Mes conseils juridiques…

Depuis que j’ai évoqué ma reprise d’études en tant qu’aspirante élève-avocate (bon ok, j’ai fait bien plus que l’évoquer, je gonfle tout le monde avec depuis trois mois, certes…), je reçois un certain nombre de demandes pour des conseils ou des avis.

Quand il s’agit de questions théoriques, cela me fait très plaisir et j’aime discuter de « philosophie » juridique. Ca me fait réfléchir et je révise en même temps, c’est chouette. Donc n’hésitez pas à continuer!!

En revanche, quand il s’agit de problèmes réels, avec une vraie détresse, je me sens flattée par la confiance portée mais cela me met toujours un peu mal à l’aise. Je dois répondre à chacun à peu près la même chose, non sans une certaine gêne: je ne suis pas compétente pour donner des conseils juridiques. Je ne suis qu’étudiante. J’étudie la théorie pour rentrer dans une école prestigieuse, mais même si j’y parviens, il me faudra deux années de plus pour devenir une jeune professionnelle.

Je me suis donc dit qu’écrire un article pour poser les choses serait peut-être une bonne idée. Pas pour envoyer balader ceux qui ont des questions mais pour freiner les ardeurs ou abaisser le niveau de compétences que certains d’entre vous semblez me porter.

201012161279

Je ne sais pas si les étudiants en médecine vivent le même genre de chose? Ou en psycho par exemple? Vient-on leur demander alors qu’ils ne sont pas en exercice et qu’ils n’ont même pas validé leur examen final, des conseils pointus?
Un étudiant en droit a des connaissances théoriques, il connaît la Loi en général, son champ d’application, mais il n’a aucune connaissance pratique en dehors des cas qu’il étudie en cours (c’est à dire des cas hyper précis) et lui demander des conseils est somme toute très hasardeux…
Et ce ne serait pas très déontologique de sa part de vous donner une réponse précise au risque de très mal vous conseiller…

Bref, vous l’aurez compris, je peux réfléchir de manière globale. Je peux me pencher sur une question précise par curiosité. Mais je n’ai pas les compétences ni même les connaissances pour prodiguer de vrais conseils juridiques.
Déjà, pour donner une idée, j’ai un master de droit international et comparé. C’est absolument passionnant mais à moins que vous soyez un Ouzbèke vivant en Finlande et marié à un Français, votre cas ne rentre pas dans le cadre de mon diplôme…
Venir me poser une question de droit patrimonial ou de droit de la famille, c’est un peu comme aller questionner un étudiant en neurologie à propos de vos grains de beauté suspects… La question pourra intellectuellement l’intéresser, il aura peut-être une vague idée de la réponse grâce au souvenir de ses cours antérieurs, mais il n’a aucune compétence précise.

Que faire alors?
Tout n’est pas perdu, rassurez-vous!

Dans chaque ville, il y a une permanence juridique gratuite.
Dans les grandes villes comme Toulouse, il y en a plusieurs et elles sont généralement dispensées dans les tribunaux.
A Toulouse, pour garder cet exemple, on a des permanences spécialisées tenues par des professionnels du domaine concerné. Des permanences de droit social au Conseil des Prud’hommes, des permanences de droit de la famille au TGI, etc, etc…
Il suffit de taper « permanence juridique + le nom de votre ville » pour voir apparaître les dates, horaires et lieux de celles qui vous intéressent près de chez vous.

Si vous souhaitez être mis en relation avec un avocat qui pourra suivre votre dossier, vous pouvez vous adresser à l’Ordre du Barreau (Pour Toulouse c’est ici) de votre ville afin d’obtenir un bon de consultation gratuite. Cela peut-être soumis à des conditions de revenus selon les avocats (c’est à dire que si vous êtes un minimum riche, l’avocat vous demandera de le payer, ce qui reste assez fair-play du reste!). Souvent, seule la première consultation est gratuite mais l’avocat qui accepte les bons de consultation sera sans doute plus à même d’accepter votre dossier si vous êtes éligible à l’aide juridictionnelle.

Je crois que peu de gens ont connaissance de ces services gratuits très pratiques, alors n’hésitez pas à en parler autour de vous quand une personne vous parle d’un souci juridique qu’elle rencontre. 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

7 Discussions on
“Mes conseils juridiques…”
  • Je comprends tout à fait le but de ton article.

    Je crois que pour beaucoup, moi y compris (!), le droit reste très abstrait et tout se ressemble :-). Pour reprendre ton exemple, le « droit patrimonial », le « droit de la famille », ça reste du droit quoi… Il y a bien une différence mais elle n’est sûrement pas aussi marquée que pour quelqu’un qui l’étudie ou l’a étudié 🙂 :-)!!!

    Pour ma part, j’ai fait de la psycho et il y a aussi de très grandes différences entre tous les domaines, ce qui n’est pas forcément évident quand on n’est pas « dedans »!

    Pour les conseils juridiques, je sais qu’on peut aussi en avoir gratuitement avec son assurance (certaines assurances sans doute) selon son contrat (ça vaut le coup de le relire si on a besoin 🙂 ).

    • Oui tu as raison, certaines assurances font cela aussi.
      Là j’ai donné des lieux où n’importe qui peut aller, et qui sont gratuits…
      En espérant que cela facilitera les recherches de ceux qui en ont besoin.
      J’espère néanmoins n’avoir vexé personne parce que ce n’est pas le but… Ca a juste un côté frustrant de voir quelqu’un tout pimpant me demander un conseil et repartir très mécontent que j’ai été incapable de le lui donner! ^^

  • Hahaha, mais je me reconnais tellement dans ton témoignage!! Je suis ingénieure en informatique, ma spécialité c’est le développement, le code donc, mais pourtant les gens viennent souvent me demander (même quand j’étais encore étudiante) des conseils sur TOUT ce qui concerne la technologie en général, ma télé n’a plus de son, mon imprimante imprime à l’envers, mon disque dur est lent. Heuuuuuuuuuuuuuu. Alors oui comme tu dis, j’ai un peu plus de chance que la moyenne de m’intéresser au sujet et d’avoir une idée de la solution (ou au moins de savoir où la chercher) mais je suis pas réparatrice d’appareil électronique. Bon, au moins, les avis et conseils qu’on me demande sont plus « légers » que le juridique 🙂

    • Voilà, tu as bien résumé la situation!
      Cela ne me dérange pas, mais disons que les gens venant me « consulter » ont autant de chance de repartir avec une bonne réponse que s’ils allaient chez leur carrossier pour un pneu crevé (et encore, un apprenti carrossier…)…
      Cela m’embête surtout pour les gens qui repartent déçus. Là au moins, ils savent où chercher l’info (ce qui est souvent ce qui leur manque: savoir vers qui se tourner sans y lâcher un rein!)

  • Je comprends bien le but de ton article. Et je te rassure, je crois que ça vaut dans de nombreux domaines ! J’ai en tendu plein de gens poser des questions médicales à des ami.e.s étudiant.e.s en médecine. Et pour ma part, je ne compte plus le nombre de fois où des amis, de la famille… m’ont demandé des conseils de jardinage parce que je suis… ingénieur agronome !!! Alors oui, c’est pareil, en agronomie, il y a beaucoup de spécialités, mais le jardinage n’en fait pas partie, LOL. J’ai un DAA d’agronomie comparée, je peux parler des systèmes agraires en zone pré-sahélienne ou sur l’altiplano et calculer si la réforme de la PAC va encourager le pastoralisme ou le développement des grandes cultures en Europe, mais je ne saurai pas dire si tu as trop ou pas assez arrosé ton camélia !!! 😀

    • Hahahaha, j’imagine le truc! ^^
      Après disons qu’au vu des questions, l’enjeu est plus important qu’une plante qui meurt (même si j’entends que ce soit enquiquinant, moi-même qui te parle, je tue toutes mes plantes et ça commence à me saouler! ^^). Quand on vient me questionner au sujet d’un mari violent ou ce genre de choses, je me dis que la première chose à faire c’est d’informer les français sur les possibilités qu’ils ont de trouver des conseils rapides et gratuits… Et pas qu’ils se sentent suffisamment perdus pour aller demander à la première étudiante qui passe sous leur nez…
      Même si la matière n’est pas aussi difficile, le droit est assimilable à la santé en terme de répercussion sur la vie des gens… Un mauvais conseil juridique peut avec des conséquences irréversibles vraiment terrible (parce qu’un délai de prescription pourrait arriver à son terme par exemple)
      Après quand on me demande mon avis ou que l’on me pose des questions théoriques, cela ne me dérange pas du tout. Une internaute est venue me questionner au sujet de la série qui passe sur TF1 avec une nana qui dit être violée alors que le gars dit qu’elle était consentante. Ca reste théorique, j’ai donné mon avis, on a discuté, c’était très intéressant et enrichissant. Mais il n’y avait aucune conséquence derrière…

      Bon cela dit, faites ce que je dis, pas ce que je fais: je demande systématiquement à mon mec de réparer mon ordi dès que j’ai un souci parce qu’il a un MBA en informatique je sais plus quoi (il n’arrête pas de me répéter que son diplôme ne lui donne pas les compétences! ^^)

      • A h oui, sur le plan des conséquence,s en effet, c’est pas pareil un conseil juridique, de santé ou d’horticulture ! Mais je vois aux autres commentaires que le phénomène est dans tous les domaines !
        En fait, j’ai l’impression qu’on demande aux gens *qu’on connait* parce qu’ils sont de près ou de loin dans un domaine, parce que demander, et devoir expliquer une situation parfois personnelle ou intime, c’est pas évident, et qu’aller voir un. inconnu.e pour en parler, ce n’est pas facile (en dehors de l’aspect financier qui se rajoute bien sûr).

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


quatre − trois =