Le #ProjetRuine, un an après!

Voilà un an (le 4 décembre) que nous avons emménagé dans notre maison! C’était un projet de grande envergure et quel bonheur quand on a enfin pu y poser nos cartons! Un an après, nous y sommes comme des poissons dans l’eau, preuve s’il en fallait un que notre choix a été le bon, que la patience a payé et qu’on est des sacrés petits veinards!

Un bref rappel de l’histoire de ce projet banal mais complètement fou!
2013, nous apprenons que je suis enceinte d’une petite Noisette. On met immédiatement notre appartement adoré en vente (appartement en plein centre de Toulouse, au coeur des Carmes, avec vue sur la Garonne, malheureusement trop petit pour cinq…). Moins d’un mois après, nous signons la promesse de vente. Décembre 2013, on doit quitter les lieux fissa pour laisser les nouveaux propriétaires investir l’appart, on part en location dans un triangle très chiant mais tout neuf, à côté d’un métro, qui dispose d’assez de place pour notre famille sur le point de s’agrandir. On emménage tout début janvier 2014 dans le « triangle des Bermudes et de l’enfer », dans lequel on a passé deux ans quand même assez sympa, essentiellement grâce aux voisins!)
Mai 2014, Noisette naît.
Septembre 2014, on se rend compte qu’un petit locataire imprévu a pris la place encore chaude de sa soeur dans mon utérus.
On se dit alors qu’il va falloir quitter vite vite le triangle chiant et trop petit pour six. Alors qu’on n’était pas spécialement pressés de trouver une maison (la grossesse de Noisette ayant été très éprouvante, la recherche d’une maison n’était pas une priorité), l’annonce de ce quatrième bébé a fait l’effet d’une bombe, il nous restait à peine 8 mois pour emménager ailleurs… Go go go!
J’ai visité quatre maisons sans aucune conviction… La dernière était passable, mais vraiment sans plus… L’agente immobilière me dit « non mais celle-là n’est pas faite pour vous… Je sais ce qui devrait vous plaire! » et elle me donne rendez-vous le lendemain pour visiter la maison qui deviendra la nôtre.
Difficile de ne pas l’aimer: en ville, à deux pas du métro, un petit jardin mignon sur une parcelle de 300m², une maison saine, désuète, certes, mais dans laquelle je me sens tout de suite bien. Mii vient la visiter le soir même, et nous signons la promesse d’achat dans la foulée.
Ronde des architectes et entrepreneurs pour savoir à combien s’élèvera les travaux à effectuer et choisir celui qui s’occupera du projet…
Décembre 2014, on signe la promesse de vente.

On a visité une maison de plain-pied de 90m², avec un garage mitoyen de 20m².
Mars 2015, la maison trop petite est à nous!

Elle ressemble à ça:

sans-titre-8

sans-titre-9

sans-titre-10

Après moult rebondissements très désagréables comme la découverte d’amiante un peu partout et pas seulement dans un tuyau comme énoncé lors de la vente ou encore la propriétaire qui refusait qu’on pose le panneau de notre permis de construire tant qu’on était pas absolument et définitivement propriétaires (ça nous a fait perdre 3 semaines cette affaire!), on a pu poser notre permis de construire et commencer les travaux!
Le désamiantage a pris une semaine à lui seul + un mois sans avoir le droit d’intervenir ou de venir sur le chantier à cause des risques liés à l’amiante.
Les travaux ont donc commencé de manière effective en mai. Le toit a entièrement été détruit, ainsi que toutes les fenêtres, portes et absolument toutes les cloisons intérieures, même celle entre le garage et la maison. Et pour cause, le garage est devenu notre cuisine!
Il a fallu faire un réagréage complet car tous les sols n’étaient pas à la même hauteur (le garage était 20cm plus bas, par exemple), condamner des fenêtres et des portes donnant sur l’extérieur et creuser d’autres ouvertures pour former les nombreuses fenêtres et baies vitrées du rez-de chaussée…

Cette étape a été la plus impressionnante car on est passé d’une maison certes petite mais tout à fait mignonne à « plus rien », une sorte de squelette de maison avec des murs extérieurs, des trous carrés et c’est tout… A la fois hyper flippant « non mais imagine l’architecte nous lâche MAINTENANT??? » et très très excitant! J’ai toujours été fascinée par les chantiers de construction, ces promesses d’avenir, de bonheur et de confort! Alors avoir notre propre chantier, c’était un peu comme un rêve de gosse qui se réalise… Mon bonheur de la semaine, même enceinte de 8 mois ou avec un bébé de 2 semaines dans les bras, c’était d’assister aux visites de chantier et voir les travaux avancer peu à peu… Exaltante expérience!

Les travaux ont ensuite été très rapides, bluffants même! L’étage a été monté très vite (malgré des retournements de situation très stressants à base de « le sol sous votre maison là, bah c’est du sable, donc on peut pas faire l’étage, il est trop lourd! », notre architecte, une femme très à l’écoute et hyper efficace a vraiment bien respecté notre budget et a rendu possible tout notre projet en trouvant des solutions à tous les aléas), et chaque semaine, le « squelette » prenait un peu plus la forme de notre maison.

Au final, on se retrouve avec une maison de 165m², six chambres, deux salles-de-bain, un immense séjour/salle-à-manger/cuisine de 75m², un garage transformé en cuisine, un toit transformé en étage, une tripotée de petites pièces transformées en notre actuelle living-room. Un sacré projet, indispensable pour notre grande famille.

Beaucoup de stress, d’angoisse, de panique parfois, et toujours le doute « est-ce qu’on a bien fait de se lancer dans une aventure pareille?? »
Nous avons pu « réceptionner le chantier » début novembre, et il restait à peu près tout à faire… Parce que quand les entrepreneurs s’en vont, que les fenêtres sont posées, les portes sont mises, les cloisons montées et le sol réagréé, on a l’impression que c’est vivable, mais en fait pas vraiment… On a du faire intervenir un peintre pour aider Mii à peindre 400m² de murs et plafonds… Il restait 150m² à parqueter. Du carrelage à mettre dans les salles-de-bain et le cellier. Un million de plinthes, 150 barres de seuil, poser intégralement la cuisine, et tout un tas de petits détails qui n’ont l’air de rien mais qui sont super importants au quotidien comme l’aménagement intérieur des placards, pour ne citer qu’eux.

Nous avons emménagé le 4 décembre, Pépin avait 5 mois. Le parquet n’était pas encore posé dans le bureau, on n’avait encore aucune plinthe ni barre de seuil, la cuisine était encore dans les cartons, au milieu du salon… Mais on était HEU-REUX d’emménager enfin dans cette si jolie maison! Tout le monde a vite trouvé sa place et le plus urgent a été effectué très vite grâce à un Mii survolté et des amis très sympas venus aider.

Le projet ruine « avant/après », ça donne ça!
Un an après, ce n’est pas encore complètement terminé, mais on a quand même vachement bien avancé!

sans-titre-2

sans-titre-14

sans-titre-1

sans-titre-16

sans-titre-3

sans-titre-19

sans-titre-5

sans-titre-12

Après un an, on peut l’affirmer: c’était un excellent choix! Audacieux, un peu foufou, mais excellent! Chacun a sa place, la « pièce à vivre » nous permet d’être tous ensemble sans se marcher dessus, d’inviter des copains, de doubler ou tripler les effectifs en ayant toujours de la place. On s’y sent bien, c’est spacieux, lumineux (j’ai pris les photos ce matin alors qu’il fait hyper sombre dehors et franchement, ça gère!), fonctionnel. Cette maison est vraiment très agréable à vivre! On a commis quelques petites erreurs de débutant (le parquet sombre c’est beau mais faut pas le rayer…), mais on s’en est globalement super bien sortis! Maintenant on a 200m² de jardin à rendre agréables à l’oeil… Parce que là, c’est la forêt vierge un peu… Mais chuuuut, on verra ça au printemps!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

22 Commentaires sur
“Le #ProjetRuine, un an après!”
  • Waouh, c’est canon! J’adore votre pièce salon/cuisine/salle à manger qui a l’air vraiment immense!!
    C’est vrai que ça doit être vraiment chouette de voir sa maison se créer sous ses yeux.
    Nous aussi on a acheté mais sans travaux et parfois je me dis que j’aurais bien aimé quelques travaux.
    On aime quand même passer du temps à aménager notre nid et se rappeler comment c’était avant. (un peu de peinture et nos meubles à nous ça change tout!).

    • J’ai adoré ce projet… Partir de quelque chose et tout créer afin d’arriver à NOTRE maison, c’est vraiment une belle expérience.
      Après, je n’ai connu que ça, à part en location où j’ai emménagé dans du neuf ou presque à chaque fois, on a été propriétaires deux fois et les deux fois, gros travaux… Je ne pourrais pas acheter une maison « déjà toute faite » je crois, dans laquelle quelqu’un aurait déjà habité… J’aurais l’impression de vivre chez quelqu’un d’autre.
      Mais comme tu dis, des petits travaux c’est bien aussi! Et puis il faut avoir le temps et les moyens pour un chantier d’une telle envergure, aussi… (Notamment pouvoir rester en location pendant les travaux… Même si au final, on gagne de l’argent par rapport à si on avait acheté déjà tout fait)

  • Je fais partie des gens qui n’arrivent pas à visualiser ce que les travaux vont donner une fois terminé (ce qui m’a valu d’ailleurs pas mal de tensions avec Papa est occupé quand il s’est agi de faire des travaux chez nous) mais je suis toujours impressionnée par ces avant-après ! Je te souhaite beaucoup de bonheur dans ce joli foyer !

    • Merci! J’ai beaucoup de facilités à me projeter mais je me fais une montagne de pas grand chose… Là, c’était grand chose, pour le coup, alors ça m’a valu de bonnes grosses montées de panique! Mais ça valait le coup!! :-)
      J’adore aussi les avant-après et c’est vraiment galvanisant de lancer ses propres travaux!

  • je suis toujours admirative des gens qui arrivent à acheter une maison, à tout refaire dedans et au final à avoir quelque chose de complètement différent. impossible pour moi de projeter comme cela!
    en tout cas bravo, c’est très joli

  • Je n’auras jamais osé me lancer dans un tel projet ! Mais bravo, tu (vous !) as super bien géré et le résultat est superbe ! Je bave tellement c’est beau chaque fois que tu montres un coin de la maison !

  • Superbe!
    Pour être passée par un chantier de ce type l’hiver dernier, même si j’ai adoré imaginer, créer, choisir, j’ai trouvé cette période vraiment stressante et épuisante. Et 9 mois après notre emménagement, il y a encore toutes ces finitions pas finies et nous passons nos we à bricoler (+ la chaudière qui vient de lâcher alors que ce n’était pas du tout prévu dans le budget!). Mais c’est vrai que je savoure tous les jours le plaisir d’être chez nous.

    • Oui, c’est éreintant et super stressant, mais quel bonheur… Ca vaut vraiment le coup!! 😀
      Ici aussi les finitions avancent très petit à petit… On a passé les 6 premiers mois à boser tous les week-ends mais depuis les vacances on n’en peut plus, du coup on ne fait presque plus rien, mais bon, ce qu’il reste à faire est très « invisible », au final… Et à chaque fois qu’on fait un truc, on est extatiques pendant 3 semaines! ^^

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


sept + cinq =