Ma deuxième semaine #ProjetFonteDesGlaces

Il y a la théorie et il y a la pratique.
En théorie, je suis une femme raisonnable et sage, je suis réfléchie et posée. En théorie.
En pratique, disons que la jeune fille exaltée de 16 ans qui dort en moi n’est jamais bien loin… Collez moi un défi dans les pattes et elle se réveille, impatiente, déraisonnable, capricieuse…
Un peu comme si, en arrêtant de manger dès que la moindre émotion vient frapper à la porte, je devenais une sorte de Godzilla control freak.

Mes vieux travers sont là, derrière le rideau, et attendent avidement le moindre faux pas de ma part pour me sauter dessus!

Cette semaine, donc, j’ai eu la mauvaise idée de retrouver ma balance (elle n’était pas bien loin, mais jusqu’à ce jour, je ne la calculais même pas) et évidemment, je me suis pesée. Et que s’est il passé? Je n’avais pas perdu un gramme. Bah ouais. Et qu’est ce que j’ai fait? J’ai commencé à psychotter et à devenir obsessionnelle… Et pourquoi j’ai pas maigri, même pas un tout petit peu? Et si je me repèse demain, il va se passer quoi? Rien, cette balance semble bloquée sur le même chiffre.
C’était mercredi dernier.

Quelle est la tentation dans ces cas là? Tout foutre en l’air, se jeter sur les gâteaux et s’empiffrer… Pourquoi faire des efforts quand le résultat ne suit pas?

J’ai dû faire appel à toute la volonté qui m’habite pour coller une baffe à la nénétte de 16 ans, lui dire de se calmer et d’aller se recoucher, et refaire prendre le dessus à la femme relativement raisonnable que je suis.
J’ai commencé par planquer la balance (je sais où elle est, mais elle n’est plus accessible facilement). Je me suis également fait violence pour ne pas craquer et me taper une grosse crise de boulimie réduisant tous mes efforts à néant.
J’ai tenu bon. Je me suis octroyée une « soirée chocolat », et le lendemain, c’était reparti comme en 40.

C’est assez dingue comme la nourriture est une sorte de sourdine, pour moi. Un flot d’émotions arrive? Ma défense, c’est de manger. Je mange et tout se tait, je récupère un équilibre émotionnel à peu près stable.
J’ai mal quelque part? Je mange. Je suis trop heureuse? Je mange. Je suis triste ou énervée? Je mange.
Arrêter de manger dès que j’en ai envie (et non pas besoin), c’est faire face à ces émotions, cette sensibilité à fleur de peau et me la prendre en pleine tronche.
C’est accepter d’y faire face sans me réfugier dans la bouffe.
C’est sans doute ce qu’il y a de plus difficile…

L’autre difficulté, c’est mon corps. Je ne le comprends pas. Je me rends compte à quel point il est un étranger pour moi. J’ai l’impression de conduire en pilote automatique une voiture dont je ne maîtrise pas les contours ni la vitesse et encore moins la puissance… Un camion plutôt… Et là, tout à coup, je suis repassée en manuel… Et je comprends quedalle… Ca va me prendre du temps de réapprivoiser cet habitacle qu’est mon corps. L’habiter à nouveau, le comprendre, satisfaire ses besoins sans violence.

Ce qui est plus facile, c’est de manger correctement. Je prends beaucoup de plaisir à cuisiner, ma famille est heureuse comme tout, ils sont très soutenants sans forcément le savoir, c’est une vraie motivation pour moi de leur cuisiner des bons petits plats sains qu’ils dévorent avec enthousiasme et appétit!
C’est addictif, en fait, de faire à manger! (Surtout quand on a les outils appropriés et une cuisine immense, je dois bien l’avouer…)

Sans titre 13

Sans titre 14

Sans titre 15

Cette semaine, le bilan (sur la balance officielle de Weight Watchers, donc) est encore très positif! -1,2 kilos.
Dans une semaine, je l’espère, cela fera 2 bouteilles d’eau en moins!
Pour l’instant, ça fait 1 grande bouteille d’eau avec ses deux bébés bouteilles… 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

29 Commentaires sur
“Ma deuxième semaine #ProjetFonteDesGlaces”
  • Surtout, ne ressors pas ta balance… ! La balance, c’est le mal. La balance, ça fait grossir !! (et je n’exagère pas…) Réapprendre à vivre avec son corps, c’est aussi apprendre qu’il est autre chose qu’un nombre de kilos… J’avais lu sur le forum de line-coaching qu’on devrait bannir l’expression « pèse-personne » pour la remplacer par « pèse-kilos »… et j’avais trouvé cela très joli… En plus, si tu te remets au sport petit à petit, tu ne perdras plus de kilos pendant certaines périodes, alors même que tu minciras… alors à quoi bon se torturer… D’autant que si tu vas aux réunions WW, tu te pèses déjà une fois par personne, ce qui est bien assez (motivant au début certes, mais c’est trop à mon avis ensuite, car ça peut démotiver plus qu’autre chose…)
    Sinon, j’avoue, tes petits plats me font bien envie… Une des meilleures choses qu’apporte WW – à mon avis – c’est de réapprendre à cuisiner (pour moi, ce fut tout simplement apprendre… avant je ne cuisinais jamais… et même si j’ai pris beaucoup de recul vis à vis de ce régime – en particulier à cause du comptage des points – j’en retire ce point très positif…) Je suis à deux doigts d’acheter le magazine pour avoir la recette de la soupe de lentilles !

    • J’essaye de prendre du recul aussi par rapport à ce régime (car c’en est un) qu’est Ww… Mais j’ai besoin de ce cadre. J’applique les préceptes linecoaching en parallèle, la clé d’une minceur durable je pense.
      Et tu as raison, je suis convaincue aussi que la balance fait grossir! C’est d’autant plus surprenant et rageant, ma réaction, que je sais que c’est néfaste! Mais bon, je l’ai cachée! On apprend de ses erreurs! 😉

  • Ton corps a eu fort à faire avec tes grossesses rapprochées, il faut qu’il se stabilise un peu. Ne renonce pas, surveille ton alimentation, sois régulière et ce sera déjà un bon début. Je te souhaite beaucoup de courage pour la suite.

  • Rhaaaa punaise je suis pareille, à me jeter sur la bouffe à chaque pet de travers … quoi que, même quand ca va bien, je me jette sur la bouffe pour fêter ca !!! Effectivement, le travail de fond sur son comportement face à la nourriture, est à mon sens le combat le plus difficile ! Mais quelle fierté, quand on arrive à se détourner du placard !! Courage, donc !!

  • La semaine dernière je découvrais ton blog. Je venais de m’enfiler un paquet de cookies en me disant que grosse un peu plus ou un peu moins ça ne changerait rien. La semaine dernière sans me connaitre tu m’as donné envie d’y croire et d’essayer de nouveau. J’ai donc repris le comptage de mes points et mes bonnes résolutions.
    Pas encore de passage sur la balance, mais l’impression d’avoir le cœur plus léger d’avoir pris une si bonne décision.

    Bravo pour ta nouvelle perte de poids et pour ta volonté cette semaine. J’espère que les prochaines semaines (prochains mois en fait) je garderais la motivation pour pouvoir penser à ma fierté personnelle en lisant la tienne :)

    J’ai aussi pris le temps de lire quelques autres articles. C’est un plaisir de te découvrir toi et ta famille! Je vais me plaire à venir régulièrement par ici!

  • j’ai exactement le même rapport avec la nourriture, une sorte de doudou éternel …voilà pourquoi tous les régimes n’ont pas marché à long terme pour moi car au delà de l’assiette, c’est le comportement qui est en cause

    • Je comprends… Je mets en oeuvre, en parallèle, les préceptes d’Apfeldorfer et Zermati. C’est toute une remise en question…
      Je me sens prête. On verra ce que ça donne sur le long terme.
      Ce seul cadre ne me suffisant pas, WW m’aide à « cadrer » un peu (sinon j’arrête de grossir mais je ne maigris pas)

  • Et voilà, c’est fait j’ai sauté le pas. Ww depuis hier. Je veux, comme toi, laisser des bouteilles d’eau derrière moi. super pour cette nouvelle semaine et cette perte. Le principal c’est que ça descende.
    Courage

      • Merci. Grâce à toi, j’ai semé presque trois bouteilles d’un litre et demi cette semaine et cela m’a fait un bien fou. J’ai repris le vélo d’appartement et je me sens déjà mieux. J’aime cette spirale positive. Le chemin va être long, mais c’est déjà un grand pas d’avoir commencé. J’ai vu que cette semaine, le résultat n’était pas celui que tu attendais, patience, il faut continuer et les résultats arrivent toujours. Les efforts payent !!!

  • Bravo ! je crois vraiment que tu es partie dans la bonne optique et que tu vas y arriver , je suis admirative parce que moi je n’aurais pas eu ta volonté quand mes enfants étaient petits comme les tiens.

    • Merci!! :-)
      J’ai eu un déclic… Si je veux pouvoir profiter de mes enfants (pas dans le sens « je vais mourir » mais dans le sens propre, pouvoir courir avec eux, tenir la distance, les porter sans avoir mal au dos, pouvoir me relever quand j’en prends un dans mes bras!), je dois maigrir, c’est une obligation.
      Un autre déclic, c’est mon ainée, elle va avoir 15 ans, à son âge, j’avais déjà des comportements alimentaires très douteux… Et je sais qu’en tant que maman, je suis un exemple pour elle… Je ne veux pas qu’elle reproduise mes égarements alimentaires, ma malbouffe… Ni qu’elle me voit au régime.
      Je veux qu’elle voit que je mange de tout, comme tout le monde, de manière un peu plus réduite (sinon forcément, je reste grosse).
      Je n’arrête pas de lui dire de ne JAMAIS commencer un régime. Si j’en fais un, ça devient douteux! (Même si ww est un régime, c’est ce que l’on trouve de plus sain et de plus équilibré et de moins restrictif… Avec la méthode Zermati évidemment…)

  • Je vous suis depuis quelques mois et ai toujours apprécié vos articles sans jamais oser commenter.
    Je suis maman de deux adorables garçons (8 et 2 ans) et l’année dernière j’ai du voir la réalité en face, je ne reconnaissais plus mon corps.
    8 ans de relâchement complet, de malbouffe et bim un poids avoisinant les 3 chiffres.
    une visite à la médecine du travail a été mon électrochoc et j’ai dû complétement réapprendre à manger, pas de régime restrictif à base de soupe au choux ou cure de de pommes mais juste apprendre à manger et surtout à ne pas me jeter sur la nourriture quand ca va pas…
    Résultat moins 25 kilos en 7 mois.
    Je suis de tout coeur avec vous et croyez moi je comprends tout à fait votre état d’esprit.
    Le tout c’est de se lancer et bizarrement j’ai jamais autant aimé cuisiner pour moi ou pour les autres que depuis que je perds du poids.
    Plein plein de courage mais le plus dur est déjà fait, se lancer et pour cela je vous dis un grand bravo!
    Bonne continuation (désolée je me suis étendue mais ce sujet me parle tellement…)

    • Merci pour votre témooignage Blandine! Bravo pour votre perte de poids fulgurante, c’est vraiment super!!
      C’est génial de reprendre possession de son corps, de son assiette et de son mode alimentaire.
      C’est pour moi un grand plaisir que je n’imaginais pas… Le sentiment de « maîtrise » (dans le sens positif, pas restrictif), et de se faire du bien…
      Et les plats cuisinés maison sont tellement meilleurs!!
      A bientôt! :-)

  • Hello,

    Je n’ai jamais commenté ici mais j’ai découvert votre blog très récemment et je le trouve très poignant, plein de générosité et d’amour, de résilience et d’espoir…
    Concernant les affres de notre relation à la nourriture, je pense que c’est un sujet universel, et qu’il est rarissime de trouver une femme ayant une relation apaisée avec le contenu de son assiette :-)
    Donc voilà, commentaire inutile, juste pour vous exprimer ma solidarité !

  • ils y en a qui boivent et d’autres qui mangent quand ça ne va pas, avec le stress, la frustration. Moi aussi je mange quand ça ne va va. Le chocolat si je comptais je pense qu’au final j’aurai peur de tout ce que j’avale mais depuis petite c’est comme ça je suis une grignoteuse compulsif. Ma balance je l’ai rangé et je l’oubli car en plus lorsqu’on fait du sport on prend du muscle et le muscle pèse plus lourd que le gras! Alors qu’en bravo et bonne continuation pour ce long cheminement. je suis de tout coeur avec vous

  • La balance, je me force à ne l’utiliser qu’une fois par semaine, jour et heure fixe. L’équilibre se fait sur une semaine et c’est aller aux devants de déceptions de se peser en cours de route !
    Quand la tentation de laisser tomber est là, moi je m’accroche aux kilos perdus, je me dis que ce serait vraiment trop bête !

    Des bises.

    • C’est clair, se peser plus souvent est contre-productif!! Dans l’idéal, tous les 15 jours ou 1 mois c’est même mieux… Mais je ne serai jamais assez patiente! 😉
      Le souci c’est que je n’en suis qu’au début, et 2,8 kilos, ce n’est rien en comparaison des 50 que j’ai à perdre… C’est plus simple de relativiser quand on est en milieu de parcours j’imagine!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


+ un = cinq