tas de raisons, j’ai commencé à maigrir. Et je me suis aperçue que mon sentiment de sécurité ne partait pas avec mes kilos. Non, car mon corps était devenu plus fort, plus musclé, j’étais plus rapide, plus souple, et je me sentais finalement plus forte.
    C’est juste une réflexion que j’avais envie de partager avec toi, car j’ai été assez surprise de ressentir cela.

    • Merci pour ce témoignage! C’est une réflexion que je me faisais justement ce soir… Mon sentiment de sécurité est illusoire car si on m’agresse je serais comme ces gens dans un costume de sumo, bien embêtée et gauche! Et puis prendre des cours de sport de combat me semble plus indiqué! 😉

  • Courage pour ce combat… Les kilos en trop je connais et il n’est pas facile de s’en débarrasser. J’ai appris à vivre avec, et l’arrivée de ma fille m’a je crois permis d’accepter (sans aimer) la vision de mon corps. Je ne me sens pas hyper à l’aise, mais j’irai volontiers à la piscine avec ma fille, chose que je ne faisais plus avant… Et puis tout « gros » sait qu’il est compliqué de perdre, mais tout aussi compliqué de ne pas reprendre une fois un objectif atteint ! Que la force soit avec nous et que nos corps s’affinent ! Si j’pouvais perdre 30kg je ferai la danse de la joie toute nue au pied de la tour Eiffel ! ! :p

  • J’ai connu l’obésité, j’en parle ici : http://bleekin.com/2011/01/23/coup-de-gueule-resolument-perso/
    J’ai aussi eu la chance de rencontrer un nutri qui est allé au delà des analyses standard, que tous les autres trouvaient ‘parfaites’ également, et a poussé un peu plus loin la curiosité. Aujourd’hui, je sais que je suis hyperinsulinique, et si ce n’est pas facile tous les jours, je sais aujourd’hui ce que je dois/peux faire pour ne plus prendre 2kg par week-end 🙂
    Courage et <3

  • Bonjour, Je découvre juste ton blog, et à travers cet article tu m’as beaucoup touchée. Je ne sais pas ce que tu as vécu, mais je te souhaite de réussir dans ta recherche de ton toi, épanouie, et heureuse.
    A très bientôt.

  • Je te félicite pour ce « coming out », dire les choses c’est déjà choisir de les faire changer, mettre des mots sur ce que l’on veut c’est déjà à moité le réaliser, j’y crois très fort !! On est tous avec toi dans cette aventure ! On ne se débarrasse pas de son passé, il faut juste lui donner la place qu’il mérite aujourd’hui, ni plus, ni moins ! Bravo pour cette initiative !

  • Ton article fait résonance chez moi. Je n’ai pas un problème de kilos mais de ventre, je n’ai évidemment pas le poids de mes 20 ans mais les chiffres m’importent peu et cela fait des mois que je ne me suis pas pesée. Mon souci c’est mon ventre mou flasque, qui ressort trop, donnant l’impression d’un début de grossesse. Je pensais que cela « rentrerait dans l’ordre  » et dans mes jeans au bout de quelques mois mais bébé à huit mois et ce ventre est toujours là. Il me rappelle que j’ai « dû » enchainer cette troisième grossesse et que je ne serais plus jamais celle d’avant. Le rapport au corps et à la nourriture est rarement lié uniquement à un problème physiologique. Dans ton article je vois beaucoup de culpabilité (j’espère ne pas faire de projection, parce que je suis la reine de la culpabilité). Ta motivation « je dois prendre soin de ma santé parce que je suis une mère de famille » est louable mais elle est culpabilisante. Ton problème de poids ne fait pas de toi une mauvaise mère. Tu dois prendre soin de ta santé parce que tu le mérites. Tu mérites de te sentir belle et d’être en forme. Il serait souhaitable que tu reprennes contact avec ton thérapeute afin qu’il puisse te dire, comme je le pense, qu’il n’est pas déçu de la tournure qu’a pris ta vie, qu’au contraire il est fier de voir ce que tu as accompli. Pour finir, je suis une « vieille » comme toi et je ne pense pas que ton âge te permette d’avoir la garantie de ne pas être embêtée par des relous (les vieux libidineux, ce sont les pires), même en maison de retraite ça drague sec ;), mais il est important pour son équilibre personnel de se plaire à soi-même et d’accepter le risque de ne plus être transparente.

    • Merci beaucoup Kannard pour ton message qui me va droit au cœur. Je n’avais pas vu cette notion de culpabilité… Je voyais plus ca comme du réalisme… Mon surpoids est un risque de mourir prématurément comme l’est le fait de fumer comme un pompier ou de boite un peu trop de verres de vin par semaine… Ça ne fait pas de moi une mauvaise mère, bien sûr. Et « ne pas mourir » n’est pas ma motivation principale, heureusement! (Je suis mal barrée sinon!! ;-))
      Ma santé l’est en revanche… Je ne courrais plus jamais aussi vite que les filles mais là je ne peux courir du tout par exemple. C’est pas très marrant. Cela étant je ne ressens aucun regard malveillant de la part de mes enfants, pas même de Mouflette (le regard adolescent est parfois cruel), elle m’aime, me trouve belle, mon poids n’est pas un sujet tabou et je peux lui expliquer pourquoi elle ne doit jamais faite de régime de sa vie…
      Pour le psy, l’idée même de le recobtacter me tord le ventre… C’est un peu étrange. Il m’a beaucoup aidé et a toujours été très bienveillant. À réfléchir! 😉
      Merci encore!!

  • je me souviens que tu m’as raconté cette histoire et pourtant je l’ai à nouveau lu jusqu’au bout, j’espère sincèrement que tu trouveras l’énergie, la volonté, le courage, l’envie (je ne sais pas bien) en tous les cas le soutien pour arriver à alléger ce corps surtout pour ta santé bien évidemment…
    c’est drôle je ne fais pas de parallèle et pourtant mon billet du jour pourrait faire écho au tien… bises

  • Quel magnifique article.
    Je suis au boulot, et derrière mon écran j’ai presque pleuré. Avec toi d’une certaine façon.
    Je n’ai pas 50 kilos de trop, 3-4, qui viennent et qui repartent avec le stress.
    Mais depuis quelques mois les vieux démons des 3 kilos en trop ont décidé de rester. Tous les matins ils m’insultent en me disant que je suis laide. Dans le fond, je le sais, que je ne suis pas une jolie fille. J’veux dire, je suis mignonne, je suis marrante, mais comme tu dis en rue je suis transparente.
    Je n’ai pas de blessures si profondément ancrée, enfin si, certaines, mais j’aime dire que je suis en paix avec elle. Mais le régime ça c’est hors de question, car je me suis tellement battu avec les points, les soupes, les légumes, les fruits, la bienséance.

    Finalement, je veux juste être en paix.
    Il est où ce chemin là, avec quelle chaussure on l’emprunte ?

    Merci pour ton article

    • Tu as raison de ne surtout pas faire de régime… Surtout pour 3 ou 4 kilos… Qu’ils restent où ils sont plutôt que de te retrouver avec 15 kilos en trop à force de yoyo…
      Etre en paix, c’est un programme long et difficile… Je ne suis pas la meilleure placée pour te conseiller. Je te souhaite de tout coeur de trouver la paix.
      Du peu que j’ai vu, tu es une magnifique femme, ne laisse personne te dire le contraire, même pas toi.
      Merci à toi pour ton commentaire.

  • Ah la la la… je me vois dans ton article… peut etre pas 50 pour moi mais 20… tout de meme… (1m70 et 86kg)
    Ton article m’a fait pleurer…
    Il est vrai que sous nos kilos, personne ne nous voit… ne peut deviner qui on est… et parfois c’est un atout…
    Mais cette carapace nous empeche aussi d’avancer … physiquement comme psychologiquement… ce n’est qu’une facade de se dire que ca nous aide…
    je dois me remettre a WW aussi le mois prochain (finance oblige)… on peut se soutenir si tu veux … moi j’aimerais bien ca 😉
    Merci pour ton article qui me fait du bien… et franchement, tu es une maman qui déchire… ca se voit… alors j’espère que tu arriveras a perdre ces kilos dont tu veux a présent te séparer… et devenir le magnifique papillon épanouie que tu mérites d’etre…
    Bisous

  • Premier message ici : j’ai été en hyperthyroidie et j’ai donc passé du temps sur le site et le forum de l’association des malades de la thyroide … L’hypo fait prendre du poids, alors si tu n’es pas équilibrée de ce côté là, pas entendue par ton endocrino … change-en! 😉

  • Même combat pour moi; WW plusieurs fois et l’envie d’y retourner et en même temps une énorme lassitude de tout ça et aussi quelque part l’envie d’être soi même, fusse avec des kilos en trop ! bon courage quoi que tu fasses !

  • Tu sais, je te lis depuis longtemps, je te trouve très jolie kilos ou pas. Mais tu DOIS maigrir, pas parce que tu seras plus jolie, mais pour rester en bonne santé (tu le sais déjà). Je vais dire le mot qui fâche et qui fait mal, tu es obèse, à ce stade. Je suis dans le milieu médical hospitalier et nous avons eu une journée de sensibilisation… Je me permets de te conseiller très vivement, très, très vivement, de te rendre à une consultation spécialisée à l’hôpital. Ils t’expliqueront tout, te soutiendront, t’accompagneront, t’expliqueront qu’il faut absolument et avant tout que tu reprennes une activité physique modérée, prendront également en compte la dimension émotionnelle de ta prise de poids. Ils ont des psys super formés, des diététiciennes, tout quoi ! Le but n’est pas de peser 50 kilos, mais de te retrouver à un poids où tu ne bousilles pas tes articulations, ton cœur, et que tu sentes physiquement et psychiquement « équilibrée »… J’espère que ce conseil ne te blesse pas, ce n’est vraiment pas le but, mais permets moi d’être franche, je suis pas certaine que Weight Watchers soit le meilleur moyen d’atteindre tes objectifs. On compte les points un moment, aux réus, on se toise toutes pour voir laquelle a été la plus performante… A terme, c’est la reprise de poids assurée. Tu ne dois plus JAMAIS faire de régime ! C’est la porte ouverte à tous les kilos !!!! Courage et pleins d’ondes positives et s’il te plait prends ce que je viens te dire pour un conseil bien attentionné que je me permets de te donner alors qu’on se connait même pas…. Tchuuuusssss ! PS : putain Mouflette et toi êtes des clones !!! (PS : si tu veux que je t’aide à trouver une consult’ par chez toi ou plus de renseignements, n’hésite pas).

    • C’est gentil d’avoir pris le temps de m’écrire ce message et j’ai lu la sincérité, ne t’en fais pas.
      Je sais que je suis obèse, je suis à « ça » de l’obésité morbide même… Ca ne me fâche pas, c’est une réalité avec laquelle je vis depuis des années maintenant.
      J’ai déjà fait plusieurs fois ww, les premières fois furent un échec cuisant car j’ai abdiqué à la première « reprise » de poids (au bout de 6-8 semaines à chaque fois). Il y a 3 ans j’ai re franchi le pas, avec une analyse de mes erreurs et en voyant le programme comme un cadre me posant une « organisation » qui m’est nécessaire, sans me mettre de pression. J4ai perdu 9 kilos en 9 mois, c’était très lent mais j’ai beaucoup appris, sans prendre pour argent comptant tout se qui se dit aux réunions. J’étais fière d’avoir tenu et d’avoir su me faire du bien sans violence… Ensuite je suis retombée enceinte, 2 fois de suite, et me voilà 3 ans après avec deux grossesses, deux accouchements, deux petits bébés et mes 9 kilos repris durant cette période…
      Je ne le vois pas comme un régime mais comme une base me permettant d’évoluer en sécurité. Certaines personnes ont besoin d’un cadre libre, c’est mon cas.
      Par contre je veux bien les adresses des consultations près de chez moi, car un suivi psy ne peux que me faire du bien. 🙂
      Et même un suivi à l’hopital, je suis ouverte à toutes les possibilités pour aller bien.

  • Je tombe sur ce billet par la magie d’un lien sur facebook et ma vie me revient en pleine face. Je me retrouve dans quasi tous vos mots/Maux. J’arrive peu à peu à cette même conscience, cette envie de légèreté qui me parait de plus en plus pressante. Alors j’espère trouver la force de tourner la page et d’avancer, d’un pas de plus en plus léger.

  • Wouaou, hyper touchant cet article,1ère fois que je commente alors que je te suis depuis pas mal de temps..je t’envoie toutes mes ondes positives.Prends soin de temps.
    Bisous pailletés

  • J’aime retrouver vos article et suivre vos aventures!
    Votre corps a vécu de jolies choses aussi maintenant avec ces grossesses!
    Je souhaite bcp de bienveillance par rapport à lui et une belle aventure ww!
    Des bises

  • Bravo pour cet exercice d’honnêteté vis à vis de toi même, je suis très impressionnée. Sois indulgente avec toi même, tu as bien des raisons d’avoir voulu te protéger du monde extérieur. Et avec de la patience, je suis sûre que tu retrouveras un équilibre entre santé, dynamisme et plaisir (de manger). Sans avoir ton vécu, j’ai un peu le même parcours que toi corporellement. Petite fille un peu ronde, ado gironde dans le bon sens du terme, je n’ai jamais été filiforme et mon 55 kg pour 1m65 de mes 15 ans me complexait. Si j’avais su… Après (seulement) 2 grossesses j’ai 20 kg à perdre, et pas pour être fine non, juste pour réussir à bouger correctement). Aujourd’hui j’ai une petite fille et ça me faisait tellement peur qu’elle puisse être comme moi. Et puis je me suis dit que quoiqu’elle soit, ronde ou pas, je lui apprendrai qu’elle est la plus belle ! Je te souhaite le meilleur, pour toi, ton corps. Que vous ne puissiez être plus qu’un (ou une).

    • Tu as raison de tenir ce discours à ta fille! Nos enfants sont beaux et le plus beau cadeau qu’on puisse leur faire est de les accepter tels qu’ils sont, sans jamais leur faire croire qu’ils sont imparfaits…
      J’ai également très peur de transmettre mes névroses à mes filles, tout particulièrement à Mouflette qui est adolescente et commence à s’intéresser de près à son corps… Trouver les mots, la dissuader de tenter tout régime, lui faire accepter son corps, lui faire admettre qu’elle est belle…
      Ne surtout pas lui transmettre mes démons face au poids ni mes complexes. Ce n’est pas évident!

  • Petite, j’étais potelée, à l’adolescence, carrement ronde, grosse au lycée et j’ai fait un regime l’année du bac pour tomber a 46 kilos. Prendre Kate Moss pour modele n’était pas une bonne idée. Mais mince ou pas je n’ai jamais plu aux hommes. Toujours est -il que je n’ai plus jamais regrossi sauf pour mes grossesses.

    Mais je connais ces kilos carapace, j’en avais parlé d’ailleurs sur le blog, ils protegent, ils rassurent, comme un doudou.

    Apres le Mistouflon, avec 22 kilos de trop, je me cachais derrière, je crois qu’ils étaient aussi une excuse, a quoi je ne sais pas.
    En tout cas seul WW m’a permis de les perdre et je suis sure que ce sera la bonne methode pour toi aussi. Et puis on est là, au cas ou, n’oublie pas

  • tres touchée par votre texte et ce n’est pas une question de kilos pour ma part….
    c’est effectivement vrai que de prendre bcp de kilos apres un drame pareil, permet de se « protéger »..
    plein de courage !! <3

  • un bien bel article.
    Je me permettrais juste de protester sur un point: « plus personne ne me trouve jolie ». Car certes les kilos sont là mais je t’ai toujours trouvé jolie. C’est sincère!
    plein de courage et surtout de bonheur pour la suite

  • Comme je comprends ce que tu écris. Ce harcèlement pour être mince, pour perdre deux ou trois kilos inexistants, pour être parfaite. Ces kilos qui nous protègent.
    Je te souhaite de devenir celle que tu veux être. Je me cherche encore.

  • Il ne faut pas m’en vouloir, je crois que c’est la première fois que je fais ça, j’ai changé mon pseudo! Sur la toile, je suis une tout autre personne, celle dont on ignore les 25 kilo en trop, celle qui donne l’apparence d’être une fille bien dans sa tête en pleine ascencion professionnel… Et il y a celle qui se cache derrière tout ça, celle qui a l’âge de huit ans à connu l’horreur au plus profond de son corp! D’un coup, tu grandis, alors que tu ne devrait avoir cet air innocent, celui d’un enfant en pleine découverte ! Le temps passe, et au fil des années pour te réconforter, te cacher tu te construit une carapace de graisse!
    Ton vécu m’a ému, m’a touché en plein coeur! Bravo pour ce courage du dépôt de plainte, mon agresseur lui est décédé, déposé plainte serait difficile… Je n’ai pas le courage d’affronter mes vieux démons, j’évite donc la thérapie qui pourtant pourra m’aider à avancer!!!
    Je te souhaite,beaucoup de bons, et que le meilleur pour l’avenir!!!

    • Je te souhaite énormément de courage également.
      Mon premier agresseur est décédé quand j’avais 14 ans, je n’ai jamais pu porter plainte. Le second est encore vivant et coule des jours paisibles je ne sais où… Il a été condamné à du sursis -et je dois malheureusement reconnaître que j’ai de la chance qu’il ait été condamné, que ma plainte n’ait pas été classée sans suite et qu’il n’y ait pas eu de non-lieu…- Il s’agissait du mari de ma mère, avec qui j’ai vécu 9 ans en tout, dont 3 après mon « aveu » de ce qu’il me faisait subir.
      C’est terrible, une blessure indicible qui prend des années à se refermer… Ca prend du temps de réussir à vivre avec.
      Je te souhaite de trouver le chemin vers l’apaisement. Malheureusement, dans ce genre de tragédie, nous sommes seuls à pouvoir nous en sortir… Peu de personnes sont capables de comprendre sans juger ou nous demander de nous taire. Trouver le bon thérapeute, celui qui est formé pour traiter ce genre de cas (c’est très spécifiques, les blessures que laissent les agressions sexuelles, et tout particulièrement celles vécues dans l’enfance) est difficile également… J’ai eu la chance de trouver sur mon chemin les bonnes personnes (je les ai longuement cherché, il faut dire…). Je sais pour avoir cotoyer des groupes de paroles que je ne fais pas partie de la majorité. Nous sommes des victimes qui dérangeons, quand on est au coeur de la tempête, c’est une injustice supplémentaire, une double peine alors que nous sommes innocents.
      Bref, je te remercie pour ton témoignage, et je te souhaite beaucoup de belles choses et surtout de trouver la sérénité que tu mérites.

  • Bonsoir,

    Je suis très touchée par votre texte……Je me suis retrouvée dans l’évolution corporelle de mon poids !!!!!Je vous envoie par le pensée un bouquet de fleur remplies d’amour et de joie… Magali

  • Tes témoignages sont toujours très touchant et ça montre à quel point on peut se faire du mal au corps à cause de toutes nos émotions !!
    J’ai moi-même fait des régimes et je tente de maigrir depuis mon adolescence !! Et depuis toujours j’utilise la nourriture telle une drogue pour contrôler mes émotions ! J’ai découvert récemment le site du GROS (très intéressant), qu’il y’a des thérapeutes psy ou diététiciens spécialisés dans cette méthode (y’en a 2 à Toulouse !). La diét en question de Tlse propose d’ailleurs des consultations de suivi en ligne type skype ou tél pour les gens qui peuvent moins facilement se déplacer ce qui peut t’intéresser avec ta grande famille !! Et pour les Internet addicts qui peuvent encore moins se déplacer et se le gérer en ligne, tu as Line Coaching, le site des inventeurs de la méthode, ça vaut le coup de regarder. Je trouve ça intéressant on ne parle pas de régime mais de réapprendre à gérer ses sensations de faim et ses émotions ! Bref je viens de souscrire au site, je vais tester et voir si je suis assez assidue car j’ai peur que le suivi avec un thérapeute me manque car j’ai souvent besoin de pression pour faire les choses !! sinon je tenterai avec un thérapeute de la méthode du GROS. Bonne continuation à toi, en tout cas tu as l’air bien heureuse avec ta famille, ça ne peut que t’aider à aller mieux de ce côté ! Bon courage !

    • Merci Aurélie! Je connais le GROS mais je n’ai pas eu l’idée d’aller voir, je vais faire ça de ce pas.
      Linecoaching est un excellent site auquel j’étais inscrite il y a plusieurs années, mais cette méthode ne me suffit malheureusement pas…

  • Tu peux être fier de chaque atome qui compose ton être & ton corps, telle que tu es ! Mais si, ton âme te souffle de te sentir légère, alors envole toi ! C’est une nouvelle étape non ? Essaye de trouver ton équilibre à toi, qui n’est pas forcément celui de la balance 😉 L’important c’est de prendre soin de toi. Bises

  • J’ai les larmes aux yeux en te lisant car j’ai l’impression de lire ce que j’aurai pu écrire ! Sauf que je n’ai pas trouvé pourquoi j’avais grossi autant… J’ai peur de le découvrir même si je sais que c’est nécessaire pour pouvoir maigrir

  • « Quoi que vous puissiez faire ou rêver de faire, commencez-le » je ne sais pas de qui c’est mais c’est très juste. Le premier pas, d’une longue course de fond est fait. Je vous envoie du courage et de la persévérance, des encouragements aussi. Et merci de partager ça avec nous. Les grandes décisions sont souvent difficiles à prendre. <3 <3

  • Ton article est très touchant car il fait le lien entre beaucoup de choses, le corps lié au reste, à la famille, à soi aux autres et aux grossesses… Je te souhaite de faire la paix avec ton corps. Déjà poser des mots est un bon départ. peu importe les kilos tant que tu te sentiras bien. Je t’envoie de douces pensées <3

  • Je ne suis pas particulièrement concernée par cet article mais je termine sa lecture avec une énorme boule dans la gorge. Merci pour cet article que je trouve empli de tolérance et de bienveillance. Ça ne doit pas être évident de se dévoiler ainsi. Bravo et courage pour la suite !

  • J’arrive un peu par hasard mais cela résonne assez justement. Perdre du poids est un vrai combat, je ne suis pas sûre d’y être tout à fait prête moi non plus même si j’ai déjà entamé la salle de sport (que je loupe une fois sur deux) mais en même temps cela devient urgent. Merci pour ce témoignage et plein de courage.

  • Quel article !
    Il m’a bcp touchée.
    J’ai moi aussi pris du poids pour diverses raisons boulot soucis d’argent soucis avec la moitié soucis encore et encore et bien entendu je n’ai pas vu où plutôt je ne voulais pas voir.
    Après la grossesse j’avais perdu mes kilos de grossesse mais à la reprise du travail j’en ai repris 13….
    Et puis ya eu un déclic…. Qui m’a poussé à faire le secret du poids (on compte les calories et c’est gratuit) j’ai perdu les 13 kgs en 6 mois en mangeant de tout, il m’en reste 9 à perdre pour être comme je veux….
    Je te souhaite beaucoup de courage dans ton cheminement vers cette liberté de corps et d’esprit.

  • Les traumatismes résonnent en nous, nous trahissent et finissent par nous envelopper. Parce qu’on a autre chose en tête, on met ça de côté, jusqu’au matin où l’on ne se reconnait plus dans le reflet d’une vitrine… Ça vient de m’arriver, et la lecture de ton article me donnent encore plus envie d’avancer, alors merci ;)! Et n’oublie pas de passer une belle journée!

  • Bonjour
    j’arrive un peu par hasard au gré des partages Facebook. C’est un très bel article qui m’a tiré quelques larmes, non de pitié mais d’admiration quelque part.
    Je me retrouve dans pas mal de choses : ces gens qui veulent contrôler ton corps, t’imposer des diktat à la con. Tellement qu’un jour, on a vraiment ce problème de poids qu’on n’avait jamais eu en fait, avant.
    Et quand bien même, on a le droit d’être ronde et belle, d’être ronde et femme.
    Et tu es belle !
    Alors je comprends la démarche. Je suis la même. Avec WW. Je prends mon temps (même si j’aimerais voir tout mon poids disparu), j’ai fait le chemin de la thérapie (2ans) pour comprendre pourquoi cette prise de poids, pour cacher quoi, pour comprendre que je n’avais rien à cacher. Et j’espère d’ici un an ou deux, retrouver un corps avec lequel je sois en harmonie, peu importe le chiffre qui sera inscrit sur la balance. Un poids qui me permette de faire sans douleur tout ce que j’aime.
    On ne se connaît pas mais je me permets de t’embrasser sincèrement et de te souhaiter une jolie route vers un toi plus léger (dans le corps, le coeur et l’esprit)

  • Coucou! Je te souhaite une belle année 2016 puisque je ne crois pas avoir encore laissé de commentaire cette année sur ton blog, même si je le suis régulièrement 😉

    Sur tout ce que tu dis: c’est vraiment une claque pour moi. Bravo pour tout ça, pas facile à vivre, à écrire…

    La sensation que j’ai, (sans vouloir faire de parallèle car je n’ai pas eu de problème de poids), c’est que notre génération (j’ai 34 ans) a perdu le sens naturel de manger, se faire à manger, sentir ses sensations, connaître son corps. Avec l’industrialisation, les mamans au travail (ce qui est une bonne chose attention), moi je n’ai jamais cuisiné avec la mienne. Alors j’ai eu 20 ans et je ne savais pas me faire cuire un oeuf. Vraiment pas! Je savais rechauffer une quiche au micro onde. Sauf que c’est pas ça se nourrir. Je suis devenue mère de famille, et j’ai fait l’effort de préparer des repas équilibrés. Mais ça m’angoissait, ça me mettait une pression de devoir faire à manger…

    Et puis pour des tas de raisons, je suis devenue végétalienne (quasi) il y a un an. Et là, le déclic. Tout à apprendre. Le plaisir des repas. Sentir qu’on se fait du bien. Tout mon rapport comme mère nourricière, et femme qui se nourrit a changé! C’est incroyable!
    Je précise que je n’ai pas du tout fait ça pour des problèmes de poids car j’ai toujours eu un leitmotiv (et heureusement pour moi): jamais de régime!Et je n’en ai jamais fait! Mais à 20 ans, mon chéri de l’époque me disait que si je perdais mes 2 derniers kilos (oui les mêmes lol) je serais parfaite. Et ça c’est d’une violence en fait, je le mesure aujourd’hui. Si on est parfaite à 2 kilos près c’est qu’on est parfaite point!!! Même les mannequins tout maigres sont enjointes des perdre ces satanés 2 derniers kilos et sont presque en état (médical) de famine!

    Le pire dans l’histoire?? Je me suis stabilisée à mon poids antérieur -2 kilos… Ah la la.
    Enfin bref, je voulais pas du tout comparer avec ton histoire bien sûr, infiniment plus complexe et douloureuse. Mais je pense qu’en tant que génération, on a été bien déboussolée d’un point de vue alimentaire toutes autant que nous sommes (tous autant que nous sommes). Je n’ai que de l’admiration pour ton parcours, je trouve que tu es une femme très courageuse, très droite! Pas parfaite (mais qui l’est franchement?) mais lucide et honnête sur elle-même!
    35 ans, c’est un bon âge pour faire une bascule. Je crois que le corps humain jusqu’à 35 ans peut absorber pas mal de choses, et qu’après si on change et qu’on prend soin de lui, ça peut bien rouler! C’est super que les fondamentaux (marqueurs sanguins) soient bons! Je te souhaite le meilleur dans cette démarche! Considérer son corps comme un allié c’est tellement fondamental. Les grossesses et l’accouchement peuvent être des moments où on ressent ça comme femme! Je te souhaite de faire de ton corps ton meilleur ami en 2016!
    bisous
    Sabine

  • Cette volonté qui ressort de tes textes (celui ci en particulier) t’amènera à ce que tu désires, j’en suis convaincue.
    Je te souhaite bon courage, par qu’il en faudra également.
    L’essentiel est que tu arrives à te sentir bien dans ton corps, quelque soit le poids qui tu as.
    Des bises

  • Les 50 kg dont tu dis avoir besoin pour te protéger sont désormais répartis entre les 4 enfants qui t’entourent ! Il est temps à présent de prendre soin de ce corps qui est le tien et je rejoins les personnes qui t’encouragent à tenter de retrouver le plaisir du mouvement et de la nourriture plutôt que de suivre un régime (ce que tu ne sembles pas souhaiter pas mais WW, c’est ça non ?) . Préparer des plats simples et sains mais goûtus est vraiment moins compliqué qu’on le croit et il est facile de véritablement se régaler avec peu de choses.
    Le nombre de commentaires suite à ton post montre à quel point notre rapport au corps est complexe. J’ai l’impression que l’arrivée dans cette nouvelle maison a vraiment fait bouger quelque chose en toi et je te souhaite sincèrement que ce nouveau départ te donne l’impulsion pour faire ce qu’il faut pour te sentir mieux. Et poursuivre ta thérapie ?

    Plein de courage !

  • Je me retrouve un peu dans ton article, ce bouclier, le réconfort de la nourriture ! … J’ai beaucoup de moins de kg à perdre que toi c’est sûr juste 20 … j’ai voulu tenter une autre méthode en téléchargeant l’appli « le secret du poids » depuis samedi je constate que dès le petit dej’ j’ai déjà dépassé la moitié de ce que je devrais avoir comme apport calorique … je crois que cette méthode ne va pas faire long feu sur mon téléphone !!!
    Bon courage et tout mon soutien
    <3

  • Quel article émouvant! Pleurer soulage, j’espère que WW t’aidera à finir de te libérer et te sentir épanouie dans un corps adapté à toi, aujourd’hui.

  • Je n’ai pas eu tes blessure du passé ni tes maux. Mais j’ai également au moins 25 kg à perdre (sûrement plus selon les médecins). Je te souhaite bon courage pour cette reprise en main cette bataille. Je te soutiens et suivrait ton évolution. Et qui sait un jour je me lancerai peut être dans ww !

  • Merci pour cet article si touchant et sincère. Je ne pense que personne ne peut imaginer la souffrance d’être obèse à moins de l’être également. Comme l’une de tes lectrices qui a commenté, je suis moi aussi passée par la chirurgie bariatrique.

    La première fois que mon médecin m’a parlé d’opération, j’en ai pleuré pendant plusieurs jours, pour moi c’était comme une mutilation. Je culpabilisais aussi beaucoup : prendre tous ces risques avec deux enfants pour quelque chose que je m’étais pour ainsi dire « créé ». Mon médecin m’a fais comprendre que j’étais malade, que l’obésité était une maladie et que je n’y étais pour rien.
    Après deux ans et demi de réflexion, de prises de renseignements, de réunions d’information avec les témoignages de celles et ceux qui étaient passés par là, j’ai finalement pris la décision de me faire opérer avec le soutien de mes proches.
    Mon mari m’a beaucoup soutenue, j’étais terrifiée et sans son optimisme à tout épreuve, je pense que je n’aurais pas eu le courage d’entreprendre cette démarche.
    Cela fait 10 mois que j’ai été opérée, j’ai perdu 56 kilos, c’est une véritable renaissance, j’ai 41 ans et je n’ai qu’un regret : ne pas l’avoir fait plus tôt.
    Attention, je ne dis pas que la chirurgie est LA solution, cela l’a été pour moi, en effet, les régimes, les nutritionnistes, diététiciennes ont eu un effet yoyo catastrophique sur moi.
    Comme tu le dis si bien, le poids est comme une carapace, on se perd, on devient transparente. Maintenant il me reste à apprivoiser mon nouveau corps et le regard des hommes sur moi, c’est quelque chose de nouveau qui me met souvent mal à l’aise.
    Les cicatrices de l’âme sont si difficiles à guérir.

    Je suis sure que de poser les mots sur tout cela est une étape décisive pour toi, bravo pour ton courage. Je te souhaite de trouver la sérénité et la solution qui sera la meilleure pour atteindre tes objectifs.
    Tendres pensées.

    • Merci Mel pour votre témoignage touchant!
      56 kilos en dix mois, c’est énorme! Cela n’a t’il pas d’effets indésirables de perdre si rapidement?
      Bravo en tous les cas pour cette décision qui n’a pas du être simple…
      Je n’envisage pas la chirurgie pour l’instant, je préfère tenter une rééducation alimentaire stable… L’opération sera un dernier recours… Comme vous, cela me terrifie, alors tant que j’ai d’autres options… 😉

      • C’est vrai que la perte est très rapide, je suis très bien suivie par mon chirurgien et une endocrinologue, je prends des vitamines tous les jours et j’ai des prises de sangs régulières afin d’éviter les carences. Les premiers mois sont très fatiguant, la réussite réside dans le suivie du protocole à la lettre et aussi le fait de faire du sport pour se re-muscler 2/3 heures par semaine.
        Je comprends à 100% tes réticences, il y a d’autres alternatives à essayer avant de passer sur le billard.

        • C’est vrai qu’il y a un gros suivi et tout. C’est top si ca s’est bien passé pour toi! J’ai des exemples moins réussis autour de moi mais les personnes étaient assez âgées… Je ne dis pas que je n’y aurais jamais recours. Mais j’aime autant passer au travers! 😉

  • Bonjour
    Comme toi mon corps a choisi le confort de quelques kilos superflus comme barrière de protection pour des raisons je pense similaires aux tiennes… Et puis un jour j ai lu le livre Guérir son enfant intérieur qui m a ouvert les yeux (associé à une thérapie) depuis j ai cessé de me cacher et sans aucun régime la barrière des kilos s est envolée. Je pense que c est un déclic qui fera la différence et ce jour là la vraie Toi forte et sereine sera prête à ne plus avoir besoin de cette Barrière physique pour affronter le monde. Je te le souhaite de tout cœur!

  • la machine est lancée! bon courage sur la route de la réunification avec vous même! ici aussi des kilos en trop. j’évite les miroirs, j’ai rangé mes jeans mais je sais qu’il va falloir faire quelque chose mais je ne trouve pas par où commencer. Votre témoignage m’inspire.

  • Bonjour 🙂

    Je lis ton blog avec assiduité depuis quelques mois déjà.
    En lisant cet article pour la première fois je l’avoue j’ai pleuré. Tu arrives tellement bien à mettre des mots sur des choses terribles qui me reflète mes propres expériences
    Tu m’as amenée à aussi me questionner sur le pourquoi je garde mes kilos en trop et que je me laisse dériver… Le fait que cela nous protège des autres et du monde extérieur… J’ai 26 ans, un petit garçon et d’année en année j’accumule toujours plus de kilos en promettant que demain, la semaine prochaine, le mois prochain, je recommencerai mon régime… La vérité c’est que les promesses et la remise à plus tard ne réparent pas ce qui a un jour été brisé. J’aimerais trouver la force de me remettre en question et de pouvoir avancer comme tu le fait mais mes démons sont toujours au coin d’un couloir trop sombre ou d’un souvenir désagréable de rapprochements trop insistants d’un grand père mal sain…

    Bref je ne vais pas m’étaler sur ma vie ce n’est pas mon but mais je voulais juste te dire bravo et que tu m’inspires à chaque article 🙂

    Au plaisir de te lire

    Emilie

  • Bonjour,
    pour avoir souvent perdu du poids avec weight watchers, je ne peux que vous le recommander. Ça permet de manger de façon équilibrée, d’être soutenue, d’avoir une trame, bref, plein de bonnes choses. Mais j’ai enfin compris pourquoi je n’ai jamais réussi à aller jusqu’au bout (le saint graal de la « stabilisation »!) : ça va trop vite.
    Je vous conseille avant de commencer de lire le livre de Michel Desmurget « l’anti régime ». C’est un chercheur en neurosciences, directeur de recherche à l’INSERM, lui aussi confronté à l’obésité à force de régimes et de yoyo. Seulement en tant que chercheur, il a voulu comprendre et a décortiqué une foule d’études scientifiques sur le sujet. Et ce bouquin vous apprends plein de choses passionnantes. Mais l’essentiel est de savoir que 95% des régimes sont des échecs parce qu’au bout de quelques mois, le corps se met en mode « famine » et fera,tout ce qu’il peut pour reconstituer ses réserves. Et toute la volonté du monde n’y changera rien.
    La seule solution c’est de diminuer les apports caloriques de 15% maximum, « voler sous le radar » comme il dit, se situer dans la marger d’erreur où le corps ne repère pas qu’on a diminué les entrées. Et donc perdre du poids lentement. Mais sûrement.
    Bon courage à tous et à toutes!

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


neuf × quatre =