Etre parent

Sans même me poser des questions sur ce qu’est un bon parent, je sais au moins ce que c’est qu’en être un, tout simplement.

Et être un parent, c’est être là. Etre là du matin au soir, du lundi au dimanche, de la naissance jusqu’à la fin (de la mémoire, de la vie, de la conscience).

Je ne sais pas si je suis un bon parent. Mais je sais que je mérite mon qualificatif. Je suis là. J’ai été là pour ma fille aînée, je me suis battue pour elle, pour la garder à mes côtés, pour la protéger, pour la soutenir et l’épauler. Elle aura sans doute mille choses à me reprocher. D’avoir été trop présente dans sa vie peut-être, d’avoir été une mère étouffante, surprotectrice, sans aucun doute… Mais au moins je suis là et je fais tout ce que je peux pour lui montrer à quel point je l’aime et combien elle peut compter sur moi.

Mii aussi est là depuis presque le début. Il est présent et aimant. Il a ses failles, il commet des erreurs, il est imparfait, mais il est là et il montre chaque jour à chacun de nos enfants qu’ils peuvent compter sur lui.

Etre parent, c’est parfois aussi bête que se demander quel doudou on va laisser à portée de nos enfants, quel lait on va lui donner, quelle marque de couches on va acheter… Les détails anodins, les choix faits en conscience ou non, les petites marques d’attention qui semblent n’avoir aucun intérêt.
Choisir les habits qu’ils vont porter pour partir à l’école. Choisir l’école dans laquelle ils vont apprendre et grandir. Choisir un endroit où vivre, où ils seront heureux.

C’est se poser sans cesse la question de savoir si on est trop ou pas assez présent, est-ce qu’on est intrusif ou pas? Est-ce qu’on a la bonne attitude, les bonnes réponses… C’est accepter de se tromper, demander pardon quand on est allé trop loin, admettre ses erreurs, essayer d’en faire le moins possible.

Etre un parent, un parent de base, même pas forcément un bon, c’est s’assurer que nos enfants sont en sécurité, physique et affective. Etre sûrs qu’ils ne risquent pas grand chose, tout faire pour, sans relâche. C’est fatigant, d’autant plus quand ils grandissent, mais c’est nécessaire… Et on n’a pas signé pour se la couler douce… On a pris des responsabilités en mettant au monde nos enfants, on doit assumer, jusqu’au bout.
On a signé pour les faire passer avant nous, quoi qu’il arrive… En cas de crise, s’ils vont mal, s’ils sont en danger, c’est eux d’abord, et après, on peut s’occuper de nous. Comme dans le Titanic « Les enfants d’abord »…

J’enfonce des portes ouvertes, me direz-vous… Mais au moins trois exemples dans mon entourage proche me montrent que ça n’est pas l’évidence pour tout le monde… Fuir devant ses responsabilités, c’est malheureusement monnaie courante… Reporter la faute sur les autres, c’est fréquent.

Je me demande souvent si je suis une bonne mère. Je n’aurai sans doute jamais la réponse.
Ce qui est certain, c’est que je sais désormais que je suis une mère, tout simplement. Et Mii est un père. Nous sommes des parents qui affrontons les épreuves, et qui nous tenons devant nos enfants pour répondre de nos erreurs.
Ils auront sans doute beaucoup à nous reprocher. D’avoir été des mauvais parents, des parents tout pourris, des gros chieurs, des rabats-joie, trop stricts, trop présents… Mais on sera là pour les écouter nous le dire. Pour assumer, pour leur demander pardon, pour les consoler.

Etre parent n’est pas une sinécure, c’est un choix que l’on fait pour les 50 ou 60 prochaines années, aussi longtemps que la vie nous permettra d’être là pour nos enfants. Ce n’est pas un choix à faire à la légère, mais une fois qu’on l’a fait, on ne peut plus reculer… On doit faire au mieux, ne pas avoir peur de se tromper (de toute façon, on se plantera, mais ça ne sera jamais aussi grave que de ne rien faire du tout…)

Sans titr5e 1

Aimer nos enfants aussi fort que possible, leur prouver notre amour et notre affection, leur permettre de grandir en toute sécurité. Etre parent.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

6 Commentaires sur
“Etre parent”
  • Je suis sûre que tu es une excellente maman. Toutes tes intentions sont bonnes, alors si parfois la fatigue et les nerfs prennent le dessus, j’imagine que ce sont des comportements minoritaires !

  • Quelle belle définition! Tu as tt résumé, on apprend à être parent et comme tout apprentissage il y a des erreurs qui nous font rebondir et nous font remettre en question. Ce sont souvent nos efts qui nous envoient des « messages d’alerte » qd qlqchose ne va pas avec un chgt de comportement par exemple. Ici, une réflexion faite sur mon fils, devant lui, par un proche…et mon petit bonhomme de 3 ans et demi se met à faire des crises d’angoisse à en vomir, à hurler en allant à l’école et ne dormait plus… on discutait pourtant avec lui sur ce qui s’était passé en lui disant aussi qu’on ne verrait plus ce proche. Jusqu’au jour où la maîtresse m’a conseillé d’aller voir un psy pr lever le blocage de mon fils(cela durait depuis 2 mois). Je me suis alors écroulée car je me suis dit : « je suis sa mère et je ne suis mm pas capable de le consoler et de l’aider ??!! Je suis une mauvaise mère… » J’avais honte…en parlant avec mes voisines, je pleurais et une m’a dit : « mais non justement, tu es une mère extra car tu t’es rendue compte que ton fils avait mal et que tu as tt essayé pr lui ! Vas y, tu va lui rendre un grand service à ton petit! » 3 séances chez le psy et mon gosse retrouve le sourire,ses belles nuits et son « école qui est trop géniale! » Bref ce roman pr dire qu’on en prend pr la vie, pour le pire comme le meilleur : un sourire, un calin, un dessin et on repart à bloc prêts à affronter les montagnes…pour eux !

  • On en parlait justement hier avec Madeleine, dont un camarade de classe a été placé en famille d’accueil. Difficile d’expliquer que parfois, les parents ne sont pas, ne font pas ce qu’il devraient être ou faire et qu’un enfant peut être mieux ailleurs. Ici, on a pu prendre l’exemple des vêtements pour expliquer simplement qu’en laissant partir A. en pyjama au collège puis un autre jour en lui faisant porter le polo de son beau-père alors que ce n’était pas du tout à sa taille, cela impliquait plein de choses sur leur implication quant au bien-être de leur fils…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


− un = null