Les trajets en métro…

L’année dernière, de décembre à fin juin, j’ai majoritairement emmené et suis allée rechercher mes enfants en voiture. J’ai essayé en métro, mais l’antipathie des gens vis à vis de ma poussette m’a très vite découragé.
Alors chaque matin, j’attachais mes trois enfants dans leur siège respectif. C’est long, une telle entreprise!! Je démarrais la voiture, je mettais de la musique, et c’était partie pour 45 minutes de trajet, minimum, dans les bouchons matinaux (j’essayais de partir avant, mais les bouchons commencent tôt!).
Arrivée devant l’école, je me garais sur un bateau, quand il y avait de la place, sinon, je devais bloquer la rue pour laisser descendre MissCouette et j’avais à peine le temps de lui faire un bisou que les gens rouspetaient derrière. Hop, j’allais ensuite, 15 minutes de plus en voiture (alors que la crèche est à 300 mètres à vol d’oiseau de l’école), déposer les petits à la crèche… Difficile de trouver une place, je me garais devant un portail, au risque d’enquiquiner des gens qui voudraient sortir ou rentrer.
L’après-midi, dès 15h30 grand max, je reprenais la voiture, pas de bouchon à l’aller, j’attrapais les petits, puis MissCouette (toujours sans réussir à me garer, à de rares exceptions près). Il était environ 17h, les premiers bouchons, je n’étais pas chez moi avant 18h30.

« Mais pourquoi tu viens pas en métro??? T’es qu’à 4 stations!!! » me demandait-on! Mon mari me reprochait de choisir « la facilité » (HA HA HA!), certaines personnes se permettaient une petite remarque sur la pollution, le manque d’activité sportive, le temps perdu.

C’est culpabilisant parce que c’est vrai, la voiture, ça pollue… Et de l’exercice, j’ai bien besoin d’en faire! (Je ne relève pas la remarque sur la facilité, Mii s’en est assez pris plein la tronche! :p )

En cette rentrée, j’ai décidé de faire les trajets en métro et en bus.
J’habite près d’un terminus (ou presque), le matin, quand je prends le bus, il n’y a pas grand monde. Je prends soin d’arriver suffisamment tôt pour éviter l’affluence.
Le matin, je mets donc mes deux petits dans leur poussette double (c’est volumineux, c’est sûr, mais j’ai rien trouvé de plus maniable que ma Donkey…), ça me prend 1 minutes de les attacher, je n’ai pas à me contorsionner pour attacher le siège du milieu, c’est vraiment plus simple.
Je me dirige vers le métro, je peste souvent sur les voitures garées sur le trottoir (mais c’est quoi le problème des gens qui se garent sur le putain de trottoir devant chez eux alors qu’ils ont un GARAGE????) mais il n’y a pas grand monde dans les rues et ce n’est pas très dangereux de rouler sur la route.
Je me dirige vers l’ascenseur (j’ai trois mômes dont deux en poussette, l’escalier n’est pas une option) et 9 fois sur dix, quelqu’un de parfaitement valide l’attend avant moi et me passe devant pour rentrer (mais quel est le problème des gens en parfaite santé qui ne peuvent pas prendre l’escalier??? Mais bon, admettons que ces gens aient un handicap très bien caché ou qu’ils soient très fatigués…)
J’arrive ensuite au portillon. Il y a 3 portillons pour les gens « normaux » (sans bagage, sans fauteuil, sans béquille, sans poussette) et un portillon pour les gens « encombrés ». Le souci, c’est que le portillon plus large est en face alors que les autres sont légèrement sur le côté. Alors 3 personnes sur 4 prennent le portillon plus large, et je dois attendre que ces gens aient fini de passer pour pouvoir y aller. C’est chiant. Depuis quelques jours, je fonce dans le tas, les gens sont bien obligés de me laisser passer en priorité (j’ai des horaires à respecter comme tout le monde, hein!)
J’arrive au quai. Là, des gens attendent devant le quai vitré. La rame arrive, les gens laissent difficilement passer ceux qui doivent sortir, ils veulent rentrer en force. Alors moi, avec ma poussette et nos 2m², imaginez bien que c’est pas easy easy. Mais le matin, la rame est presque vide, à ma station, je force donc les gens à se pousser pour rentrer. Les gens râlent, certains refusent de se pousser (je les pousse quand même), il y a des regards insistants et vénéneux. Les gens rentrent et sortent, je ne suis là que pour 4 stations, la rame n’a pas le temps de se remplir. Mais le simple fait d’avoir une poussette double et trois mômes semble être un crime en soi pour certains!
On m’a déjà fait la remarque, je n’ai rien à faire là aux heures où les honnêtes gens partent travailler (je réitère, j’évite les heures de pointe… Enfin quand bien même, c’est pas comme si j’allais me tourner les pouces après avoir déposé mes mômes! Et MissCouette va à l’école, on va pas se promener pour le plaisir…)

Je sors, je vais vers l’ascenseur où plein de gens valides attendent avant moi (dingue le nombre de gens au handicap caché!), alors qu’il y a un ESCALATOR!
Des fois, l’ascenseur est en panne, et là, c’est la monté d’angoisse et l’envie de pleurer… Mais ça n’arrive pas trop trop régulièrement (et il faudrait que je prenne le réflexe de vérifier avant afin d’adapter mon trajet!)

Après, tout se passe très bien. Le trajet en métro dure moins de dix minutes, sur 20 minutes de trajet (en voiture –> 45 minutes avant d’arriver à l’école, les bons jours!). Dehors, tout est chouette, les petits sont heureux dans leur poussette, moi je suis contente de prendre l’air frais, ça nous fait marcher, MC et moi.

Mais les 8 minutes de métro, c’est l’enfer. Alors on me demande pourquoi je ne prends pas la voiture. (SERIEUX???) Pourquoi je ne porte pas mes gamins? (10 kilos chacun… 10 KILOS CHACUN!!!) Pourquoi je ne prends pas le vélo? (Le vélo, dans Toulouse, j’ai essayé, j’ai cru mourir, alors non, ce n’est pas envisageable pour moi. J’ai beaucoup de respect et d’admiration pour ceux qui osent, moi je préfère vraiment être à pieds, c’est mon droit, non??)
Je sais très bien que si je prenais le vélo, j’aurais l’impression de mourir, je m’en plaindrais, et on me demanderait pourquoi je prends pas le métro ou la bagnole?

Bref, depuis qu’il fait moins chaud, j’ai néanmoins retenu le conseil de porter l’un de mes enfants et mettre l’autre dans une poussette compacte. J’ai donc Pépin dans le dos, Noisette dans une mini-poussette et MissCouette qui tient la-dite poussette. Je prends VACHEMENT MOINS de place qu’avec la poussette double, c’est un fait. Et je me sens plus libre de mes mouvements (en plus, Pépin adore être dans mon dos!). Mais l’attitude des gens ne change pas d’un iota.
Quand j’arrive, personne ne me laisse passer (et je ne demande pas à passer en priorité, mais juste qu’on me laisse passer…), c’est la croix et la bannière pour trouver une place où je ne gène personne (parce qu’on me laisse bien au milieu, même si la rame est loin d’être bondée).

sans-titre-1

Des anecdotes, j’en ai à la pelle, comme cette nana, assise à côté de moi (moi j’étais debout hein, ne rêvons pas!!), qui m’a regardé d’un air courroucé en soupirant quand Pépin s’est cogné (parce qu’il a jeté sa tête en arrière, ce débilou). Ou ce gars qui a soupiré et poussé violemment ma poussette du pied parce que je gênais un peu sa sortie (il aurait pu passer A COTE mais non, il fallait qu’il passe LA). Ou cet autre gars, jeune et en pleine forme, qui n’était pas content du tout parce que je l’empêchais de s’asseoir sur une place libre, alors que j’avais déjà du mal à rester debout en tenant la barre du métro…

Avant, j’étais la relou qui prend trop de place avec son énorme poussette. Maintenant, je suis la relou, limite irresponsable, qui prend trop de place avec sa poussette et qui emmerde tout le monde avec son bébé dans le dos…
Je précise que, parfois, le métro est bondé, et, dans ces cas là, je plie la poussette et prends Noisette dans les bras (je vais finir avec des biceps en béton!). Et les gens ne sont quand même pas contents…

En décembre, je n’étais pas capable de faire le trajet à pieds. J’avais encore trop de poids en trop et je n’étais pas encore remise physiquement de ma grossesse. J’étais incapable de prendre le métro avec poussette le matin ET le soir. Maintenant ça y est, je suis en forme (enfin, c’est pas encore le top, mais je suis capable de marcher 15000 pas par jour sans trop de fatigue).
Faire ces trajets à pied me donne bonne conscience sur le plan écologique (j’arrête de polluer avec ma grosse voiture), sur le plan « sportif » (je fais mes 10000 pas recommandés quotidiens contre 3/4000 auparavant).
Ca me met de bonne humeur, j’aime l’ambiance de la ville le matin, j’aime prendre le bus l’après-midi et emmener mes enfants au parc. Mes enfants sont plus heureux dans la poussette que dans la voiture.
Gros plus: si je croise une copine maman à l’école et qu’on a toutes les deux 5 minutes, on peut aller prendre un café ensemble (impossible avec une voiture ingarable)
Mon seul souci, ce sont ces 10 minutes de métro.

Et je suis convaincue que ce n’est pas la poussette, le problème, mais le regard que les gens posent sur moi quand j’arrive avec cette poussette, et ce sentiment qu’ils ont d’avoir le droit de ne pas se pousser parce que je n’ai rien à faire là, moi et ma multitude de marmots. J’extrapole peut-être, je me fais peut-être des idées, mais j’ai quand même bien l’impression qu’on en est là! Mes marmots et moi, on n’a rien à faire dans le métro à 8h, ou dans le bus à 17h… Et puis qu’est-ce que j’enquiquine les gens avec des mômes, personne ne m’a obligé à les faire!
C’est du moins comme ça que je le ressens. J’essaye de ne pas interpréter, mais vu certaines réflexions que je me prends, c’est quand même bien le noeud du problème, à mon avis! Les mères de famille ne sont pas les bienvenues dans les transports en commun. (Pas plus que les gens en fauteuil roulant qui s’en prennent aussi plein la tronche…)

Bref, je ne cherche pas de solution, la mienne me convient pour l’instant! Qu’on ne vienne pas me dire que je n’ai pas le droit de me plaindre… J’ai le droit! J’ai le droit de ne pas être contente que les gens soient si égoïstes et inciviques! Je fais de mon mieux pour ne pas prendre le métro aux heures de pointe, mais quand je n’ai pas le choix, j’ai le droit autant que les autres d’être là! Mes enfants ont le droit de prendre le métro, ils sont des citoyens, comme les autres, même s’ils sont tout petits! Personne ne devrait me faire le moindre reproche! Personne ne devrait insinuer que mes choix sont mauvais.

Je m’habituerai! Je prendrai mes marques. Je trouverai la solution optimale. Bientôt, je ne ferai même plus attention aux gens. Je commence déjà à m’imposer sans trop d’agressivité. Peut-être. Il y aura toujours les jours un peu plus compliqués où les remarques et les regards me feront vraiment mal, mais ça finira bien par passer.

(Je modère tout de même mon propos: il y a aussi des gens sympas, ceux qui me proposent de l’aide pour porter ma poussette quand l’ascenseur est en panne, ceux qui se lèvent pour laisser une place assise à MissCouette, ceux qui ramassent un doudou tombé par terre, ceux qui se poussent pour me laisser de la place pour la poussette, ceux qui appuient sur le bouton afin que l’ascenseur m’attendent, ceux qui regardent avec attendrissement mes deux poupons dans leur poussette, ceux qui me font un sourire, ceux qui me disent « dis donc, vous êtes courageuse, dans le métro avec une poussette! », ceux qui tiennent le portillon pour que je puisse passer sans appuyer sur le bouton, ceux qui me disent « mais madame, passez, vous êtes prioritaires! », ceux qui me disent « ne faites pas attention aux gens, vous avez le droit d’être là autant qu’eux! » Bref, tous ceux qui sont sympas… Il ne sont pas nombreux mais je les remercie d’exister!! Ceux qui me permettent d’appréhender de moins en moins ces trajets et qui me redonnent foi en l’humanité!)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

33 Discussions on
“Les trajets en métro…”
  • Tu as bien du mérite,quelle galère!C’est vrai que pour « 4 » stations c’est bien plus sympa de prendre le métro et vraiment l’attitude des gens est hallucinante!Je n’ai pas eu trop de soucis à Paris,bon je ne prends pas le métro tous les jours avec mes enfants mais j’ai toujours trouvé quelqu’un qui se propose à porter la poussette avec moi (sans demander même,si si!) et eu de la place mais je vois souvent quand une poussette entre que ça emmerde les gens (comme une personne âgée,handicapée ou une femme enceinte,ça stresse les gens qui se disent qu’ils vont devoir partager leur petit confort…).Sinon côté pratique tu es obligée de mettre Noisette dans une poussette,elle ne peut pas marcher en tenant la main de sa soeur?Allez courage bientôt ils seront tous plus autonomes 😉

    • Merci!! Non pour l’instant, Noisette est encore trop petite. J’ai tenté le retour à pieds hier (Pépin dans la poussette, Noisette dans une main, MissCouette dans l’autre), ça s’est très bien passé! Mais c’était dans le bus, et ça change vraiment la donne (même si les gens y sont tout aussi cons que dans le métro) parce que le trajet est sensiblement différent et c’est le soir, on s’arrête au parc, on n’est pas speed comme le matin…
      Bientôt, je pourrai prendre Noisette dans une main et Pépin dans le dos! Mais je vais devoir attendre encore quelques mois je pense…

  • Si les gens ne sont pas content de voir du monde dans le métro, c’est eux qui doivent prendre leur voiture et pas toi. Je circulais en tram avec une poussette double et les gens n’avais pas interêt à me faire une réflexion car il allait m’entendre. Les parents de jeune enfants sont prioritaire pour les places assises! Une fois c’est le chauffeur du bus qui a dû le rapeller à une dame pas si vieille que ça!
    Pour les horaires, tu n’as pas vraiment le choix puisque tu dois aller à l’école (jusqu’à preuve du contraire il y a des horaires imposées, non?)
    Souris aux aigris et passe de bons trajets en métro.
    Bises

  • Les gens ont un peu la mémoire courte tout de même. ….puisqu’ils ont oublié que forcément à un moment donné de leur vie….Ils ont aussi été « petits » et en poussette!!!!!
    L’égoïsme règne, il ne faut surtout pas dérangé avec nos enfants ou avec nos animaux ou avec nos différences. … j’habite la campagne et n’ai pas besoin de prendre de transport en commun et y vais à pied par tous les temps à l’école (suis assistante maternelle ) mais j’ai 3 enfants, tous dys dont 2 sévères et la méchancetés des gens ont doit la gérer tous les jours…
    Bon courage et basta les gens!

  • Bonjour,
    Il y a et il y aura toujours des personnes mécontentes. Tout le monde a le droit de prendre les transports en commun à toute heure quand même! J’ai de plus en plus de mal avec l’intolérance, le non respect et l’égoïsme dont peuvent faire preuve certaines personnes, certes prises dans leur quotidien et leurs contraintes personnelles, mais comme tout le monde.
    Personnellement, ma difficulté de cette rentrée scolaire est le fait qu’à cause du plan Vigipirate (certes nécessaire, bien sûr), l’accès au parking de l’école est interdit. On doit donc se garer sur un parking plus loin. Et sortir ma petite de la voiture pour accompagner la grande, marcher quelques minutes près d’une route très passante est compliqué car ma grande est dans une phase « je ne veux pas donner la main ». Bref, ambiance un peu tendue en début et fin de journée.
    Bonne journée!

  • Mais tu as le droit d’être dans ce foutu métro, te laisses pas faire par cette masse de personnes égoïstes et mal élevées. Moi quand je vis une situation injuste je pense au karma… tout ce que l’on fait se paie un jour. Laisse les gens de mauvaise humeur râler dans leur coin parce que tu prends trop de place avec ta poussette et ton loulou dans le dos. A ta place je serai fière d’être là dans le métro à profiter de tes bébés alors qu’eux s’en vont tristement vers leur boulot. Te laisse pas abattre 😉
    En attendant j’aide toutes les mamans en difficulté que je rencontre et maintenant que je te lis je pense automatiquement à toi.
    Bonne journée.

  • Je rebondis sur ton coup de gueule contre l’incivisme et le manque d’éducation des gens dans le métro, pour parler de ce même comportement, aux caisses du supermarché! Je suis enceinte de 3 mois 1/2, j’ai un ventre énoooorme (c’est mon 2e), et personne ne me laisse passer, à la caisse prioritaire ou aux autres! Je mets toujours un point d’honneur à laisser passer devant moi les gens qui ont un article ou deux quand j’ai un panier plein, même enceinte, et je n’ai parfois pas même un merci… pfou, c’est dur parfois!

  • C’est fou ça. c’est comme quand tu es enceinte et que tout le monde fait semblant de ne pas te voir…j’ai même du me lever une fois pour laisser ma place à une vieille dame alors que j’étais enceinte et que j’avais mon aînée sur les genoux…elle m’a houspillé gravement parce que j’avais un peu tardé à le faire et que les jeunes pouvaient bien être debout…

  • Merci pour cet article !!! Parfois, on a l’impression d’être seule à subir ce genre de situation…
    Pour ma part, je vis à Paris. Fort heureusement, je n’ai pas à prendre le métro si souvent que ça (on ira à la crèche à pieds – ça démarre en novembre). Mais quand on veut visiter Paris, aller au restaurant, présenter babychou à nos travails respectifs, etc., il faut bien prendre le métro… (les gens répondraient : vous avez qu’à aller au restaurant dans votre ville, là où moi je réponds : ça ne sert à rien de vivre en région parisienne et payer les prix de l’Ile de France si c’est pour ne même pas aller dans Paris).
    B on, c’est notre premier bébé pour le moment, ça facilite la démarche. Mais je te confirme : les gens détestent la poussette dans le métro, et je trouve ça scandaleux (tout comme ils détestent les femmes enceintes, hein). Pas un ne se pousse. J’ai appris, au début je détestais ça, je me sentais mal et pas à ma place, mais grâce à mon mari, j’ai appris. Aujourd’hui, je-m’en-fous totalement ! Et je pense que les gens le voient, car ils n’osent pas me faire une seule remarque (et ils n’ont pas intérêt, même pas d’essayer). Bon, après, il y a toujours les regards… mais le mien non plus n’est pas tendre, si jamais je croise des yeux noirs.
    Tu as le droit de prendre le métro, tu fais comme tu peux, toi aussi tu galères, et ce n’est pas comme si vous alliez au musée sur les heures du travail ! Flûte hein !

  • Comme je te comprends… Mon gros stress, c’est le métro aussi, et aller avec mon fils à l’hôpital Necker pour son suivi. La poussette je gère à peu près, mais les escaliers… j’ai toujours toujours peur de ne pas trouver quelqu’un qui va m’aider à la porter et d’avoir à tout porter toute seule. Sachant que la station où je descends près de Necker est une station aérienne… sans ascenseur… Il y avait eu une pétition il y a quelques années pour que les 4 stations proches de Necker soient équipées d’ascenseur, on parle quand même d’un hôpital pour les enfants hein, mais non… Et là, j’attends des jumeaux, donc je vais bientôt me retrouver avec 3 enfants de – de 3 ans à gérer, et je n’ose même pas imaginer comment vont se passer les trajets ! Donc oui, c’est « rien » d’être « juste » à 4 stations de métro ou ce genre de choses, mais la logistique elle, ce n’est pas si simple que ça !

  • Bonjour la mite orange ! Je lis « religieusement » tes articles et commente rarement mais pour une fois je me lance ! J’ai ressenti exactement la même chose que toi dans une situation toute différente : quand je me suis retrouvée à Paris en béquilles (entorse du genou) dans les transports…Bonjour l’angoisse ! Je ne te raconte pas le nombre de gens qui me bousculaient, je me suis retrouvée un nombre de fois pas possible debout dans le bus etc etc. Et au bout d’un moment j’ai dit stop. J’ai réclamé la place assise aux gens qui n’en avaient pas besoin, j’ai même filé des coups de béquilles pour passer… Alors continue ta méthode de « fonçage dans le tas » avec le sourire et sans remords !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Les gens se pousseront ET PUIS C’EST TOUT !!!!!!!!! TU AS RAISON !!!!!!!!!!!!!!!

    • J’ai eu une période en béquilles il y a quelques années, tu me remémores de drôles de souvenirs!! 😉 J’ai beaucoup de compassion pour ceux dont c’est le quotidien à vie… Ils doivent sacrément s’affirmer!!
      Merci à toi Hélène! 🙂

  • Oh mon Dieu, comme je me reconnais dans ton article haha. Surtout que grâce à toi, j’ai une super Bugaboo Donkey qui est tellement pratique au quotidien avec deux enfants de 16 mois d’écart…

    Et oui, les gens ne sont jamais contents, rien n’est jamais assez bien pour eux, ils ont toujours une meilleure solution que toi, stupide mère de famille encombrante…
    Tout ça me rappelle cette délicieuse fable de La Fontaine:

    J’ai lu dans quelque endroit qu’un Meunier et son Fils
    L’un vieillard, l’autre enfant, non pas des plus petits,
    Mais garçon de quinze ans, si j’ai bonne mémoire,
    Allaient vendre leur Âne un certain jour de foire.
    Afin qu’il fût plus frais et de meilleur débit,
    On lui lia les pieds, on vous le suspendit ;
    Puis cet Homme et son Fils le portent comme un lustre ;
    Pauvres gens, idiots, couple ignorant et rustre.
    Le premier qui les vit de rire s’éclata.
    Quelle farce (5), dit-il, vont jouer ces gens-là ?
    Le plus Âne des trois n’est pas celui qu’on pense.
    Le Meunier, à ces mots, connaît son ignorance.
    Il met sur pied sa Bête, et la fait détaler.
    L’Âne, qui goûtait fort l’autre façon d’aller,
    Se plaint en son patois. Le Meunier n’en a cure;
    Il fait monter son Fils, il suit : et, d’aventure
    Passent trois bons Marchands. Cet objet leur déplut.
    Le plus vieux au Garçon s’écria tant qu’il put :
    Oh là oh, descendez, que l’on ne vous le dise (6),
    Jeune homme qui menez Laquais à barbe grise ;
    C’était à vous de suivre, au Vieillard de monter.
    Messieurs, dit le Meunier, il vous faut contenter.
    L’enfant met pied à terre, et puis le Vieillard monte,
    Quand, trois filles passant, l’une dit : C’est grand honte
    Qu’il faille voir ainsi clocher ce jeune fils,
    Tandis que ce nigaud, comme un évêque assis,
    Fait le veau sur son Âne et pense être bien sage.
    Il n’est, dit le Meunier, plus de veaux à mon âge.
    Passez votre chemin, la Fille, et m’en croyez.
    Après maints quolibets coup sur coup renvoyés,
    L’Homme crut avoir tort et mit son Fils en croupe.
    Au bout de trente pas, une troisième troupe
    Trouve encore à gloser (7). L’un dit : Ces gens sont fous!
    Le Baudet n’en peut plus, il mourra sous leurs coups.
    Hé quoi, charger ainsi cette pauvre Bourrique !
    N’ont-ils point de pitié de leur vieux domestique ?
    Sans doute qu’à la foire ils vont vendre sa peau.
    Parbieu, dit le Meunier, est bien fou du cerveau
    Qui prétend contenter tout le monde et son père.
    Essayons toutefois, si par quelque manière
    Nous en viendrons à bout. Ils descendent tous deux.
    L’Âne, se prélassant (8), marche seul devant eux.
    Un Quidam les rencontre, et dit : Est-ce la mode
    Que Baudet aille à l’aise et Meunier s’incommode ?
    Qui de l’Âne ou du Maître est fait pour se lasser ?
    Je conseille à ces Gens de le faire enchâsser (9).
    Ils usent leurs souliers et conservent leur Âne :
    Nicolas au rebours ; car quand il va voir Jeanne,
    Il monte sur sa bête ; et la chanson le dit. (10)
    Beau trio de Baudets! Le Meunier repartit :
    Je suis Âne, il est vrai, j’en conviens, je l’avoue ;
    Mais que dorénavant on me blâme, on me loue ;
    Qu’on dise quelque chose ou qu’on ne dise rien,
    J’en veux faire à ma tête. Il le fit, et fit bien.

    Quant à vous, suivez Mars, ou l’Amour, ou le Prince ;
    Allez, venez, courez ; demeurez en province ;
    Prenez femme, abbaye, emploi, gouvernement :
    Les gens en parleront, n’en doutez nullement.(11)

    Bonne journée ma belle!

  • Si je peux apporter un petit témoignage : mes filles sont scolarisées à côté de la maison désormais, mais pendant trois ans j’avais une (ou deux) places en crèche dans Paris, près de mon ancien travail, tout en vivant en banlieue, donc je faisais les trajets en RER et métro avec ma grande sa première année, avec ma grande + mon bidon de femme enceinte la deuxième année, et avec mes deux filles la troisième année. Ce qui me prenait 25 minutes seule était beaucoup plus long le soir avec les deux, mais bon on était quand même moins speed le soir.

    Je prenais la ligne 6, donc pas d’ascenseur et escalator bien trop étroit pour une poussette, donc on a jamais eu de poussette à la maison. Donc la première année je portais (ventre puis dos), la deuxième année j’ai porté jusqu’à 5 mois de grossesse puis la grande a dû marcher (elle avait tout pile 2 ans), la troisième année je portais la petite (ventre puis dos) et la grande marchait.

    Je pense que le problème c’est vraiment le regard que les gens portent sur la poussette, car de mon côté, j’ai beau n’avoir croisé que des parisiens, je n’ai jamais eu de remarque désobligeante de la part des passagers, ni même un regard noir. Très souvent on m’a offert une place, on a proposé un bout de pain ou une friandise à ma plus grande, même une fois quand elle s’est coincé la main dans la porte une dame m’a dégainé le tube d’hémoclar.

    Bon je ne te cache pas que tout cela prenait beaucoup de temps (et ça aurait été encore nettement plus long en voiture, tout comme toi), et que j’ai été bien contente quand les deux ont été scolarisée à côté de la maison! Désormais on fait tout à pied ou à vélo (et j’attends le troisième, en croisant les doigts pour trouver un mode de garde près de la maison cette fois ci!).

    Une suggestion peut-être: pépin dans la poussette compacte et Noisette sur une planche à roulette fixée à la poussette? Ca prend peut-être un chouilla moins de place qu’avec Pépin dans le dos?

    • Merci pour ton témoignage! Non je pense que ça prend moins de place avec Pépin dans le dos… Et ce n’est que l’affaire de quelques mois, d’ici peu, Noisette pourra faire le trajet à pieds (on attend qu’elle soit prête) et là, bye bye poussette!! 😉

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


huit × = cinquante six