5 bonnes raisons de garder son nom de naissance!

Mon titre est volontairement subversif, mais en vrai, je ne juge pas (trop ^^) les femmes qui décident de troquer leur nom de naissance contre celui de leur conjoint (je ne juge pas non plus les hommes qui le font, mais admettons tous ensemble qu’ils sont infiniment moins nombreux).
Chacun fait ce qu’il veut, nous sommes bien d’accord. Et dans l’absolu, il n’existe pas de bonne ou de mauvaise raison de « changer de nom ».
Changer de nom parce que celui de son conjoint est trop joli alors que le nôtre est moche = paritaire (parce que ça marche dans les deux sens).
Changer de nom parce qu’on se croit obligée de se soumettre à la personne que l’on vient d’épouser pour lui prouver notre amour = bizarre (dans un sens comme dans l’autre, d’ailleurs)

Pour ma part, j’ai fait le choix de garder mon nom de naissance. Mon conjoint a également fait ce choix (mais personne ne lui fait la remarque, bizarrement!), et comme je veux convertir le monde à mon mode de pensée, voici quelques bonnes raisons de tous faire comme moi!

1 – Parce que c’est possible

Cela n’aura échappé à personne, je suis mariée depuis 10 ans et je porte mon nom de naissance.
Préambule: on ne dit plus « nom de jeune fille » (parce qu’on ne vit pas au XVIIIème siècle), on dit « nom de naissance » (parce qu’il n’existe pas de « nom de jeune garçon, voyez-vous?)
Bref, j’ai gardé mon nom, donc, et j’ai souvent eu des réactions étonnées.
– « Ha bon? On peut faire ça, garder son nom alors qu’on est mariée? »
– « On n’est pas obligé de prendre le nom de son mari? »

Oui, il est possible de garder son nom de naissance.
Aucune Loi n’impose aux femmes de prendre le nom de leur mari. Aucune, nulle part. (En France du moins)
Il faudrait le rappeler aux diverses administrations…
En revanche, il n’existe pas de texte qui autorise la femme à NE PAS prendre le nom de son mari, ce qui est assez logique mais plutôt difficile à faire comprendre aux plus simples d’esprit.

Voyons du côté du Code Civil, l’article 225-1 dispose (note: un article de loi DISPOSE, il ne stipule pas, jamais, sous aucun prétexte!) que « Chacun des époux peut porter, à titre d’usage, le nom de l’autre époux, par substitution ou adjonction à son propre nom dans l’ordre qu’il choisit. »

L’un des époux (pas spécifiquement la femme donc) PEUT, s’il en a très envie, porter le nom de son conjoint (pas forcément l’homme) ou l’ajouter au sien, avant ou après. Voilà ce que dit le texte.

On a donc le choix. N’est-ce pas formidable?!

2 – Pour garder son identité propre

C’est propre à chacun, bien entendu. Personnellement je suis très attachée à mon nom de famille. J’ai une histoire un peu particulière, je me suis coltinée le nom d’un homme que je détestais pendant plusieurs années sans vraiment comprendre pourquoi (ma mère m’avait donné le nom de son mari à la place de celui de mon père). Quand j’ai pu le récupérer, je m’y suis accrochée comme une moule à son rocher.
L’idée de changer de nom au profit de celui d’une autre personne, fut-ce t’il mon mari adoré, ce n’était pas envisageable. En plus le nom de mon mec n’est vraiment pas terrible (c’est très beau en prénom mais en nom je trouve ça nul ^^) et j’adore l’exotisme du mien.
J’ai proposé à mon mec de troquer son nom passe-partout et ultra-commun contre le mien, porté par 12 personnes en France, mais il a refusé, ce grand conformiste.

J’admets néanmoins que ce n’est pas forcément une super raison, l’identité ne se cachant pas dans un nom de famille.

3 – En cas de divorce

Je n’ai pas été concernée car même si je suis divorcée (d’un mariage contracté quand j’avais 19 ans et qui a duré 6 mois, relativisons), je n’avais pas pris le nom de mon ex-mari et les diverses administrations n’avaient pas eu le temps de changer mon nom sans me demander mon avis.
Néanmoins, ce qui motive mon billet est un post Facebook d’une amie qui, un an après son divorce, n’a pas réussi à récupérer son nom partout. Témoignage corroboré par d’autres femmes divorcées rencontrant le même problème.

Alors je sais, quand on se marie, on ne pense pas au divorce et on se dit qu’après tout, on est prêt à prendre le risque.
Mais bon, avouons que l’on s’évite bien des soucis en tel cas!

4 – Parce que quoi qu’il arrive, notre nom de naissance reste notre unique nom officiel

En effet, si l’on reprend le texte de l’article 225-1 du Code Civil, on peut prendre le nom de son conjoint en NOM D’USAGE!
Quoi qu’il arrive, le nom de naissance restera le même. Et le nom officiel, c’est le nom de naissance. Celui qui vous suivra partout, sur tous vos papiers d’identité (sinon il n’y aurait pas écrit « Brigitte Machine « née Bidule » sur les cartes d’identité.
Au quotidien cela ne change pas grand chose, on est d’accord. Mais il est bon de rappeler les évidences que tout le monde semble ignorer!

Sans nom1

5 – Parce que c’est super rebelle

C’est un argument comme un autre après tout…
Si l’on peut prendre le nom de son conjoint « parce que c’est trop mignon » alors on devrait garder le sien parce que c’est badass!
10 ans de mariage et cela doit faire depuis la naissance de Pépin que l’on ne me gonfle plus partout avec le fait que j’ai fait mon anarchiste en gardant mon nom. Cela a donc fait 7 ans de combat, si je ne m’abuse.
7 ans à me voir demander mes papiers de divorce quand je réclamais mon nom à la CAF/CPAM/impôts/banque.
7 ans à devoir subir la banque qui m’assure que je ne peux pas contracter de prêt en mon nom propre si je suis mariée.
7 ans à m’entendre dire que non non, ce n’est pas possible de garder son nom madame, désolée, on vous laisse celui de votre mari sur nos papiers.
Ou encore à entendre la notaire m’expliquer tous les risques inconsidérés que je prends en m’entêtant à porter mon nom de naissance « non mais vous vous rendez compte si vous allez dans un pays étranger seule avec vos enfants? Vous ne passez pas la frontière! » Alors partant de là, leur père non plus, dans la mesure où nos enfants portent nos deux noms (et quoi qu’il en soit, on a un document merveilleux qui s’appelle le livret de famille et qui prouve nos liens de parentés…)
C’est super rebelle parce que de toute évidence, même en 2018, même 5 ans après la Loi autorisant le mariage homosexuel (cela a un rapport: dans un couple de deux hommes ou deux femmes, peut-on m’expliquer à qui l’administration va donner d’emblée le nom de son mari?), la société française n’est pas prête à accepter qu’une femme puisse faire le choix de garder son nom sans être traitée de féministe subversive ou d’hystérique (combien d’hommes ont-ils été traités d’hystériques pour avoir voulu récupérer leur nom après qu’on leur a donné celui de leur femme? Certes, aucun… Mais imaginez si cela arrivait…)

Bref. Le point positif, c’est que je note néanmoins une avancée sur le sujet.
J’ai fait renouveler mon passeport récemment. Je m’apprêtais à sortir l’artillerie lourde pour que l’on ne m’impose pas de nom d’usage ou le « mariée à » ou le « née… ». Mais je suis tombée sur une femme qui ne m’a posé aucun souci.
Au contraire, elle m’a félicité d’avoir fait ce choix, car il était très marginal… Elle avait fait le même 40 ans plus tôt (la warrior!) et on s’est regardées d’un air entendu… On a fait le Vietnam du nom de famille, toutes les deux (elle, c’est une grande vétérante!)
En temps normal, cela soulève tout de même des interrogations. Mais j’ai peu l’occasion d’évoquer le sujet, donc j’y suis beaucoup moins confrontée.
Enceinte, à chaque malheureux examen, j’avais le droit à « Alors, le nom du père c’est Machin, le nom de la mère c’est Bidule. Mais je vois que vous avez coché la case « marié », pourquoi? » On m’a conseillé d’abdiquer, de ne plus cocher la case « mariée », mais j’avoue que je pense qu »imposer ses choix et de ne pas faire de compromis, c’est permettre de faire bouger les choses, à son petit niveau.

 

Bref, mon billet est terminé! 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

66 Discussions on
“5 bonnes raisons de garder son nom de naissance!”
  • Ton billet m’a bien fait rire 🙂

    Je ne suis pas mariée donc le problème ne se pose pas. Et je n’aime pas le nom de mon mari donc si mariage il y a un jour (ne jamais désespérer ahahaha) je garderai mon nom de naissance je pense. La seule chose que je trouve un peu nulle c’est que je ne porte pas le même nom que mes enfants, qui portent le nom de leur père (ça faisait un peu long de coller le mien à côté).

    A part ça, je suis d’accord avec toi à 100%.
    Ces histoires d’usage et de tradition me font une belle jambe. En plus mon nom de naissance tend à disparaître, il n’y a pas beaucoup de mecs dans la famille. J’espère que mon frère aura un garçon pour faire perdurer notre nom !

    • Mais s’il a une fille, le nom pourra perdurer aussi!! 😉
      Je comprends le besoin d’unité familiale, je me serais posée la question si nous n’avions pas donné nos deux noms à nos enfants (j’aurais aussi fortement insister pour qu’ils portent uniquement le mien! ^^)

  • Oui, oui, oui !!!! Moi aussi mariée depuis 10 ans et j’ai gardé mon nom de jeune fille comme « ils »disent encore à la campagne… Bizarrement ici cela choque/dérange plus mon entourage que les administrations, un peu comme si je n’assumais pas mon mariage ! Bref je n’argumente plus, quand mamie me demande quel nom elle met sur le chèque pour mon anniversaire et que je lui réponds « ben le mien ! » et qu’elle ne sait pas quoi écrire, je lui prends le stylo de mains 😉 (bon mamie à 93 ans, ceci explique aussi un peu cela…)

  • Bravo pour ce choix. Je ne compte pas me marier mais si dans l’hypothèse cela devait m’arriver, j’ai pris la décision depuis bien longtemps que je changerai pas mon nom ! J’aurais l’impression de perdre mon identité. Depuis toute ma vie, je m’appelle d’une façon et hop, dès mon mariage, je change ! Impossible.
    Je comprends donc tout à fait ton choix et je dois dire que je suis un peu abasourdie par tout ce que tu racontes. C’est dingue comme la société fait tout pour qu’on fasse tous pareil et c’est fou comme un truc si anodin (en tout cas pour moi c’est anodin – et même normal !) t’a causé des ennuis.
    En plus tu m’as fait rire donc bravo pour cet article !
    A plus !

    • Nous sommes d’accord. Je pensais aussi que c’était parfaitement anodin jusqu’à ce que le choix devienne concret et que les ennuis commencent.
      Je me dis que je n’ai pas eu de chances, mais tous les témoignages de femmes ayant fait ce choix rejoignent le mien (et je ne parle pas des hommes qui ont pris le nom de leur conjointe, ouhlalala!!!)

  • Ahh ! Ca m’a fait plaisir de lire ton témoignage qui est de plus très bien étayé de bases juridiques.
    Ce la prouve bien à quel point on se laisse influencer (voire presque écraser) par les coutumes, le sens commun. On ne peut pas réaliser le chemin qui reste à parcourir pour le féminisme, même sur des choses aussi simples et même primaires, comme le nom que l’on porte !
    J’ai été mariée pendant 25 ans et à l’époque j’avais naïvement pris le nom de mon mari (à 19 ans, j’était contente de me faire appeler Madame et de changer de nom).
    Lorsque nous nous sommes séparés, j’ai réalisé que je n’existais quasiment pas : Aucun justificatif de domicile à mon nom, aucune assurance de voiture, aucune mutuelle santé… j’étais juste « ayant droit », même si je payais tout. J’ai mis des années à retrouver mon identité.
    Je me suis remariée il y a 3 ans et je n’ai pas « pris » le nom de mon nouveau mari. Même si j’ai du prendre la peine de m’en justifier à plusieurs reprises, tu ne peux pas savoir comme je suis heureuse de porter mon nom de naissance. Parce que ce nom là, c’est vraiment MOI !

    • Oui c’est hallucinant… On n’y pense pas en se mariant (aux conséquences de ce simple petit choix), mais concrètement, la société a tôt fait de nous éliminer dès que l’on est mariées. C’est très symbolique je trouve. Et je pense que c’est pour cette raison que le choix de garder son nom est aussi mal vu encore (bien que cela évolue dans le bon sens). On se rebelle contre le patriarcat en faisant ce tout petit choix. C’est dingue!

  • Viens dans mes bras !!
    Je rajouterai un argument: dans le milieu professionnel, changer de nom en cours de carrière est complètement tordu et porter préjudice… va expliquer à tout ton réseau pro que tu ne t’appelles plus Machin mais Bidule. Tous ces gens avec qui on ne communique pas régulièrement et qui ne se souviendront plus de qui tu es quand tu les recontacteras 5 ans plus tard sous un autre patronyme, avec un autre email, etc…
    Si l’idée folle de nous marier nous venait, je crois néanmoins que je prendrai le nom de mon chéri , qui serait le nom de notre famille du coup, pour la vie quotidienne, ce qui simplifie quand même la vie d’avoir le même nom que mes enfants, notamment lorsque l’on voyage. Mais je garderai mon nom dans ma vie perso et pro !

  • C’est très féministe, mais si j’ai troqué mon nom de naissance contre celui de mon mari c’est pour deux raisons particulières. D’abord parce que mon nom de naissance est très laid, sujet à moquerie, donc j’étais ravie de pouvoir m’en débarrasser. Ensuite parce qu’il ne m’évoque rien de bon et que je préfère que mon mari que j’ai choisi devienne ma famille, plutôt que celle, toxique, que le hasard m’a attribué.

    • Cela se comprend tout à fait et c’est très respectable.
      J’ai un nom avec lequel je n’ai finalement aucune attache/racines (je pourrais en vouloir à mon père de m’avoir abandonnée mais il n’a que très peu fait partie de ma vie, la seule chose qu’il m’a léguée, c’est un nom original et des traits légèrement asiatiques…)
      J’ai une histoire particulière avec mon identité, en fin de compte. Mais je comprends que l’on puisse vouloir fuir son nom de naissance pour les raisons que tu évoques, c’est sans doute ce que j’aurais fait si cela avait été mon cas (bien que j’aurais tenté le changement de nom définitif, le nom de naissance restant le seul officiel)

  • Quand j’étais étudiante j’avais eu une discussion surréaliste avec un copain. Je lui avais dit que si je me mariais, je ne changerais pas de nom et devant son air choqué je lui avais rétorqué « et toi, tu changerais ? ». Réponse « CERTAINEMENT PAS ». Et ben voilà CQFD, pareil pour moi. Bon finalement je ne suis pas mariée et mes enfants portent nos deux noms, ça me convient très bien ! Bravo d’avoir résisté ^_^

  • je comprends tout à fait, je suis pas mariée, j’ai pas eu ce choix à faire, alors que j’aime pas particulièrement mon nom de famille (hyper commun). Mais quand j’ai eu des enfants ça a été juste une évidence qu’ils aient nos 2 noms, que mes filles s’appellent comme moi… le papa a été un peu surpris mais a obtempéré (enfin il était ok sans que ça ait vraiment d’importance pour lui jusqu’à ce que je propose qu’elles portent que le mien). Mais ce qui m’a fait halluciner c’est la réaction des gens autour de moi et de plusieurs amies qui non mariées ont souhaité ce double nom mais devant la réticence de leur cher et tendre ou parce que ça faisait long ou parce que ça se faisait pas m’ont avouées avoir abandonné. Le nombre de fois où l’on m’a demandé pourquoi? Comme si ce choix était hyper marginal… Alors du coup je suis pas du tout étonnée par ton post, et je suis tout tout fait d’accord avec toi, c’est par ces « petits » que les choses avanceront parce que l’air de rien j’en ai entendu aussi des « j’aurai pas du céder, j’aurai du oser… »

    • Ha oui c’est fou…
      Alors que la Loi est de leur côté, les deux noms sont un peu devenus « la base » aujourd’hui. En cas de désaccord, les enfants portent le nom de leurs parents par ordre alphabétique (je pourrai faire un autre post tiens! :-))

  • J’adore ! j’ai divorcé aussi, heureusement je n’avais pas eu le temps de faire refaire mes papiers… autant te dire que lors de mon deuxième mariage je me suis jurée de garder mon nom, auquel comme toi je suis attachée pour plein de raisons. Ça ne me dérange pas que l’école m’appelle Madame lenomdemonmari, c’est plus simple pour eux, mais sur mes papiers, pour l’administration, au boulot, c’est MON nom !

    • Voilà, pareil. J’ai mis de l’eau dans mon vin pour la belle famille par exemple, ou pour les trucs sans incidence (genre le plombier qui tient à m’appeler par le nom de mon mari, bah, je ne vais pas lutter…).

  • Je ne me suis jamais dit que je garderais mon nom si je me mariais. J’estimais que si l’on décide de s’investir dans un contrat, autant le faire jusqu’au bout. Cependant, je ne savais qu’il était difficile de récupérer son nom.

    • Mais pourquoi le contrat stipulerait que la femme doit nécessairement disparaître derrière l’homme?
      Pourquoi pas l’inverse?
      Le contrat du mariage stipule que les époux se doivent fidélité, assistance, respect, etc… Ce sont de belles valeurs. Changer de nom d’usage au profit de l’autre me semble assez archaïque (dans le contrat j’entends. Si c’est un choix, aucun souci).
      Et quid si tu te mariais avec une femme? Qui prendrait le nom de l’autre? Le contrat du mariage n’a rien à voir avec le nom selon moi! 😉
      et en plus, oui, c’est difficile à récupérer! :p

  • Ahhhh mais ouiiii !
    Nous cela fait 20 ans qu’on est marié et cela fait 20 ans que je fais ma rebelle
    En 98 donc j’ai bien voulu enfiler ma belle robe blanche mais il était hors de question que je devienne « Madame prenom du mari et nom du mari » car souvent, en.plus de nous retirer notre nom, on nous affuble aussidu prénom de Monsieur.
    Je n’ai jamais compris le kiff de certaines « trop fières  » de porter le nom de leur cher époux mais si cela leut fait plaisir, pas de souci. C’est juste pas pour moi !
    En revanche mon cher et tendre trouvait dommage que nous ne portions pas le même nom que nos enfants

    Du coup on a chacun fait une concession : on porte TOUS LES DEUX (et nos enfants aussi donc) le.double nom.
    De mon côté, il y a 20 ans, j’ai eu droit à quelques sobriquets : tu es féministe dis donc (comme si c’etait grave …)
    Mais alors lui, il a aussi dû s’imposer car il faut avouer que ces Messieurs ont parfois du mal à envisager de faire ce que leurs épouses font depuis des lustres
    Bref aujourd’hui on vit avec ce double nom et on va bien

    • Il y a 20 ans, vous étiez sacrément avant-gardistes, bravo!!
      J’imagine comme cela a dû être difficile à imposer mais cla doit être plus facile aujourd’hui non? Je trouve que les mentalités évoluent (les administrations moins malheureusement! ^^

  • Bonjour,

    C’est un super article.. j’ai beaucoup aimé le lire. Je me suis dit que si je savais que je pouvais garder mon nom de famille, si je mettais poser la question avant de me marier, j’aurais garder mon nom de famille et mis les 2 pour les enfants.
    mais il est vrai qu’on ne se pose pas la question lorsqu’on se marie, c’est « naturellement » que la femme prend le nom de son mari.

  • J’ai adoré ton billet, et c’est très important de partager ce genre d’expériences, celles qui font bouger les lignes !
    Toute jeune, je savais déjà que je ne voulais pas « changer d’identité » si je me mariais un jour. Les mots me semblaient trop forts. Cela peut vouloir dire pour certain·e·s quitter ses racines, son histoire, ce n’est pas juste quelques lettres et on s’en rend vite compte lorsqu’on fait ce contre-choix (qui n’est pas tant que ça un choix on le voit très bien dans la réalité). C’est toute l’histoire de notre société patriarcale que l’on fait suivre.
    J’ai bêtement pensé qu’on avait cette possibilité de choisir ou non. Car en théorie comme tu le dis, le mari peut faire le choix celui de son épouse. Donc, nous nous sommes mariés et je n’ai fait aucune paperasse comme je ne voulais pas changer de nom. Logique !
    Mais l’administration s’en charge pour nous « c’est automatique Madame »… et toutes les galères qui s’en suivent.
    – La CB mal imprimée, les places de concert irrécupérables, forcément avec une pièce d’identité différente. Le chéquier aussi, ça va avec !
    – Même mon prénom disparaissait sur le courrier, il ne restait plus que le Mme. Une ombre, qui aurait pu être une autre personne, on voyait juste que j’étais une femme mariée. Plus d’identité propre.
    – Il y a aussi les voyages à l’étranger où il faut que je justifie être la mère de mon fils (né en 2003, mon fils ne pouvait porter qu’un seul de nos deux noms). Cette année, j’ai déplacé des montagnes pour faire ajouter mon nom en nom d’usage à mon enfant. J’ai eu la chance de pouvoir le faire car le père a « accepté » mais ce n’est pas toujours le cas. On imagine le nombre de situations, où la personne détenant cette autorité gèle le droit de l’ajouter. Pourquoi faut-il l’accord de l’autre parent, l’enfant n’aurait-il pas droit avant la majorité que le nom de ses deux ascendants soient inscrits sur ses papiers d’identité ! Sachant que ce n’est pas un nom de naissance mais un nom d’usage. On ne parlera même pas de l’ordre, dans la majorité des cas, le nom de la mère est en deuxième position, prête à sortir des précieuses cases lorsqu’il faudra épurer pour l’arrivée d’une nouvelle génération. Il faut aussi lutter pour ça. C’est évident vu la proportion que ce n’est pas la phonétique qui l’importe. Ou sinon les hommes porteraient des noms qui sonnent mieux…
    J’ai quand même sabré le Champagne, quand j’ai vu mon nom écrit sur sa pièce d’identité. Et je ne regrette pas ces 15 rendez-vous à la préfecture et les demandes au père de remplir les papiers. C’était important pour lui aussi, en tant que futur homme, mari, de voir que ce n’était pas juste.
    – Aujourd’hui divorcée, ce nom que je n’ai jamais porté traine toujours comme une piqure de rappel.
    C’est un geste fort de garder son nom lorsqu’on est une femme mariée (l’inverse ne se pose pas), c’est allez contre le courant. Devoir expliquer/justifier à tous pourquoi on le fait. Je me rends compte adulte que c’est militant, et que c’est un choix qui tend à plus d’égalité.
    Ravie d’avoir découvert ton blog, à très bientôt !

    • Ca, c’est certain que si c’était seulement une question d’esthétique, un nombre égal de femmes et d’hommes changeraient de nom au profit de celui du conjoint.
      Et il faut une certaine dose de courage pour ne pas abdiquer, je m’en suis rendue compte assez rapidement après notre mariage.
      Un choix que je pensais anodin, sans conséquence, et qui s’est révélé très compliqué. Mais ne lâchons rien!! 🙂

  • Mon commentaire va rejoindre beaucoup d’autres : moi non plus je ne compte pas prendre le nom de mon conjoint. Je ne sais pas si l’on va se marier, mais quoi qu’il en soit, je garderai mon nom de famille, ou j’accolerai celui de mon conjoint. Dans le cas où la question des enfants se présente, ce sera nos deux noms accolés,
    Ce n’est pas tant pour être rebelle que pour tous les tracas que ça engendre. Je trouve que ça n’a aucun sens de prendre le nom d’un autre, même si je respecte le choix de celles et ceux qui le font (et je comprends que certaines et certains le souhaitent). On perd une partie de notre identité propre, et je ne conçois pas le couple comme une fusion. Je le conçois comme la collaboration et la complicité de deux êtres qui se complètent.
    Enfin bref, chouette article 🙂 !

  • Premier comment aire pour moi bien que je te lise depuis des années 😉
    J’ai eu un soucis un jour avec la police : ok j’étais au téléphone au volant, ils m’ont arrêtée et quand ils ont rempli la prune ils m’ont demandé mon nom de jeune fille, que j’ai complété en « nom de famille, Monsieur », ils ont cru que je me foutait de leur gueule et ont commencé à être menaçants : je leur ai dit que je n’avais qu’un nom de famille, celui reçu à ma naissance, que je n’étais pas mariée et que donc je n’avais qu’un seul nom de famille…. Ils n’ont pas aimé. Mais vu que c’était malgré tout logique, ils ont laissé tomber.
    Mais les préjugés ont la vie dure !
    Bref maintenant que je connais l’article de loi, je vais pouvoir faire ma maligne 😀

  • Cela fait 2 ans que nous sommes mariés et je n’ai toujours pas changé de nom. Au depart c’était plus par fainéantise, et maintenant je me pose la question de savoir si je veux vraiment ou pas. Ce serait beaucoup plus simple d’avoir le meme nom pour pas mal de choses, mais en meme temps j’ai l’impression qu’on m’enlève un bout de mon identité. Comme si Madame X, ce n’était pas moi mais un personnage. Pourtant je n’ai jamais aimé mon nom et aurais donné n’importe quoi il y a quelques années pour le changer. Ce doit etre le coté rebelle 😀

  • Je me suis souvent demandée ce que les hommes en pensaient? Le mien, en tout cas, m’a souvent dit «dans tous les cas, je ne t’imaginerais pas changer de nom, c’est Miss N. dont je suis tombé amoureux, je ne me vois pas t’appeler autrement». Outre son avis (mais qui le lui a demandé d’ailleurs? ;)) je suis vraiment contre, personnellement. Je ne vois pas du tout le but, ni l’enjeu, sauf bien entendu à se défaire d’un nom qu’on déteste pour X raisons. Je ne comprends pas vraiment l’idée d’avoir le meme nom que ses enfants, et encore moins de vouloir former un tout avec quelqu’un. En l’occurence, mes filles portent nos deux noms, et le mien en premier parce que ça sonnait mieux. Ça m’était pas mal indifferent, mais je me suis dit que ce serait peut-être plus facile, pour voyager notamment. Mais qu’elles portent mon nom ou non, ça n’enlève rien au fait que ce sont mes filles, ça n’enlève rien à l’amour que je leur porte. Et concernant mon conjoint, nous sommes deux personnes distinctes. Pourquoi prendre le nom est-il vu comme une preuve d’amour? Et que font-ils pendant ce temps, tous ces hommes, pour prouver leur amour? J’en profite pour rappeler – j’adore le dire – qu’ici au Québec on ne peut pas prendre le nom du conjoint ou de la conjointe. Il n’est donc vraiment pas rare d’être Madame T., la maman de Simone H. (Simone est un prénom assez répandue ici pour les petites filles, #retro).

    • Comme quoi, les traditions diffèrent selon les cultures! Il me semble qu’au Québec, ils sont plus en avance qu’en France sur les questions d’égalité! 🙂
      Oui, ‘est la réflexion que je me fais aussi, si prendre le nom de son mari est une preuve d’amour, mais alors comment font-ils, eux?
      Pour les enfants, je trouve ça chouette qu’ils aient les deux. Ma grande porte le nom de Mii (son père adoptif) et celui de son père biologique (dans cet ordre), comme tu dis, elle n’en est pas moins ma fille. Son nom porte son histoire.
      C’est aussi tout l’enjeu, prendre le nom d’un autre (outre, comme tu dis, pour se débarrasser d’un nom que l’on déteste) c’est aussi perdre une partie de son histoire. Le patriarcat se cache dans ce genre de détails je trouve…

  • Bonsoir, ah justement je parlais de ce sujet récemment. Je suis mariée depuis 6 ans et j’ai choisi de ne pas prendre le nom de mon mari. Sauf que la banque, qui est aussi assurance a changé mon nom, sans me demander mon avis. J’ai eu récemment besoin d’une attestation d’assurance , j’ai donc demandé à ma banque de rétablir mon vrai nom. Ce qui a été rapidement effectué. Par contre sur l’attestation, c’est indiqué que je vis chez monsieur monmari ! Comme si la maison était plus à lui qu’à moi. Ça m’a mis en rogne !!
    Bref, merci pour cette petite lecture sympathique, je vois que je ne suis pas seule à devoir justifier mes choix !

  • Je me suis mariée il y a 3 mois et je prend le nom de mon mari parce que lorsque je me suis mariée la première fois, j’avais pris le nom de mon époux pour me débarrasser de mon nom de naissance. Je n’avais aucune envie de le garder pour des raisons personnelles. Quand j’ai divorcé, j’ai gardé le nom de mon ex mari en nom d’usage pour avoir le même que mon fils. Je prend le nom de mon nouveau mari car je ne veux toujours pas de mon nom de naissance et que je ne me vois pas garder le nom de mon ex mari marié à un autre. Et puis je suis fière d’être son épouse même si je comprends tout à fait ton point de vue…

    • Je comprends. Il y a aussi de très bonnes raisons de changer de nom, mais comme je le disais plus haut, je trouve dommage que seules les fmmes se sentent autorisées à le faire (voire obligées pour beaucoup), alors que les hommes peuvent aussi prendre le nom de leur épouse en nom d’usage…
      Je suis fière aussi d’être l’épouse de mon mari, mais je ne trouve pas que prendre son nom en soit une preuve (il ne prend pas le mien, a t’il honte? ^^)

  • Je suis en plein divorce….et je sens que ça va être galère…de retrouver ce nom de naissance. Je regrette tellement…
    Bien-sûr on pense pas à tout ça quand on se marie…..
    Et du coup je n’aurais plus le même nom que mes enfants ce qui me chagrinent bcp…et risquent d’être contraignant (notamment pour partir à l’étranger comme tu le dis….).
    Est-ce que je peux encore faire accoler mon nom au leur pour qu’ils portent les deux ?? (au moins sur le papier si ils n’ont pas envie de changer au quotidien…).

    (et c’est qu’un tout petit souci parmi tant d’autres …)

    • Cela dépend leur année de naissance. Et il me semble que le père doit être ok, mais j’ai déjà entendu parler d’une telle démarche (accoler les deux noms pour un enfants, longtemps après leur naissance).
      Je te conseille de demander à ton avocat ou d’aller à la permanence juridique du TGI de ton département (c’est gratuit).
      Par contre, toi tu peux demander à garder le nom de ton ex si tu le souhaites, mais là aussi, il doit être d’accord…
      Je te souhaite beaucoup de courage <3

  • Cela me rappelle quand j’ai dit à ma « belle-mère » (entre guillemets vu que je suis pas mariée) que je préfère garder mon nom de naissance et qu’elle m’a répliqué: « Bah dans ce cas autant ne pas se marier! ». Comme elle est normalement aussi convaincue de l’égalité des droits, j’étais choquée mais je suis d’accord avec cet article: j’ai envie de me marier mais jamais je ne changerais mon nom unilatéralement (à la rigueur si mon mari veut aussi prendre mon nom ça peut se discuter).

  • Pour ma part j’ai décidé de prendre le nom de mon mari en tant que nom d’usage pour plusieurs raisons : j’ai l’impression de former une vraie famille, son nom est très joli et aussi parce qu’il est citoyen du pays où on vit (le Japon) donc c’est plus pratique de me faire appeler comme ça plutôt que les gens me fassent répéter. Par contre j’adore mon nom français et je suis fière de le garder sur mes papiers.
    En passant, tu m’apprends qu’on dit « nom de naissance » maintenant. Je ne suis pas partie de France au XVIIIème siècle mais il y a 6 ans on disait encore nom de jeune fille et ça ne me choque pas du tout de continuer à l’employer.

    • « Nom de jeune fille » n’est choquant que par ce qu’il renvoie au statut dévalorisé des femmes non mariées…
      Il n’y a pas de « nom de jeune garçon ». Ce n’est qu’un détail, mais le diable se cache dans les détails 😉
      Qu’on l’utilise dans le langage courant ne me choque pas plus que le « mademoiselle ».
      En revanche, je trouve important qu’il disparaisse des formulaires administratifs, symboliquement, c’est un pas de plus vers l’égalité.
      Quant au nom de famille, j’aurais pu prendre celui de mon mari s’il avait été vraiment très beau. Mais je trouve le mien plus chouette que le sien, sans toutefois avoir réussi à le convertir.
      L’object de mon billet est plus d’informer sur la possibilité encore trop méconnue de garder son nom si on le souhaite, plutôt que de convertir tout le monde à mon modèle! 😉

  • Pour moi ça a été un choix conscient, grâce à quelques cours de droit pendant mes études 😉 Très franchement, les difficultés administratives que tu évoques sont une raison suffisante pour me convaincre d’utiliser le nom de mon mari ! Quand nous nous sommes mariés, cela a impliqué trois pays (le mien, celui de mon mari et celui ou nous résidions) et j’aurais été maso de me rajouter des difficultés. Presque dix ans plus tard j’apprécie la simplicité de porter tous le même nom. Pour moi, je n’ai pas « pris le nom de mon mari » mais nous avons « choisi le nom de notre famille ». D’ailleurs, sur beaucoup de nos documents, c’est lui l’ayant droit et seul mon prénom apparaît 😉

    • Si cela vous convient, tant mieux.
      Je trouve néanmoins regrettable qu’en 2018, le simple fait de souhaiter garder son nom soit encore autant un problème pour une femme.
      Niveau parité et égalité hommes/femmes, on est loin d’être au top tout de même.
      Tu vas me dire « ce n’est qu’un détail ». Hé bien non, j’ai vécu ce parcours du combattant comme une violence, et j’ai refusé de plier.
      On m’a beaucoup reproché de « faire ma chieuse » mais merde, dirait-on cela à un homme? Qu’il fait « son chieur » parce qu’il veut user de son nom tranquillement après son mariage? Non. Je ne suis pas une hystérique, je veux juste faire valoir mon droit à garder mon identité, ce qui est important pour moi (sans doute autant que tous ces gens qui veulent avoir un fils pour « transmettre le nom ». Qu’on ne vienne pas me dire que ce n’est pas important. Ce n’est simplement pas admis que la femme fasse un choix et s’impose. C’est hyper symptomatique.

      • Tout à fait ! Je me demande le nombre de personnes qui, comme moi, ont choisi surtout la simplicité. Si nous gardions, sur tous les papiers officiels, automatiquement notre nom de jeune fille, je ne sais pas si nous serions si nombreuses à écrire partout pour faire valoir notre droit au nom d’usage…

  • Le jour de mon mariage civil, la maire qui nous mariait m’a donné avec les actes d’état civil une copie du texte de loi que tu cite, en me disant: prendre le nom du mari n’est qu’un usage, aucune nécessité de le faire si on en a pas envie.
    Je le savais déjà, ayant de longue date vu ma mère batailler avec diverse administrations (et perdre, le plus souvent) pour conserver le sien.
    Me mariant à 30 ans passé, mon identité construite sur mon nom de naissance, changer n’avait pas de sens (par contre, transmettre le nom rare de mon mari au lieu du mien qui est fort courant en a un, nos enfants ne portent donc que le sien)
    Et donc je bataille. Avec la banque « ben oui mais mon logiciel il veut pas ». Bon, ben celui du concurrent veut bien, c’est une raison de plus pour accepter leur offre de prêt bien plus basse. J’avais du leur expliquer l’absurdité d’une carte de paiement ne correspondant à aucune de mes pièces d’identité pour avoir gain de cause avec la première… en restant mlle sur leur base du coup.
    Avec la CPAM (jamais réussi), ce qui me vaut régulièrement d’être appelée 2 ou 3 fois dans les salles d’attente, le temps que je réagisse.
    Avec les impôts (bataille gagnée brièvement lorsque a l’occasion d’un rappel de non paiement je leur ai répondu « je suis autant propriétaire que mon mari, mais c’est son nom seulement sur le courrier, j’ouvre pas son courrier, lui non plus visiblement, mais les impôts c’est moi qui les paye ». Pendant 2 ans j’ai eu gain de cause, je crois qu’il va falloir que je refasse un courrier.
    A mon travail aucun problème.

    La palme à je ne sais plus quel service, avec lequelle j’ai eu ce merveilleux échange:
    – madame Truc
    – Non, c’est Bidule.
    – Mais votre mari c’est Truc?
    – Oui, j’ai juste choisi de garder mon nom.
    – Ben vous êtes pas marié alors
    – Si
    – Alors lui c’est monsieur Bidule
    – Non, c’est Truc, et moi c’est Bidule. On a changé ni l’un ni l’autre
    – Vous savez que vous n’êtes pas obligé de changer de nom
    – ????…..

    On va continuer, a force, ils vont comprendre… et informer leurs fournisseur de base de donnée.

  • Que j’aime ces arguments juridiques !! Forcément 5 ans de droit ça marque. Je souscris à tout ce que tu dis car j’ai aussi gardé mon nom de naissance. J’ai écris un article la dessus au bout de 50e fois où on m’avait inscrite sous le nom de mon conjoint alors que je n’avais rien demandé !

    • C’est violent je trouve… En fait c’est la répétition qui est violente. Ca et le sentiment d’injustice quand en face, on refuse de te rendre ton nom!
      Et quand en plus on vient te dire « oh c’est bon, ce n’est qu’un nom » ben oui, alors rends moi le mien! :p

  • hé hé… j’adhère complètement à tout ton billet. Pourtant, paradoxalement, j’ai adopté le nom de mon mari en nom d’usage, mais c’était pour passer de quelques homonymes sur les moteurs de recherche (en plus des filles toutes connues de google pour des trucs chouettes, une championne de karaté, une de voile, une grand chef cuisinier… mais sniff, rien me concernant) à zéro, mon mari portant un nom hyper rare en France. J’ai un peu publié professionnellement (après mon mariage), et au moins quand on googlise mon nom, on tombe exclusivement sur ma prose, rien d’autre.

    pour l’anecdote, personnellement j’ai arrêté d’essayer de me battre avec la sécu, eux ils persistent à me laisser le nom de naissance sur tous les papiers, alors que la mutuelle a changé tout de suite le nom, bah oui tant qu’à faire sinon ce serait trop simple (et pour la maternité, deux noms différents sur carte vitale et carte mutuelle c’est un vrai problème, notamment pour les avances de frais, et pour la carte de groupe sanguin qu’ils m’ont fait refaire X fois à chaque grossesse, jamais le nom qu’il fallait dessus…)

    • Ha oui je comprends, c’est aussi l’une des raisons pour laquelle j’ai gardé mon nom, le mien est original! :p
      Et je comprends très bien pour la CPAM/mutuelle.
      Je me suis souvenue que ce qui a réglé le problème, c’est de passer au RSI (en tant qu’entrepreneure), ils m’ont refait une carte vitale avec le bon nom (vu que je ne leur ai pas dit que j’étais mariée). Impossible de faire entendre raison à la CPAM (qui a l’air d’avoir le chic pour enquiquiner le monde en ne respectant aucun choix, dans un sens ou dans l’autre!)

  • C’est amusant, le nom de mon père étant totalement ridicule (il s’appelait Mabit, le T étant muet, mais bon), lui et ma mère ont pris le nom de ma mère, que je porte aussi du coup. Pourtant, malgré cette « bonne » raison, les gens font souvent des remarques quand ils l’apprennent…

    Autre avantage, le nom de ma mère est allemand, et se trouve être difficilement prononçable. En plus de ça, mon prénom comporte beaucoup trop de lettres valant 10 points au scrabble, ça donne un tout très dur a dire. Etant une grande timide, j’apprécie la quietude d’un nom que personne n’ose prononcer de peur de l’écorcher et de me blesser. Si si, ça marche vraiment ! Je suis à la fac, les profs n’osent pas m’appeler quand ils choisissent un prénom au hasard, c’est très pratique.

  • J’ai pris le nom de mes enfants en me mariant! Nous avons eu 2 enfants avant de nous marier et mon nom de naissance à été souvent écorché.
    Mais en faisant une reconnaissance de ventre (comme c’est laid ce terme), on s’est rendu compte que mon mari ne portait pas le même nom que son père, un accent a été perdu. Donc il faut que je me renseigne pour démarches afin de retrouver cet accent pour éviter des problèmes plus tard (chose qui est arrivé à mon oncle maternelle lors d’une succession). C’est un autre problème.
    Bisettes

  • Oups j’avais laissé passé cet article.

    On vient de refaire nos passeports et cartes d’identité suite à un changement d’adresse.
    Sur le mien il y a écrit
    Mme Nom de naissance – épouse M. Mari
    Et sur celui de mon mari
    M Nom de naissance – époux Mon nom
    Eh oui c’est possible. Très facile. Et la dame de l’Etat civil n’avait jamais été confrontée à la situation et était très curieuse de voir si ça passait sur sa machine. Ça passe sans pb. Et j’ai l’impression qu’avec les nouvelles procédures d’Etat civil (numérisation, etc.), ils ont plutôt embauché des gens qui ont été formés alors qui savent ENFIN de quoi ils parlent.
    On n’a même pas eu besoin de présenter le livret de famille ni d’acte de mariage car le nom d’époux/se est un nom d’usage.
    Moi ça me fait rire car souvent c’est mon mari qu’on appelle M. Mon-nom-à-moi !!
    Voilà, il n’y a pas de petit combat.
    La remarque de ton notaire me semble édifiante : change de notaire tout de suite !!
    😉
    Et je vais de ce pas lire les témoignages des unes et des autres sous ton article.
    Merci pour cet article,

  • Merci pour cet article. En me mariant, l’idée de changer de nom ne m’a même pas traversé l’esprit, ni celui de mon mari d’ailleurs. Je n’ai jamais compris cette convention sociale (dans d’autres pays, les femmes ne changent pas de nom et tout le monde trouve ça tout à fait normal), ni celle de l’alliance d’ailleurs (mais c’est une autre histoire) et comme on n’a pas d’enfant, l’histoire du nom ne pose aucun problème. J’ai comme toi un nom très rare et en plus je suis la dernière de ma famille à le porter. Il fait partie de mon identité depuis toujours et je ne me verrais pas en changer. A présent on me demande parfois mon nom de famille est celui de mon mari, ce qui ne manque jamais de m’étonner. On est tellement tradi en France!

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


quatre − = trois