Ma visite de l’Innovation center de P&G [Sponso + Concours]

La semaine dernière, j’étais invitée par Procter & Gamble pour visiter leurs locaux de Bruxelles. Piquée de curiosité, j’ai tout de suite accepté de découvrir les coulisses de ce grand groupe iconique concernant les produits d’hygiène et d’entretien de la maison, notamment.

Arrivée à l’Innovation Center, j’ai d’abord été frappée par la sobriété des bâtiments… Un mélange d’Alcatraz qui aurait fusionné dans Bienvenue à Gattaca. Ce qui m’a d’abord apparu comme un signe de vieillissement est en fait un effet voulu sur le béton, pour donner un aspect industriel et moderne. Assez froid de prime abord.
L’extérieur contraste avec l’intérieur, très cosy et accueillant!

Sans tit55re 1

Nous sommes accueillis par l’équipe qui nous fait visiter les lieux. L’innovation center est essentiellement un lieu pour les panels de testeurs. Tout est ainsi conçu pour recueillir leurs avis, leurs ressentis, leur façon de procéder pour faire le ménage, par exemple, afin d’analyser leurs comportements et mener les recherches en conséquences afin de proposer des produits qui aideront le plus grand nombre à gagner du temps dans ses tâches ménagères.

Nous trouvons donc des salles de test. Chaque pièce de la maison est ainsi reproduite pour permettre aux testeurs de se comporter « comme à la maison », faire le ménage ou utiliser des produits tels que Febreze .

Sans titre 3 Sans titre 2 Sans titre 1 Sans tit5re 6

Il y a également une petite supérette afin d’analyser le comportement des consommateurs face à divers produits.

Sans ti5tre 5

Et plus loin l’on trouve un laboratoire géant avec des pièces destinées à mettre les odeurs en conditions particulières. Chaud et humide ou froid et sec, par exemple, afin de voir comment les odeurs réagissent. On a également des pièces neutres où l’on vaporise deux produits différents afin de vérifier la différence d’intensité ou de longévité du parfum.

Nous avons ensuite découvert les secrets de fabrication du Febreze. Un produit composé à 90% d’eau, un peu d’alcool et un mélange breveté de quatre molécules afin de non pas masquer les odeurs mais de véritablement les annihiler.
Nous avons découvert comment Febreze agit si efficacement contre les odeurs en comparaison de ses concurrents (qui n’ont pas la formule brevetée, évidemment!). Comment il n’est pas inflammable, car son gaz propulseur est l’azote, un des composant majoritaire de l’air ambiant. Et enfin comment Febreze ne peut pas servir de dissolvant à contrario de ses concurrents…

Suis-je convaincue par le produit? Cela dépend sur quel point. S’agissant de son innocuité, n’étant pas chimiste ou biologiste moi-même, j’avoue que je ne me risquerai pas à me prononcer sur ce point. Evidemment les personnes présentes étaient convaincantes, mais je ne suis pas suffisamment experte pour croire sur parole des gens dont c’est le métier de nous persuader des bienfaits de leurs produits! De vrais efforts sont faits, notamment en proposant le recyclage des flacons de Febreze dans les supermarchés (dans la même idée que le système de récupération des piles et ampoules), et je crois globalement que les grandes industries sont bien obligées de se soumettre aux volontés de plus en plus marquées des consommateurs de les voir adopter une éthique verte et équitable.

S’agissant de son efficacité, je suis convaincue depuis bien longtemps.
Je ne suis pas une consommatrice quotidienne de Febreze (je l’aime, moi, « l’odeur-signature » de notre maison!), je préfère faire brûler des bougies bio plutôt que de vaporiser un parfum chimique (notez que le parfum de la bougie est sans-doute chimique aussi, mais psychologiquement ça passe mieux! ^^).
En revanche, cela fait 15 ans que j’en ai toujours un flacon dans mon placard. Pourquoi?
Parce que je n’ai jamais rien trouvé de mieux que Febreze pour DETRUIRE les odeurs (et j’ai compris pourquoi grâce aux diverses démonstrations!), parce que même si je les préférerais neutre, leurs parfums sont quand même sympa. Et parce que j’ai plusieurs fois été confrontée à des situations où il me fallait absolument du Febreze là tout de suite maintenant…
Exemple? L’enfant qui vomit dans la voiture… Sans Febreze, ce sont des années et des années (j’ai appris qu’une molécule odorante pouvait subsister 10 ans, miam!) à se traîner une odeur incommodante… Alors qu’après avoir vidé un flacon dans la voiture, en vingt minutes le problème est réglé (après avoir lavé la voiture, hein, évidemment, ce n’est pas non plus magique!)(enfin pas à ce point).
Après j’aère longuement afin de laisser dissiper l’odeur (un peu enivrante dans un habitacle exigu!). Mais je suis quand même bien contente de le trouver pour qu’il fasse le job!

Autre exemple? La gastro des petits dans la maison… Un peu moins trash que la voiture, certes, mais là encore, vive Febreze… Et je ne me risque même pas à essayer un autre produit. Et qu’on ne vienne pas me parler du bicarbonate soit-disant miraculeux (peut-être hein, je sais pas, mais pas contre l’odeur de vomi en tout cas!).

PG_4744_Febrese_LineUpVisual

Visiter ces locaux m’a permis d’en savoir plus. Je ne ressors pas en me disant « youhou, je vais sniffer du Febreze H24! » , mais cela a répondu à certaines de mes questions. Notamment « que devient la molécule d’odeur une fois qu’elle est capturée par la molécule de Febreze? » Hé bien elle devient de la poussière, tout simplement.

J’ai trouvé la visite très intéressante car elle nous a permis de véritablement voir les coulisses. C’est très concret au final! Des tests en situation réelle sont effectués sur des volontaires afin d’analyser leurs comportements. Pour ensuite coller au plus près des attentes des clients. C’est la base en fin de compte!

Je vous propose un petit concours sur Facebook afin de gagner quelques produits Febreze! :-)

 

Article sponsorisé

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

2 Commentaires sur
“Ma visite de l’Innovation center de P&G [Sponso + Concours]”
  • Bonjour, je n’utilise pas ces produits, déjà parce qu’on ne les trouve pas où je vis :)) et parce que j’évite également de trop utiliser des désodorisants. Une astuce imparable en cas de besoin urgent de détruire une mauvaise odeur : craquer une allumette. Fonctionne partout (toilettes, cuisine…) et bien entendu plus la pièce est petite, plus l’efficacité est immédiate et concentrée.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


deux + = dix