Sprint final [CRFPA Semaine 48]

Semaine 48, il me reste un peu moins d’un mois avant les épreuves écrites.
Un mois.
Quatre semaines.

La semaine passée, j’ai glandouillé, profitant de la présence de mon petit bonhomme pour m’accorder une pause (j’ai quand même eu des cours vidéos trois heures chaque soir, je ne suis pas restée sans rien faire non plus)(si tant est que s’occuper d’un petit garçon de 3 ans puisse être assimilé à « ne rien faire »).
Cette semaine, je reprends sur les chapeaux de roues pour la dernière ligne droite, le sprint final.

Dans un mois, je serai assise sur un banc pour passer l’examen de ma vie. J’envisage ce futur proche avec un mélange de panique absolue (mon dieu, je ne serai jamais prête!) et une joie difficilement explicable.
Plus que jamais, j’ai le sentiment de me faire un cadeau précieux.
Je regarde les mois passés, tout le travail accompli et je suis toute impressionnée. Toutes ces fiches, toutes ces heures passées à bûcher, toutes ces notions peu à peu assimilées (du moins je l’espère), tous ces examens blancs aux résultats souvent décevants…

Je n’ai rien lâché, j’ai tenu le coup. Cela me surprend un peu parce que je ne savais pas si j’étais encore capable d’un tel investissement.
Je suis repartie à zéro, pour ainsi dire. Me lançant dans une spécialité que je n’ai jamais touché du doigt durant ma scolarité (une pure folie!), partant avec des lacunes abyssales… Certains mécanismes sont revenus assez vite (le syllogisme juridique! ^^). Pour le reste, j’avais tout à apprendre, à comprendre et à décortiquer.
Huit ans après mon dernier diplôme, je pensais que cette année serait trop difficile et qu’il m’en faudrait au moins deux pour que je me sente prête à passer l’examen.
Mais à un mois du but, je suis plus déterminée que jamais à le passer cette année et à l’obtenir du premier coup. Y arriverais-je? On s’en fout. Ce qui compte, c’est la volonté farouche qui s’est chevillée à moi ces dernières semaines.
Je me sens un peu comme un cheval au galop (les références à la con… ^^), je ne peux plus m’arrêter.

C’est un sentiment un peu étrange de regarder le point de départ si loin aujourd’hui et de voir le premier obstacle approcher à grands pas, celui qui déterminera si je suis autorisée ou non à tenter de sauter le second.
48 semaines en amont, je clignais des yeux comme une idiote devant un prof qui parlait de principe de légalité et de complicité, sans trop piper un mot de ce qu’il racontait…
Aujourd’hui, je connais les grands arrêts de principe de la matière, j’ai des 15 et des 16 (et aussi des 5 et des 7) dans cette matière dont j’ignorais tout il y a encore 11 mois. Ben ça m’impressionne assez, cette capacité du cerveau humain à acquérir tout un tas de connaissances en si peu de temps! Et je réalise que mon cerveau humain à moi n’est pas forcément plus mal fichu que celui du voisin. Je trouve ça chouette.

Sans titre 51

Je pense que j’arrive à une phase où, le stress et la pression aidant, je me sens pousser des ailes. Pas que je n’ai rien fichu jusque là, j’ai vraiment tout donné pour cet examen. Mais disons qu’à partir de maintenant, il va falloir y aller à fond. A fond à fond même!
Que tous les sacrifices soient payants.
Parce que si l’année de cours a été plutôt cool et sympathique. L’été de révisions est compliqué. J’ai passé tous les étés depuis que je suis maman à m’occuper de mes enfants pendant les vacances. 17 étés de maternage. J’ai eu cette chance. Cette année est donc un peu difficile car j’ai l’impression d’abandonner mon poste. Ils n’ont pas l’air de m’en vouloir.
Et je ne culpabilise pas spécialement. Mais j’espère avoir l’examen du premier coup car un deuxième été comme celui-ci sera difficile à vivre (je le ferais, si il faut, mais j’espère y échapper).

Encore quatre semaines avant les écrits. Je fais chaque nuit des rêves en rapport avec mon examen. J’y pense chaque heure de la journée. Je suis habitée par le CRFPA. J’avais lu des articles relatant ces phénomènes sans trop y croire, mais c’est réel pourtant, je me lève CRFPA, je mange CRFPA, je respire CRFPA, je vis CRFPA!
Je ne sais pas trop ce que ça donne une fois rentré à l’école des avocats, les gens fondent-ils une secte de « ceux qui savent »? En tout cas c’est une expérience enrichissante bien qu’un peu bizarre.

Quatre petites semaines et je serai devant une copie à réfléchir à un plan en deux parties-deux sous-parties dans l’espoir de réussir mon ultime note de synthèse (cette épreuve que tu commences en te disant « oh, ça va être rigolo » et au bout de la huitième, tu as envie de bailler rien qu’à l’évocation d’un dossier).
Ben c’est fou mais j’ai hâte!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

10 Commentaires sur
“Sprint final [CRFPA Semaine 48]”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


× huit = soixante quatre