Jeune maman

A 19 ans, quand on devient maman, on a tout à prouver. Le regard est souvent méfiant, acerbe, inquisiteur. Et alors qu’on est une maman qui a peut-être un peu plus besoin de bienveillance et de délicatesse que les autres, parce qu’on n’a pas encore fait ses preuves en tant qu’être humain qu’on doit les faire en tant que parent, le jugement est pourtant souvent agressif.

Cela fait désormais 15 ans que je suis une maman plus jeune que les autres. Quand Mouflette était à la crèche, les autres mamans me regardaient comme si j’étais une sorte de bête de foire… Certaines pensaient que j’étais la grande soeur, la baby-sitter et se demandaient pourquoi jamais on ne voyait les parents de cette pauvre petite Mouflette. Et quand j’assistais aux réunions de parents, les regards se faisaient insistants et légèrement réprobateurs…
Paradoxalement, j’étais choyée par le personnel de la crèche, de la directrice aux auxiliaires de puériculture. Je n’ai jamais ressenti aucun jugement négatif de leur part, bien au contraire. J’étais considérée comme une maman à part entière et j’étais traitée avec beaucoup de bienveillance. Et surtout je les savais très à l’écoute de ma Mouflette qui vivait alors une situation bien délicate.
A l’école, pareil, j’avais 10 à 15 ans de moins que tous les autres parents. On a toujours eu du mal à lier connaissance avec les autres, Mii et moi, car cette barrière de l’âge est assez difficile à surmonter dans le monde des parents.
Au collège, les copines de Mouflette croyait que j’étais sa grande soeur et tout le monde a commencé à trouver qu’elle avait drôlement de chance d’avoir des parents si jeunes. Et cela continue au lycée.

J’ai toujours été entre deux mondes… Lycéenne mais maman. Maman mais trop jeune. Etudiante mais pas fêtarde. Maman mais insouciante.
Devenir maman très jeune m’a donné une singularité.
A 19 ans, on est pétri de principes, d’idéaux et on est surtout bourré d’énergie. J’ai traîné Mouflette en voyage avec moi, dans le train pendant 10h, même pas peur! Je l’ai emmené dans les musées, aux concerts, au cinéma, je ne faisais pas très attention à l’âge minimum, je prenais soin de lui prendre des boules Quiès, je me disais « on partira si ça ne lui plait pas » et ça lui plaisait toujours… De Mozart à la cathédrale Saint Etienne à Indochine au Zenith…

La relation qui en découle est également singulière. Mouflette et moi avons grandi ensemble, plus ou moins au même rythme. Elle m’a appris à lâcher prise, à vivre intensément, à avoir beaucoup d’humour et de recul. Je lui apprends à faire de ses failles ses plus belles qualités, à cultiver son hypersensibilité, à vivre pleinement ses passions. Mii vient modérer un peu toute cette fougue avec son côté très terre à terre ce qui apporte un équilibre plutôt solide à notre famille.

Avoir 35 ans et une jeune fille de 15 ans c’est revivre sa propre adolescence comme si c’était hier. C’est risquer de tomber dans la relation « copines » et se poser des limites pour que ça n’arrive pas… Et se les voir reprocher par une Mouflette qui veut toujours plus de complicité, plus de fusion, qui cultive à fond son privilège d’être la très grande aînée au milieu de cette petite marmaille chahutante.

Pendant 9 ans, Mouflette était une sorte d’alter ego, de compagnonne de route… On faisait tout ensemble, ou presque…
Et depuis 5 ans, les occasions se font plus rares mais on a toujours ce besoin impérieux de se retrouver seulement toutes les deux… Pour « faire les fofolles », comme elle dit. Que ce soit pour une partie de Pokémons, pour un concert de Skyp the use, pour un film « d’ado », pour un resto en ville ou simplement pour des épisodes de Friends regardés ensemble en partageant le même plaid.

Les limites ne sont pas toujours faciles à poser… Elle se confie beaucoup à moi, je parle beaucoup avec elle. Je ne veux pas qu’elle devienne ma confidente, elle n’a pas à porter mes états d’âme. Et je ne veux pas non plus que ce soit à sens unique, qu’elle me dise tout et qu’elle se rende compte un jour que moi, je ne lui ai jamais rien dit… Alors j’essaye de lui expliquer qu’elle a le droit à son jardin secret, qu’elle n’a pas à être un livre ouvert, qu’une maman n’a pas besoin d’absolument tout savoir. Mais cette relation est précieuse car à ce stade de son enfance, dans cette période trouble de l’adolescence, j’apprécie qu’elle puisse se confier, cela fait sans doute passer la puberté avec un peu moins de difficultés…

Et être une maman très jeune et avoir une adolescente à la maison ainsi que des tous petits, c’est relativiser beaucoup les débordements de chacun…
Elle a été une enfant très difficile, elle m’a poussé dans tous mes retranchements, elle a souffert autant que moi de mon inexpérience, elle a essuyé les plâtres d’être la première, face à une maman débutante… Et elle est aujourd’hui cette incroyable jeune fille si pleine de personnalité, de volonté, d’équilibre. Ce n’est pas tous les jours facile et je sais qu’un nouvelle vague de complications peut surgir à n’importe quel moment, mais elle me parait si mûre aujourd’hui, si sûre d’elle. J’ai une confiance inébranlable en ce qu’elle fera de sa vie. Elle est tellement déterminée!
Cela me donne peut-être une confiance indue en ses frère et soeurs… Je m’imagine que tout va bien se passer pour eux sans qu’on ait trop à intervenir alors que c’est peut-être parce qu’on est intervenus que Mouflette est ainsi aujourd’hui.

Aujourd’hui, c’est assez gratifiant d’être une maman jeune. A 19 ans, quand on débarque avec son bébé dans les bras, tout le monde nous regarde bizarrement. Mais à 35 ans, quand on dit qu’on a un enfant de 15 ans, ça ne choque globalement personne et l’à priori général est plutôt positif.

Mouflette me dit souvent qu’elle se trouve très chanceuse d’avoir des parents jeunes, qu’elle n’aimerait pas avoir des parents vieux et qu’elle plaint ses frère et soeurs. Eux seront dans la « normalité » avec des parents vieux et rabats-joie… Elle a des parents jeunes, ouverts d’esprit mais néanmoins stricts. D’autant plus stricts et exigeants qu’on a eu tout à prouver!
On a tendance à se reposer sur nos lauriers avec les autres… Mais ils auront la chance d’avoir une très grande soeur qui obligera leurs parents à rester « cools » et jeunes dans leur tête.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

37 Discussions on
“Jeune maman”
  • je trouve pour elle que c’est une chance, parce que vous connaissez très bien la société dans laquelle on vit, ses problèmes, ses facilités, vous réagissez plus vite, vous suivez l’actu générale, et pour elle ce fait la est pour moi 100% positif.C’est clait qu’on a du plus d’une fois te regarder avec des yeux de merlans frits!Je me souviens quand au lycée, j’ai appris la grossesse d’ancienne camarade de collège…ca me faisait tout drôle de me dire que déjà elles seraient maman.Leurs enfants doivent maintenant être grands!!En tout cas je trouve que votre complicité est aussi belle à voir que la relation avec une ado doit parfis être compliquée lol .Sans rire, je trouve qu’elle a bcp de chance de vous avoir tous les deux !

  • Coucou, tout pareil mais.. différemment ! Nous aussi, on se sent différents, on a un peu de mal avec les autres parents de la maternelle, mais parce qu’on est.. vieux ! On a 10-15 ans de PLUS que les autres parents d’un premier enfant de 3 ans (voir 20 ans de plus).
    Ca m’a beaucoup pesé pendant ma grossesse (coucou le copain à qui tu apprends que tu es en ceinte et qui te répond « haan, mais t’as quel âge ! et qui n’est plus mon pote depuis) et puis ça passe doucement, parce que c’est comme ça, c’est tout. On est « vieux » mais on est aussi ouverts et riches d’expériences.
    J’avais rencontré une femme dont le fils à l’âge du mien, et qui l’a eu à 19 ans. Elle m’a dit qu’elle avait été infantilisée pdt sa grossesse et son accouchement de manière insupportable. Qu’on lui faisait plein de remarques sur le fait qu’elle était trop jeune quand elle se baladait avec son fils. Cela m’avait surprise et désolée, c’est hyper déplacé !

    • Trop jeune ou trop vieille, je crois que le problème est au final un peu le même, on sort de la norme, donc ça ne plait pas…
      Je n’ai pas vraiment mal vécu l’infantilisation (ça m’énervait mais j’étais vraiment heureuse et fière d’être une jeune maman alors les jugements me passaient globalement au dessus), j’ai plus mal vécu le fait qu’on pose sur moi tous les travers de l’imaginaire collectif sur les jeunes mères (célibataire qui plus est, dans mon cas), l’inconséquence, l’irresponsabilité, la promesse d’une future délinquante. On ne m’a laissé aucune chance, j’étais condamnée d’avance. C’est d’autant plus dur d’avancer en tant que jeune maman avec tous ces à priori sur le dos. J’imagine que c’est un peu pareil, dans une autre dimension, quand on est « vieille » maman… Les preuves à fournir ne sont pas les mêmes mais la condamnation est saus doute similaire.
      Quand les gens se mêleront de ce qui les regarde, avec un peu de bienveillance, ce sera quand même plus simple! 😉

      • C’est sans doute nettement plus facile quand on est « trop vieille ». Le regard de la société n’est pas très lourd, on se prend juste quelques remarques blessantes. Les gens connaissent sans doute de plus en plus les problèmes de fertilité, qui peuvent engendrer des grossesses tardives, de carrière, et puis il y a les « stars » qui ont des enfants à 45 ans et rendent le truc plus banal. C’était juste désagréable et .. insultant. Ensuite, le problème c’est surtout le mien, et celui de mon fils qui va surement nous reprocher un jour d’être des vieillards dépassés, 15 fois plus que les parents de ses amis. ca m’inquiète, mais c’est ainsi.
        Peu de jugement en somme quand on a +40 ans, alors que, manifestement, les gens, les médecins etc ne se gênent pas pour y aller quand on a -20 ans !
        En tout cas, comme délinquante irresponsable, tu n’es pas hyper convaincante ! Plutôt super femme, déterminée, énergique, généreuse.. et j’en passe. C’est, en tout cas, ce qui passe à travers ton blog.

  • Il est très beau, ton article ! Tu as construit quelque chose de très fort avec ta fille et oui, je pense que c’est une chance de n’avoir pas un gros écart générationnel avec ses parents, cela permet, je crois, plus de compréhension sur certains sujet à l’heure où la société va de plus en plus vite et où on peut se sentir vite largué en tant que parents sur les nouveautés 😉

    • Je pense aussi qu’à ce niveau là, ça aide beaucoup! 😀
      Bien que je trouve aussi que les parents d’aujourd’hui font plus jeune plus longtemps, en comparaison des parents d’il y a 30 ans qui faisaient vieux très jeune! :p

  • Mes parents ont mini 10 ans d’écart avec ceux de mes amis,sujet qui me préoccupait plus jeune je dois l’avouer,pourtant tous mes copains m’ont toujours envié mes parents qui sont très rock’n roll par rapport à leur milieu et surtout encore aujourd’hui ma mère qui a 74 ans fait plus jeune que les mères de ces amis ( on lui donne 60 ans Max,pas de chirurgie ).J’ai eu mes enfants au même âge qu’eux mais maintenant c’est la norme surtout ou je vis je ne vois pas dans la classe de mon ainee de parents beaucoup plus jeunes ( et souvent ils n’en ont qu’un ou un autre plus jeune) pourtant oui parfois je me dis que j’aurai du les avoir plus jeune sans l’expliquer car comme je l’ai vécu l’age des parents ne signifie pas tout et surtout je n’étais pas du tout prête avant !Mais c’est amusant plus Mouflette grandit plus je réalisé que tu l’as eu jeune,une superbe jeune fille a tous points de vue

    • Merci!!
      Je le vois avec mon oncle et ma tante, ils ont 58 ans et on leur donne facile 10 ans de moins, ils sont restés très jeunes, très « à la marge » dans le sens où ils ne font pas « vieux parents » alors qu’ils ont eu mes cousins à 34 et 36 ans. C’est surtout une question d’état d’esprit je crois.
      Avec Mouflette, on a quand même un truc que je n’ai pas avec les autres. Est-ce une histoire d’âge? De vécu? Du fait qu’elle soit l’aînée et ait été « fille unique » pendant 9 ans? Est-ce parce que j’étais moi-même un peu « rock-n-roll »? Je ne sais pas, un mélange de tout peut-être.
      Je sais qu’elle m’a sauvé, qu’elle m’a donné une raison de m’accrocher et de me battre. Les autres sont les « enfants de la sérénité », ils sont arrivés alors que mes combats étaient déjà menés, je n’ai pas souffert avec ni pour eux. Indépendamment de ^l’âge, je crois que ça joue énormément sur l’aspect de notre relation. Et sans doute aussi sur le caractère exceptionnel de mon aînée, qui est quand même une sacrée nana!

  • et bien moi je trouve ça super cette complicité que vous avez. j’aimerai bien avoir la même plus tard avec ma fille ou mon fils.. mais je suis une vieille maman ! lol je n’ai eu ma fille qu’a 32 ans.. en tout cas je veux bien te croire que du coup ça doit être dur de poser les limites quand on a pas tant de différences d’âge que ça…

    • Je pense que même en ayant eu son enfant à 32 ans, la complicité peut être très forte (je l’espère, j’ai eu mes 2 derniers à 33 et 34 ans! ;-))
      C’est surtout une question d’état d’esprit je crois! 🙂

  • Globalement, dans tous les cas, et quelle que soit la géométrie de ta famille, y a toujours un troupeau de guignols pour te juger sur ta façon d’être mère. C’est fatiguant, c’est blessant, et j’espère de tout coeur ne jamais faire partie de ceux-là.
    J’ai 25 ans et trois enfants, je te laisse imaginer les quolibets à la sortie de l’école. Les gens ne savent jamais trop dans quelle case dégradante me placer, alors dans le doute ils se disent que c’était peut-être pas voulu, me regardent avec pitié, ou me demandent si c’est le même père (WTF ?). S’ils savaient les pauvres biquets…

    Elle est magnifique ta Mouflette.

    • Hahaha, j’imagine très bien oui!! Déjà moi, avec mes 35 piges et mes 3 enfants en 5 ans, je me prends pas mal de réflexions du genre pitié et compagnie « mais c’était pas voulu?? » Alors que bon, si c’était pas voulu, je connais la direction de l’hopital pour aller avorter hein… Comme si avoir un bébé était une fatalité quand on tombe enceinte… (On est en 2016 les gars, wake-up!)
      Bref, merci pour ma Mouflette, c’est vrai qu’elle est canon! 🙂
      Des bisous!

  • J ai été maman à tout juste 20 ans et maman solo en plus. Alors les regards des gens je connais, les questions aussi. Oui à 19/20 ans on a encore besoin d un peu plus de bienveillance que les autres mais c est bien souvent le contraire qu on reçoit! Et aujourd’hui quand je dis que j ai une fille de 20 ans et comme soit disant je ne fais pas mon âge on me dit tu l as eu à 10 ans? Déjà pour mon second enfant qui a presque 12 ans on me dit mais tu l as eu super jeune alors imagine…. en tous les cas ma fille de 20 ans n’a jamais été un regret j emmenais ma fille à l Ecole et je bossais quand mes copines sortaient et allaient à la fac… mais jamais je j ai eu un regret .

  • C’est fou, je me souviens qu’il n’y a pas si longtemps, je regardais avec des yeux de merlan frit une copine qui me disait « je suis enceinte, je vais le garder, on a pris notre décision ».
    J’écopais les soirées étudiantes, on se fendait la poire ensemble, mais on avait à peine 21 ans. Ca m’a paru tellement jeune. Trop jeune.
    Je n’ai pas su comment prendre ça, j’ai du paraître désaprobatrice.
    En vrai, je suis tellement fière de la femme qu’elle est devenue, pleine de fougue, de détermination, et en prime, excellente maman !
    La société nous donne toujours une image négative de ceux qui font des choix qui sortent des sentiers, je trouve ça dommage.
    En tout cas, j’ai adoré lire ton récit, en tant que nullipare pas du tout intéressée par la maternité.
    Ca donne le sentiment que votre relation est emplie de respect, ça fait du bien .
    Des bisous :-*

    • Merci beaucoup! 🙂
      Je comprends très bien ta réaction vis à vis de ton amie, c’est humain!
      Et 21 ans, comme 19, c’est vraiment très jeune, c’est évident! Sur le coup je ne m’en rendais pas trop compte, mais avec le recul, wouahou!! 😉
      C’est un choix, l’un des meilleurs choix de ma vie, devenir maman m’a apporté beaucoup plus que « simplement » de l’amour et de la maturité. Ma fille m’a donné une raison de vivre.
      Je ne conseille à personne de devenir parent si jeune. Je ne le souhaite pas à mes enfants. Mais pour moi, c’était lévidence, comme pour des centaines d’autres j’imagine! 🙂

  • Maman de 37 ans d’une ado de 17 ans… j’aurais pu écrire sensiblement la même chose !
    Aujourd’hui on me regarde bizarrement quand on me demande « avez-vous des enfants » « oui une grande de 17 ans et un petit de 28 mois ». Généralement il y a un blanc suivi de « ah oui vous l’avez eu jeune » / « oh ça fait un grand écart ». Généralement je le prends à la rigolade en disant que c’est bien pratique d’avoir une babysitter !
    Comme toi quand je regarde ma fille, qui bien qu’elle ai vécu beaucoup de choses difficiles est douce, gentille, forte, intelligente et travailleuse… Je ne regrette pas un seul instant.

      • Ah mais du coup faut dire que moi elle n’en a qu’un à gérer… et pour le coup vu le caractère du petit heureusement (même moi ou surtout moi j’ai du mal à le gérer, contrairement à la grande qui était un ange)!
        Oh oui le « c’est le même père ! »… je crois que c’est la question qui vient après.

  • rhhhaaa y m’a bouffé mon commentaire ! donc je disais : je suis une « vieille » maman, et tout ce que j’espère c’est que j’aurai la même relation que tu as avec ta fille dans quelques années !!! c’est clair que ca doit être un peu compliquer de poser des limites avec peu d’écart d’âge.. très bel article en tout cas !

    • Merci!!
      Je ne suis sûre que ça n’est pas qu’une question d’âge (c’est sans doute un facteur favorisant, mais ça dépend tellement des caractères!)
      Je te le souhaite de tout coeur! Je suis une « vieille » maman pour mes benjamins et j’espère aussi avoir une relation similaire avec eux. Ca ne sera jamais comme avec leur grande soeur, mais différent…

  • J’ai eu ma fille aînée à 18 ans… il y a 37 ans ^-^, 2 autres ont suivi de près et un garçon 15 après l’aînée.
    Mes filles ont adoré avoir une maman très jeune!
    L’avantage pour moi: être grand-mère jeune! J’ai 7 petits-enfants de 14 ans à 3 mois et j’en profite un maximum!
    Joyeuse soirée

  • Merci pour ce témoignage. En résumé pour moi enceinte à 17 ans et maman à 18 ans.
    Effectivement c’est tout pareil (sauf les voyages de 10h et les concerts) ..maintenant ma grande à 14 ans… et il y en a 3 autres après elle… j’en suis fière. …bref merci

  • Ton article est beau. C’est un superbe témoignage, et j’ai quelques amies qui ont eu des enfants beaucoup plus jeunes que toi et ce sont des femmes épanouies même si , comme tu le soulignes dans ton article, elles sont passées par des phases pas faciles 🙁

    Merci pour elles <3

    Anthony & Noémie, blogueurs amoureux et facétieux, on déborde de bonne humeur et de découvertes culturelles sur notrecarnetdaventures.com

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


× sept = quatorze