Emmanuelle, ma coach « études »!

Je connais Emmanuelle depuis pas loin de dix ans. C’est l’une des premières blogueuses que j’ai suivi. J’appréciais la façon simple et philosophique qu’elle avait de présenter ses aventures et ses réflexions. J’ai eu la chance de la rencontrer plusieurs fois, confortant mes impressions virtuelles. Manu est une femme positive et forte, mais surtout une de ces personnes qui savent envoyer de bonnes ondes aux autres et les mener sur leur propre chemin.

C’est sans grande surprise que j’ai appris sa volonté de se réorienter pour devenir coach. Elle a repris ses études et a décroché brillamment son diplôme de coach à l’Université Paris 8 (Vincennes) et elle a lancé son activité il y a bientôt un an. Elle est devenue une brillante coach!

Elle m’a contacté pour me proposer deux séances de coaching dans le cadre de mes études. Concrètement, nous nous sommes appelées deux fois, pendant environ une heure, et elle m’a aiguillé sur des problématiques que je rencontre dans mes révisions.

La première séance de coaching

Le premier concernait la note de synthèse. J’ai beau en avoir fait plus d’une dizaine, je ne comprends pas encore très bien le principe de cette épreuve, du moins, la méthode me posait un gros souci et surtout, j’avais beaucoup de mal à me concentrer pendant 5 heures. Les seules NDS que j’ai réussi à finir correctement (et pour lesquelles j’ai eu la moyenne), je les ai réalisé en moins de 4 heures. Après une longue discussion, Emmanuelle a identifié un souci de concentration, ma capacité n’excède pas 3h30/4 heures. De ce fait, la simple perspective de devoir y passer 5 heures me bloque: je pense que j’ai du temps, je rêvasse, je m’ennuie, je baille, j’ai envie d’aller dormir et très rapidement, je perds toute concentration.

Manu m’a alors donné le conseil suivant: « écoutes toi, tu ne fonctionnes pas comme tout le monde, ta capacité de concentration est plus basse que la moyenne, alors tente de faire ta note de synthèse en moins de 4 heures. » J’ai expérimenté son conseil quelques jours après, lors des examens blancs. Je me suis fixée de terminer la NDS en 3h30. Le résultat a été assez bluffant: comme je pensais avoir très peu de temps, j’ai été particulièrement concentrée lors de l’épreuve. Au final, j’ai mis 4h45 car j’ai suivi une méthodologie assez rigoureuse (lecture du sujet, lecture du sommaire, lecture rapide, lecture approfondie…). Habituellement, je perds beaucoup de temps à dégager un plan, mais cette fois, en un quart d’heure, j’avais déjà une idée de comment organiser mes parties, essentiellement parce que j’ai réussi à rester concentrée jusque là et le travail s’est fait au fur et à mesure.

C’était un conseil assez simple, dans le fond, du pur bon sens. Mais cela m’a totalement fait changer ma façon de voir les choses. De « 5 heures, mon dieu, je vais m’ennuyer » je suis passée à « Mais qui m’oblige à y passer 5 heures? Allez hop, je boucle ça en 4 heures grand max et je sors de là! ». Cela m’a quand même pris quasiment 5 heures, mais mon état d’esprit était différent et cela m’a permis de rester concentrée et focalisée sur mon sujet, de ne pas divaguer et même d’y prendre un certain plaisir (cela reste une NDS, ne nous emballons pas…)

La deuxième séance de coaching

Lors de notre deuxième RV téléphonique, nous avons abordé un blocage que j’ai en rapport avec la mémorisation et l’apprentissage de mes cours. Elle a pointé du doigt que j’essaye de faire « comme les autres » ou comme je « crois qu’il faut faire » après avoir lu divers conseils… Au final, je n’ai pas vraiment de méthode et je me perds… Alors qu’il suffirait que je cherche ce qui a marché pour MOI et non comment les autres font (sans savoir, du reste, si ça leur est profitable ou non).

C’est en fait une question d’angle. Je me focalise sur ce que j’imagine devoir faire au lieu de faire, tout simplement. Je me pose mille questions, je ressasse l’éventualité d’un nouvel échec, j’appréhende, je ne me fais pas confiance… Alors qu’il suffit de voir la problématique sous un autre point de vue.

Mon expérience du coaching reste limitée. Néanmoins, j’ai trouvé que, à l’instar d’une boule à neige, cela permet de révéler ce que l’on sait être là en le remuant un peu. Cela m’a permis de lever un gros souci vis à vis de la note de synthèse. Mais aussi d’appréhender mes révisions avec moins de douleur et plus de fluidité.

Je ne connaissais pas vraiment le coaching avant que Manu en devienne une. Je me demandais quel est l’apport par rapport à une psychothérapie, par exemple. En réalité, l’enjeu est différent. Il ne s’agit pas de trouver la source du problème (enfin pas trop) mais de réussir à le résoudre. C’est très concret.

Les tarifs d’une séance vont de 80 à 120€, grosso modo, en fonction du mode de séance (par téléphone ou « en vrai », par exemple).

C’est une expérience que je recommande et qui peut s’adapter à tous les problèmes que l’on rencontre dans une vie. Au niveau familial (gérer les difficultés conjugales, gérer les conflits liés à certaines problématiques avec les enfants), au niveau personnel (lors d’une rupture, pour prendre confiance en soi…) ou au niveau professionnel (savoir demander une augmentation, quitter son emploi, trouver un travail…).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


neuf − = six