Organiser un été de révisions à Toulouse

La particularité de l’examen d’entrée à l’école des avocats est la date de ses épreuves d’admissibilité: début septembre…
Ce qui veut dire, en substance, que le plus gros des révisions s’effectue pendant l’été.

Cela rend l’épreuve encore un peu plus difficile à plusieurs égards:
– En été, on préfère généralement se dorer la pilule à la plage, prendre des mojitos en terrasse ou encore faire du tourisme plutôt que de bûcher sur des matières absconses et denses…
– Trouver comment s’organiser pour avoir un endroit calme et opérationnel pour réviser en paix est beaucoup plus compliqué en été qu’à n’importe quelle autre période de l’année.

En effet, les bibliothèques et médiathèques passent en horaires d’été, les BU ferment durant une partie de l’été, les enfants vont bientôt être en vacances, ce qui me complique un peu la vie!

Pour les enfants, mise à part la dernière semaine de juillet où je vais devoir garder mon petit Pépin, tout est calé. Les filles iront au centre de loisirs en juillet (MissCouette ira même une semaine en colo, une grande première!), Pépin sera à la crèche jusqu’à sa fermeture. Et en août, Mii a pris 4 semaines pour pouvoir s’occuper d’eux et me laisser bosser tranquille (ne me dites pas que j’ai un mari en or, d’une, je le sais, de deux, quand j’ai fait pareil pour lui personne ne m’a remis de médaille!^^).

Mon souci est donc de trouver un endroit où travailler tout le mois d’août (il est évidemment exclu que je bosse chez moi avec ma tribu en folie, ils ne me laisseront pas faire… J’ai déjà essayé!) et également les dimanches de juillet car j’ai prévu de plancher sur mes notes de synthèse ce jour-là.

Voici donc le résultat de ma petite étude de marché sur les endroits ouverts cet été à Toulouse, leurs points forts, leurs points faibles, etc… Je n’ai pas noté toutes les bibliothèques mais seulement celles qui sont facilement accessible depuis le centre-ville et où il y a des espaces de travail agréables.

Bibliotheque_Toulouse_salle_lecture

 

DSCF1590

Du 2 au 27 juillet

En semaine:

– Les bibliothèques universitaires Arsenal et Manufacture sont ouvertes de 9h à 18h, du lundi au vendredi.
– La médiathèque Cabanis est ouverte de 10 à 19h du lundi au samedi jusqu’au 17 juillet, puis de 13h à 18h du mardi au samedi (à l’exception du jeudi) jusqu’à fin août.
– La bibliothèque du patrimoine est ouverte de 10h à 19h du mardi au samedi.

Le week-end:

– La médiathèque est ouverte de 13h à 18h le samedi.
– La bibliothèque du patrimoine l’est de 10h à 19h le samedi.

Ca se complique pour le dimanche… Le café Contretemps, rue de la Bourse, semble ouvert, mais faute de pouvoir accéder à leur site internet, je ne peux rien confirmer. J’ai eu vent d’une info relatant leur fermeture imminente, peut-être que c’est une piste d’explication…

Le seul espace de co-working ouvert le dimanche que j’ai trouvé (accessible facilement en métro) est Etincelle Coworking, rue d’Austerlitz (à 2 pas du métro Jean Jaurès, difficile de faire plus central donc). En réalité, ce n’est pas ouvert le week-end, mais c’est accessible pour les membres. Idéalement, il ne faut pas faire comme moi et se pointer un samedi en quémandant qu’on nous ouvre (ce que le gérant a gentiment fait), mais plutôt anticiper et venir s’abonner un jour en semaine afin d’avoir le code d’accès pour le week-end ou la nuit (pour les fous qui n’aiment pas dormir, par exemple)(aucun jugement, je sacrifie mes dimanches aux notes de synthèse, je ne suis personne pour juger ceux qui ne dorment pas!)
Le tarif a cela d’intéressant qu’il propose des forfaits à l’heure, en plus des abonnements au mois ou des tarifs à la 1/2 journée et journée.
Comptez 10€ la 1/2 journée et 20€ la journée entière
90€ pour 40 heures, 150€ pour 80 heures et 240€ pour le mois (ce qui est raisonnable dans la mesure où l’on peut accéder à l’espace à n’importe quel moment du jour et de la nuit, quelque soit le jour de la semaine!)

Il reste évidemment les terrasses de café, mais pour étaler ses fiches, feuilles, stabilos et codes juridiques, on a vu mieux…

A partir du mois d’août
, les choses se corsent… La médiathèque et la bibliothèque du patrimoine ferment 10 jours du 11 au 21 août. Les BU sont fermées et ne rouvrent qu’à partir du 19 août.

Il reste les espaces de co-working.
J’aime beaucoup le concept, chacun vient y travailler comme et quand il le souhaite, ce sont des endroits partagés où l’on fait des rencontres (plus sympa qu’une bibliothèque classique, a priori) en revanche, cela a un coût.

Pour ma part, j’ai décidé de jongler entre l’Etincelle coworking et les BU en juillet. Pour le mois d’août, je pense me faciliter la vie en me prenant un mois dans un espace de co-working pour ne pas avoir à me demander chaque matin ce qui est ouvert et ce qui ne l’est pas. De plus, en dix jours de fermeture des biblio, il y a de fortes chances que je dépasse le forfait de 80 heures, donc autant passer tout de suite au mois…

A priori, je m’inscrirai chez Etincelle pour le mois d’août dans la mesure où ils sont les seuls à être ouverts le week-end… Et j’aime bien l’idée de pouvoir rester bosser jusqu’à 22 heures si l’envie me prend (notez que les études sont un excellent moyen détourné de fuir sa progéniture!).
Pour le moment, je n’ai fréquenté ce lieu que le week-end dernier et il n’y avait pas un chat… L’ambiance y était donc assez spéciale avec un sentiment très lourd de m’incruster dans un espace de travail qui n’est pas le mien… Des mugs trainent sur les tables ainsi que des papiers, des stabilos, des trombones… Comme dans une « vraie » société, en somme. Et le week-end, cela donne une impression de « société fantôme ». Ce que je n’ai pas trouvé très réjouissant. J’imagine que l’ambiance est toute autre en semaine, plus conviviale et sympathique. Quoi qu’il en soit, c’était bien pratique pour bosser et certains bureaux sont climatisés, ce qui est assez bienvenu en ce moment.

Les autres espaces que j’ai repéré sont les suivants:

La cantine, au dessus du Quai du savoir. Les tarifs sont vraiment intéressants (170€ pour un mois en illimité) mais c’est fermé le week-end (si c’est ouvert, ce n’est absolument pas mis en avant).

Harry Cow, rue Sainte Ursule. 240€ TTC également pour un mois. Mais là non plus, je n’ai pas trouvé l’info d’une éventuelle ouverture le week-end.

– Le café Contretemps propos-ait?-e (écriture inclusive passé-présent) un mois pour 180€, de mémoire. Mais leur site est fermé, ce qui n’augure rien de bon quant à leur café…

J’ai écarté Ô local car les abonnements se font pour deux (je n’ai pas bien saisi pourquoi…), Tau parce que qu’il est préférable de prévenir avant de venir afin de s’assurer qu’il y a de la place et Lab’Oïkos parce que c’est trop loin pour moi, malgré une offre attractive.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

4 Commentaires sur
“Organiser un été de révisions à Toulouse”
  • Avec des endroits comme ceux-là, ça va vous mettre dans des bonnes conditions pour étudier. Après, il faut y aller à fond, étudier sans trop se poser de questions et en évacuant les pensées parasites (du genre: ‘est-ce que je vais réussir ?). Le travail paie…. Bon courage!

    • Merci Bénédicte! En effet, je dois me remémorer pourquoi je suis là et foncer sans me poser de question… Merci de me le rappeler! :-)
      Ca ne va pas être un été simple mais je vais tout donner, on verra bien! Il n’est plus question d’y réfléchir de toute manière!

  • Bonjour,
    Pas facile d’être au calme quand on a des enfants!
    J’ai commencé cette année des études à la fac à distance, et pour pouvoir travailler tranquille à la maison, mon mari part sur la journée avec les enfants : ballade, visite chez les grands-parents… C’est la seule solution que l’on ait trouvé. J’aime travailler chez moi, avec tous mes doc à disposition…
    De tout cœur avec toi pour tes révisions!

    • Je comprends. J’aime bien bosser chez moi aussi!
      Le souci c’est que souvent je me laisse distraire par d’autres trucs (l’ordi à dispo, une lessive à étendre, un gâteau à fair cuire… Tout est prétexte!)
      En partant de chez moi j’ai plus de chance de bosser sérieusement! :-)
      Et puis demander à mon mec de partir TOUS les jours avec les 4 enfants, je doute qu’il y survive! ^^

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


sept − cinq =