Victoria

Samedi soir, fête, premier ciné avec mon mec depuis des mois! On est allés voir Victoria en avant première à l’UGC Toulouse, dans le cadre de la semaine de la comédie UGC.

Sans titre 5

Le picth: Victoria, brillante avocate pénaliste, mère de deux petites filles, vit une période troublée et difficile. Son ex écrit un roman diffamant. Son meilleur ami lui demande de le défendre alors qu’il est accusé de tentative de meurtre. Et sa vie affective se résume à des rencontres sexuelles sur Tinder.

Mon avis: Une comédie plutôt mélancolique sur la vie d’une jeune quarantenaire à la dérive. On s’attend au pire, vu le sujet, mais la mise en scène est plutôt fine, mettant l’accent sur un mal-être universel, le mal de vie, de mal d’amour, le manque de reconnaissance sociale, le besoin de trouver un sens à une vie qui n’en aura jamais.
Victoria est très attachante, brillante, trop émotive, trop cash, trop affirmée.
Il y a là le portrait d’une femme bien d’aujourd’hui, la critique sous-jacente d’une société qui met des bâtons dans les roues des femmes qui réussissent un peu trop bien leur carrière au détriment de leur vie sentimentale.
Victoria ne peut pas tout mener de front, comment le pourrait-elle? Seule pour élever deux petites filles, un ex absent à l’égo surdimensionné qui met en péril sa carrière professionnelle après avoir ruiné sa vie affective, ce meilleur ami qui vient la solliciter, en l’obligeant à prendre une affaire compliquée qui, là encore, va mettre sa carrière en péril. Les hommes ont besoin d’elle autant qu’ils souhaitent détruire le symbole de réussite qu’elle représente, mettant en exergue leurs propres échecs et leur couardise…

Sans titre 7

Mais tout n’est pas perdu, la relève est assurée là où on l’attend le moins. Une jeune homme un peu paumé, qui, lui aussi, vient demander de l’aide à notre Victoria. « Sauve-moi » semble t’il lui crier au début! Mais c’est lui qui va remettre de l’ordre dans la vie de la jeune femme, au propre comme au figuré. Grâce à lui que son appartement reprend forme habitable, grâce à lui qu’elle peut travailler jusqu’à pas d’heures pendant qu’il garde ses filles, c’est encore lui qui va sauver l’affaire en cours… Et à force d’être son homme de main, son homme à tout faire, il va se rendre indispensable et se révéler un pilier d’équilibre.
En se sauvant, il la sauve elle aussi d’un naufrage annoncé.

Un poil féministe (« La misogynie, c’est penser que toutes les femmes sont des victimes par nature » nous dit la protagoniste avec sagesse), cette fable est attachante autant que ses personnages principaux, merveilleusement interprétés par Virginie Effira et Vincent Lacoste. Sans prétention, ce film permet de s’identifier à cette femme perdue, à la dérive, qui ne cherche même pas vraiment de bouée pour s’en sortir.
Quelques scènes font sourire, mais la force de cette comédie réside dans son émotion presque poétique.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

2 Discussions on
“Victoria”

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


deux + huit =