Aborder l’épilation à l’adolescence [Sponso]

Je devais avoir 13 ans la première fois que je me suis épilée. J’ai piqué le rasoir avec lequel se rasait ma mère (un rasoir d’homme), j’ai dû m’y prendre comme une barbare parce que je me suis faite de nombreuses coupures. Mais j’ai rasé tout ce que j’ai pu, jambes, bras, j’ai même été tentée de raser la lèvre supérieure mais étant donné l’état de mes jambes, j’ai préféré m’abstenir.

Comme beaucoup de femmes, j’imagine, j’ai un peu tout tenté en matière d’épilation… Rasage, épilation à la cire, épilateur électrique, rasoir électrique, épilation en institut, épilation au miel… Cette dernière solution était franchement chouette, pas de brûlure à cause de la cire chaude, mais ne connaissant pas la technique, j’allais chez l’esthéticienne et ça me prenait du temps. Temps que je n’ai plus trouvé à la naissance de ma deuxième fille.
Je suis donc revenue au rasoir (et je teste actuellement, en parallèle, le Luméa de Philips, mais je dois faire une pause durant l’été) plus simple, plus pratique, tout aussi efficace, mais il faut le faire plus souvent.

Forte de ma propre expérience et de celle d’une maman d’adolescente, voici quelques conseils pour aborder l’épilation avec nos filles (et nos garçons, hein, pourquoi seules les filles voudraient se débarrasser de leurs poils?)

– Tout d’abord, leur laisser le choix. On peut être une fille et vouloir garder ses poils, l’épilation n’est pas OBLIGATOIRE!
Mais, il est fort probable que votre fille, dès 13/14 ans, commence à se préoccuper de ses poils et elle voudra faire comme les copines, s’en débarrasser. Et aussi féministe soit-on, il faut respecter ce besoin et l’accompagner au mieux, avec le plus de respect possible.

– Eviter de lui imposer une épilation à la cire en institut. C’est tentant, on se dit « comme ça, sur du duvet, elle souffrira moins », mais c’est l’exposer à une pratique somme tout douloureuse et potentiellement traumatisante.
Lui proposer une alternative non douloureuse comme le rasoir lui permet d’appréhender cette partie de sa féminité sans en garder un mauvais souvenir ensuite.
Si elle veut s’épiler à la cire ensuite, ce sera son choix, dans lequel on peut également l’accompagner.

Sans titre 13

– L’informer sur les idées reçues peut également l’aider.
Par exemple, lui expliquer que les poils ne repoussent pas plus drus après le rasage, c’est juste que, coupés à leur base, ils repoussent avec la largeur de la base et non celle de la pointe, ce qui peut induire en erreur.
Le rasage n’amplifie pas le risque de poils incarnés, car il s’agit d’un souci que l’on peut également avoir avec l’épilation (à vrai dire, depuis que je me rase, je n’ai plus ce souci alors que c’était récurrent avec la cire, j’imagine que cela dépend des gens).
La cire n’exfolie pas la peau, au contraire, elle l’abîme avec la chaleur.
Le rasage n’est pas dangereux à partir du moment où l’on adopte des gestes sûrs

– Anticiper ce moment avec elle, ne pas attendre qu’elle s’en préoccupe, au risque de faire n’importe quoi (notamment se blesser), mais lui en parler librement et lui assurer que lorsqu’elle en ressentira le besoin, on sera là pour l’accompagner.

– Leur donner de bons outils. Ma première expérience, avec un rasoir masculin, m’a fait voir la différence lorsque j’ai utilisé un rasoir féminin pour la première fois. Plus doux, moins risqué, plus adapté à la morphologie d’un corps plutôt qu’à celle d’un visage…

Quand j’avais 15 ou 16 ans, suite à la remarque du père de mon petit ami de l’époque qui avait sous-entendu que je ressemblais à Frida Khalo avec mon mono-sourcil, j’ai décidé de m’épiler les sourcils à la crème dépilatoire. Je vous laisse imaginer le carnage. Non seulement je me suis brûlé la peau, mais j’ai quasiment épilé la moitié de mes sourcils. A ça, c’est sûr, il n’y avait plus aucun poil entre les deux! Mais ça me faisait ressembler à un alien.
J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps en attendant que ça repousse (et ça n’a jamais repoussé tout à fait normalement, d’ailleurs…). Je ne souhaite vraiment pas ça à l’une de mes filles! ^^

Sans titre 12

Il me semble qu’il faut aborder cette période de la vie de nos enfants avec le plus de naturel et de joie de vivre possible. Leur transmettre les bons gestes afin qu’ils ne risquent pas de se blesser et qu’ils en gardent un souvenir fun de ce genre de rituel.
Pour ma part, j’utilise les rasoirs Gillette Venus depuis plusieurs années.
Venus a réalisé une petite infographie pour mettre à mal les idées reçues à propos du rasage. Je le partage parce qu’il est très déculpabilisant, je trouve. Moi qui déteste souffrir, je suis bien heureuse d’apprendre que je peux m’en passer!

Sans titre 14 Sans titre 15 Sans titre 16

 

Hop

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

13 Commentaires sur
“Aborder l’épilation à l’adolescence [Sponso]”
  • Bonsoir ma fille a presque 12ans et l’été dernier me voyant m épiler elle m’a demandé de lui faire.
    Cet année en avril elle me l’a redemander je pense par rapport aux réflexions des autres…elle n’a pas voulu me dire.
    Elle a géré la douleur de l épilation a l epilateur comme une chef…

  • En effet, comme tu dis, à chacune de trouver ce qui lui convient, au moment où ça lui convient ! (y compris ne rien faire!). Pour ma part, je suis restée sur un très très très mauvais souvenir du rasoir…
    Maintenant que j’ai les moyens financiers, je m’offre une épilation à l’orientale (=une pâte au sucre faite par mon esthéticienne de choc+beaucoup d’huile de coude). Ça laisse la peau douce, un vrai délice. Mais il faut du temps (c + long que la cire classique) et de l’argent ET trouver quelqu’un qui sait le faire!
    Je ne sais pas si tu connais les disques à épiler? Tu le fais toi-même, c’est à un prix défiant toute concurrence, mais c’est un peu long à faire. Par contre, tu peux rester bien 3-4 semaines tranquille.

    • Je faisais ça aussi, l’épilation au miel/à l’orientale, je préférais carrément à la cire mais ça reste super douloureux, surtout le maillot!!
      Je vais regarder pour les disques. Il me semble en avoir entendu parler…

  • Merci de casser cette idée à la con, qu’ont beaucoup trop de femmes sur le « Mais si jt’assure, les poils repoussent plus drus et y a 4 fois plus après ! » Ca m’exaspère tellement d’entendre ça à chaque fois ! Ma mère était esthéticienne et elle m’a appris très tôt que non, une forêt ne pousse pas là où tu n’as coupé qu’un seul arbre. Bref, en ce qui me concerne, j’ai un peu tout fait en douce je crois, j’avais un peu honte de demander à ma mère un rasoir, donc je lui piqué son bic, et les choses se sont faites assez facilement je me souviens. Mais si un jour, j’ai une petite fille, je lui en parlerai avant pour qu’elle évite de faire une bêtise.

    • Oui, je déteste aussi cet a priori qui incite finalement les femmes à souffrir (je respecte celles qui font ce choix, chacun ses envies, mais j’ai beaucoup été culpabilisée à cause de ça et j’ai envie de dire fuck, MON corps, MES choix, merde! Je suis douillette si je veux!)
      Cool que ta mère t’ait tenu ce discours, les esthéticiennes que j’ai pu voir étaient beaucoup moins ouvertes sur le sujet!

  • Ma fille de bientôt 7 ans commence à me parler de ses poils (elle me voit m’épiler). Pourtant sa pilosité est discrète, elle tient de son père imberbe.
    Par contre, je garde un mauvais souvenir du rasoir : repousse rapide et anarchique, coupures, boutons.
    Je fais maillot et aisselles à la pince (si je n’ai pas le temps, je ne fais pas) et les jambes à l’épilateur électrique.
    À chaque femme de trouver la meilleure façon de se débarrasser de ses poils !

  • Je crois que je me suis débrouillée toute seule et ma petite soeur aussi… J’ai un vague souvenir de ma soeur avec des pansement aux pieds qui avait essayé de se raser les poils du gros doigts de pieds avec le rasoir de papa…

  • Très intéressant votre blog maman. Sur ce sujet, ma fille a déjà posé tant de question dès qu’elle a su parler. Je ne me cache pas quand je suis sous la douche, pour qu’elle comprenne assez vite que son corps va changer au fil du temps. Toutefois, j’aime bien vos conseils, merci de m’avoir rappelé tout ça. Je dois me préparer parce qu’elle a déjà 10 ans, elle voudra surement s’épiler nos seulement les parties intimes mais les sourcils aussi

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


+ trois = six