Une journée au zoo (Zoo African Safari de Plaisance-du-Touch)

Dimanche dernier, j’ai emmené ma petite famille au Zoo de Plaisance du Touch, à une vingtaine de minutes de Toulouse. C’est un endroit que nous connaissons bien pour y être allés plusieurs fois durant l’enfance de Mouflette et une fois ou deux avec MissCouette avant que sa petite soeur et son petit frère naissent.
Je comptais les y emmener durant les vacances quand j’ai reçu une invitation de la part d’une de mes amies qui bosse dans une agence de com toulousaine (le monde est petit parce que j’ai rencontré cette amie alors que nous œuvrions toutes deux pour une ONG!).
J’ai donc bien évidemment sauté sur l’occasion afin d’avoir une visite guidée du parc et pouvoir poser toutes les questions qui me passaient par la tête.

C’est avec le Zoo de Plaisance-du-Touch que j’ai donc découvert, il y a plus d’une dizaine d’années, que ces lieux ne sont pas réservés à l’attraction pour le plaisir des humains. Ce sont des lieux où l’on apprend, où l’on sensibilise, où l’on protège, où l’on se préoccupe du bien être animal ainsi que de leur sauvegarde d’une manière globale.
J’ai lu cela sur les panneaux à l’entrée du parc ainsi que dans divers articles lus ensuite. Mais dimanche dernier, j’ai pu l’entendre des personnes directement concernées: les soigneuses, le personnel du zoo, ceux qui s’impliquent au quotidien dans cet endroit. Et cela a levé certains de mes doutes.
La question se pose toujours de savoir si les animaux sont heureux ou non. Ont-ils conscience de leur enfermement? Ayant toujours vécu en captivité, l’état sauvage leur manque t’il? Est-il douloureux pour eux de ne pas laisser s’épanouir leurs instincts naturels?
Une représentante d’une association de protection des animaux présente ce jour-là au parc (elle animait un atelier de maquillage afin de récolter des fonds pour son association) m’a affirmé que les animaux n’ont pas besoin de beaucoup d’espace à partir du moment où ils sont nourris. C’est à dire que si, dans la nature, ils peuvent parcourir des dizaines de kilomètres par jour, c’est essentiellement pour trouver de quoi se sustenter. A partir du moment où des soignants leur apportent tout sur un plateau, ils n’ont pas besoin de beaucoup d’espace. J’avoue que cela m’a laissé dubitative car j’imagine que pour leur survie, les animaux sont « programmés » pour faire des dizaines de kilomètres et la sédentarité n’est donc pas naturelle pour eux… Mais bon, ils connaissent mieux la problématique que moi.

Le « Zoo African Safari » de Plaisance-du-Touch est un lieu vraiment agréable et joli. C’est arboré, idéal pour une ballade en été, quand il fait très chaud, car le parc est très ombragé. On y voit les animaux dans des espaces propres et entretenus. Les animaux sont propres et on les voit souvent jouer entre eux. Là encore, je ne suis pas une experte, mais cela m’inspire une certaine sérénité pour eux qui sont suffisamment à l’aise pour s’amuser.

Récemment, le zoo s’est agrandi afin d’accueillir des éléphants et des girafes dans la partie « réserve africaine » (la partie que l’on visite en voiture). Elodie, la chargée de communication qui nous a accompagné dans le parc, nous parlait du petit éléphanteau qui vient de naître avec beaucoup d’émotions. Et quand on a pu le voir, au loin, dans sa savane reconstituée, jouant avec son papa et sa maman, cela a en effet été un spectacle particulièrement touchant et émouvant. Ce bébé éléphant, absolument sublime, n’avait aucune conscience de notre présence, et il jouait dans l’eau en imitant ses parents. Absolument adorable!

Sans titre 10

Evidemment, la place de ces merveilleux animaux est dans la nature, au milieu de leurs congénères. Mais étant donné les risques (souvent humains malheureusement), n’est-ce pas de la responsabilité humaine de les préserver, quitte à réduire leur liberté en leur assurant la survie?

Le zoo propose également deux spectacles auxquels nous avons assisté. Le premier est un spectacle d’otaries mettant en scène trois jeunes spécimens arrivés il y a deux ans dans le parc. Le spectacle est touchant car assez sommaire. C’est normal, les otaries sont débutantes!
J’ai discuté avec l’une des dresseuses après le spectacle et il était bien difficile de douter de sa passion et de son entier dévouement pour les animaux dont elle a la charge. Elle en parlait comme s’il s’agissait de ses propres animaux, qui lui manquent quand elle part en vacances, qui ont leurs humeurs, leur caractère. Durant notre discussion, une des trois otaries passait et repassait derrière nous, essayant d’attirer l’attention de sa « maîtresse ». Là encore, on ne pouvait que constater l’attachement de l’animal pour celle qui s’occupe de lui chaque jour.
Le second spectacle met en scène des oiseaux exotiques afin de sensibiliser le public à leur mode de vie, notamment leur besoin d’arbres, de grandes forêts, et la problématique que pose la déforestation et plus prosaïquement la pollution dans nos contrées.

Sans h2

Sans tithre 3

Sans tithre 4

Sans titreh 6

Sans titre k7

Sans titre 8

Sans titre 9

Loin des clichés, la visite « VIP » de ce zoo familial (il est tenu depuis 30 ans par un couple et maintenant par leurs enfants) nous a permis de comprendre l’intérêt d’un tel parc pour la préservation de certaines espèces ainsi que pour la sensibilisation du public. Il est plus facile de comprendre les enjeux touchant certains animaux quand on les a vu de près, qu’on a pu s’y attacher, même brièvement.
Il ne s’agit pas seulement de passer un agréable moment en famille, c’est une occasion d’apprendre, de s’instruire sur les différentes espèces, sur la formidable diversité du monde dans lequel on vit. Mais également sur les dangers pour les animaux et, par extension, les humains, sur les problématiques de la biodiversité et de l’écologie.

Sans titre 11

Sans titre 12

Sans titre 13

Ecouter le personnel du parc parler de « ses animaux », voir leurs yeux briller en évoquant une naissance ou l’arrivée des pandas roux (depuis cet été), voir avec quelle délicatesse ils s’occupent de leurs protégés, c’est se trouver face à la certitude que ces gens travaillent dans cet endroit par vocation et pure passion pour les animaux. Le zoo est partenaire de plusieurs associations de sauvegarde des animaux en voie de disparition et s’investit pour agir au quotidien ici et ailleurs.

Bref, c’était une belle balade que les enfants, y compris Mouflette, ont adoré! Un bon moment instructif et ludique.


Le parc propose donc une visite à pieds et une visite en voiture. Il dispose d’aires de pique-nique et d’une cafétéria pour déjeuner sur place. Ainsi qu’une aire de jeux pour les enfants.
Le parc African Safari se trouve à environ 30 minutes du centre-ville de Toulouse.
L’entrée adulte est à 16,50€
L’entrée enfant (2 à 10 ans) à 12,50€
L’entrée lycéen/étudiant à 13,50
Il existe également un pass annuel à 49€ pour les adultes et 29€ pour les enfants.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

2 Commentaires sur
“Une journée au zoo (Zoo African Safari de Plaisance-du-Touch)”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


× un = quatre