La dernière ligne droite[Semaine 38 à l’IEJ]

Ma prépa à l’IEJ s’achève dans quelques jours, c’est la fin de mes cours à la fac.
J’ai passé mon dernier examen blanc la semaine dernière, que je ne pense pas avoir très bien réussi, une fois encore. Pas de pronostic, mais je pressens un massacre!
Il ne me reste plus que trois mois avant mon examen. Trois mois, c’est à la fois beaucoup et très peu.

Plutôt que de me morfondre ce tout ce qu’il me reste à faire et sur l’été pas hyper funky qui se profile… J’ai envie de revenir sur tout ce que j’ai accompli jusqu’ici. Un bilan des 9 mois quoi!

Sansm titre 1

Il y a 9 mois, je n’avais plus le moindre souvenir de mes cours de droit… J’exagère un peu, je me souvenais de quelques trucs marquants, mais j’avais globalement oublié l’essentiel, ce qui est assez normal après 8 ans sans pratique.
J’ai assisté à plus d’une centaine d’heures de cours. J’ai rédigé 250 fiches de cours de doit. J’ai compris tous mes cours dans leur globalité, même si c’est insuffisant et que cela ne m’est pas encore d’une grande utilité pour résoudre un cas pratique… J’ai fait beaucoup de progrès durant ce laps de temps. J’ai eu pas mal de désillusion, notamment quant à mon niveau très bas face aux exigences très hautes de l’examen… Mais j’ai aussi connu plein de bons moments qui m’ont permis d’apprendre à me connaître.
Je me suis fait des copines très chouettes avec qui j’ai prévu des séances de révisions estivales.
J’ai pu constater que je sais bosser et me donner de la peine dans le but d’atteindre mes objectifs.
Ca ne paye pas encore, mais je suis plutôt confiante pour les mois à venir. Je n’ai pas vraiment d’autre choix, au demeurant.

Au début de l’année, j’avais prévu de m’inscrire à la prépa d’été de l’IEJ. Mais ne voyant pas ce que pourraient m’apporter les cours de cette fameuse prépa en plus de ce que j’ai fait jusque là à l’IEJ, et le fait qu’elle ne propose que deux notes de synthèse blanches et rien d’autre… Je me suis laissée influencer par trois copines et j’ai décidé de m’inscrire à la même prépa privée en ligne qu’elles, à peine plus chère que la prépa d’été, qui dure 6 semaines de plus et qui a le mérite de proposer 9 galops d’essai pour chaque matière, ce qui me parait être un très bon entraînement.
Cela ne m’assurera pas la réussite, mais même si je redouble, cela ne pourra que m’être utile, du moins je l’espère.
Au début, je n’étais pas trop pour ce genre de prépa, d’une parce que je pensais que c’était complètement hors de prix alors que certaines sont abordables, en réalité… Et deux parce que je pensais que la prépa de l’IEJ suffirait, mais c’est loin d’être le cas… Est-ce parce que je n’ai pas fait preuve d’assez de sérieux ou parce que je venais de « trop loin »… Ou est-ce, comme s’en plaignent bon nombre d’étudiants, parce que cette prépa est totalement inadaptée à l’examen qui nous attend?

Quoi qu’il en soit, les 12 semaines qui arrivent seront pour moi des plus studieuses. J’ai un programme plutôt chargé, avec un examen blanc par semaine jusqu’à mi-août. J’ai l’espoir de progresser en m’entraînant ainsi intensivement.
Je pense également faire des vidéos de simulation de grand oral régulièrement pour m’entraîner… Parce que mettons que je sois admissible et que je me plante aux oraux, je risque de très très mal le vivre!

Je ne suis pas pleinement satisfaite du travail accompli, mais je suis quand même contente de partir « à plat », avec tous mes cours fichés, une vue d’ensemble de ce qui m’attend. Il ne me reste « plus qu’à » apprendre toute cette masse d’information et acquérir une méthode solide pour résoudre des cas pratiques et rédiger une note de synthèse.
Il me reste le plus dur en somme… Mais aussi le plus motivant (le fichage étant un travail particulièrement rébarbatif, de mon point de vue… Alors que je trouve plutôt ludique de résoudre des cas pratiques, même si je suis objectivement nullissime!)

Je n’ai pas vu passer ces neuf mois. Ce qui est certain, ce que quelle que soit l’issue, je suis déjà heureuse et fière de mon parcours jusque là. J’ai tenu bon, je n’ai pas abandonné malgré les moments de doutes et de découragement, j’ai été assidue et sérieuse, la plupart du temps. Pas autant que je l’aurais voulu, mais le résultat est là en terme d’achèvement du travail dans les temps impartis.
Etant donné que, comme la plupart des gens, je fonctionne mieux sous la pression, je suis assez confiante quant à ma capacité de travail pour les semaines à venir. Et puis il n’est plus question de reculer désormais!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

8 Commentaires sur
“La dernière ligne droite[Semaine 38 à l’IEJ]”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


quatre + = neuf