3 ans de petit Pépinchou!

En voilà un tout petit bébé qui est devenu grand en un coup de baguette magique!
Ce serait mentir d’affirmer que je n’ai pas vu ces trois premières années… Les difficultés liées aux âges rapprochés de nos deux derniers enfants ne sont pas encore digérées (ni même entérinées pour certaines), et j’avoue avec une petite pointe de désespoir que voir mon fils grandir est un soulagement autant qu’un pincement au coeur.

Pépin est un petit bonhomme aussi adorable qu’insupportable… Il sait se montrer doux, câlin, attentionné, mignon, calme… Et quelques minutes après, il peut se transformer en petit dragon impossible à gérer, tirer les cheveux de ses soeurs sans raison, nous frapper avec ce qu’il a dans les mains, le sourire au lèvre et le regard moqueur, se mettre à hurler pour une raison obscure, parce qu’il n’a pas la bonne couleur de bouchon pour son biberon ou parce qu’il n’arrive pas à installer son doudou comme il le souhaite dans sa petite poussette… Il nous pousse dans nos retranchement, nous qui n’avons plus vraiment de patience en stock.

Il est le petit dernier et cette place n’est pas si enviable qu’elle en a l’air. Oh, c’est sûr, chacun est à ses petits soins, il est le plus choyé, celui qui reçoit le plus de câlins, celui à qui l’on passe à peu près tout… Mais il est également celui pour qui on n’a plus le temps… On n’a pas pu se consacrer à lui comme on l’aurait aimé et on le voit grandir un peu malgré nous, comme s’il poussait tout seul, sans aucune intervention de notre part.
Alors que j’ai vraiment eu le sentiment « d’élever » nos deux premières filles, de leur donner la nourriture affective et intellectuelle en quantité suffisante pour qu’elles se développent et s’épanouissent… Les deux derniers, et tout particulièrement Pépin, ont subi mon manque de disponibilité.

Le résultat est étonnamment similaire… Pépin est un petit garçon éveillé et curieux, il apprend à son rythme mais ne semble pas en avance ni en retard, par rapport aux acquisitions de ses soeurs au même âge.
Nous manquons de patience avec lui plus qu’avec elles, sans doute parce qu’il est le dernier et que nous sommes à bout de souffle… Très certainement aussi parce qu’il est dans une période délicate et qu’il est compliqué de lui consacrer l’attention qu’il réclame alors que ses trois soeurs sont au moins autant en demande que lui.

Alors non, Pépin n’est pas un petit pacha. Il profite autant que possible de ses privilèges de petit dernier, mais ceux-ci sont moins nombreux qu’il n’y parait…
Pépin est en plein « terrible three » (je sais que ça existe!), mes sentiments à son égard son très partagés… D’un côté, j’attends avec impatience son entrée à l’école, celle qui a fait tant de bien à Noisette l’an dernier, elle qui se comportait de manière identique à son frère aujourd’hui, et d’un autre côté, je regrette de l’avoir si peu vu grandir, d’avoir cette sensation de sable qui me file entre les doigts, inexorablement.

IMG_4179

Pépin est mon petit garçon, mon petit prince, mon petit chaton. Il prend son biberon sur mes genoux le matin, installé à côté de sa soeur qu’il essaye de déloger de là pour m’avoir pour lui tout seul.
Il attend chaque soir que je lui chante sa chanson, « L’eau vive », revisitée avec des paroles rien que pour lui.
Il ne peut pas se passer de son bébé qu’il promène dans sa petite poussette, à qui il donne des biberons et qu’il câline aussi bien qu’un vrai papa le ferait. Il est tendre et émouvant, mon petit garçon. Seul, il est si facile à vivre.
Mais la fratrie rend les enfants un peu compétitifs, à celui qui attirera le plus l’attention des parents, à celui qui aura la meilleure place sur les genoux, le verre d’eau le plus rempli, le câlin le plus long… Et Pépin est le plus doué à ce petit jeu-là! Ce qui le rend un brin épuisant.

J’aimerais parfois prendre une semaine rien que pour lui, pour le serrer dans mes bras à n’en plus finir, avant qu’il ne devienne pour de vrai, un grand petit garçon…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

4 Commentaires sur
“3 ans de petit Pépinchou!”
  • Coucou!
    C’est fou, ce que tu écris j’aurais pu l’écrire pour mon fils, axel. Et pourtant je n’en ai que deux.. Il a eu 2 ans fin mars et ça a été deux très longues années, et ce n’est pas fini… Et d’un côté il grandit de jour en jour ce n’est plus un bébé mais ça reste le dernier. Et comme tu le dis, je n’ai plus de patience non plus, je suis épuisée (merci les nuits entrecoupées depuis des mois par lui qui réclame un câlin à 2h du matin .. ) et pourtant je passe mes mercredis avec lui, le soir on a notre moment à nous, son histoire tous les soirs sans exception . J’attends l’école avec impatience moi aussi. Bref on les aime, mais qu’est ce que c’est dur parfois.
    Bon anniversaire à pépin !
    Biz

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


un × cinq =