Childfree pour trois semaines

Cet été, pour la deuxième année consécutive, j’ai dû passer les deux mois à réviser comme une petite folle en vue de mon examen la semaine de la rentrée (cet examen est une torture morale, physique et intellectuelle, vous l’ai-je déjà dit?).

L’année dernière, j’avais passé le mois d’août chez Etincelle, un espace de coworking toulousain (le meilleur de tout ceux que j’ai testé jusque-là) pendant que mon mari s’occupait des enfants à la maison. Ils avaient passé le mois de juillet au centre de loisirs et on souhaitait qu’ils aient un bon mois de repos.

Cette année, dès le mois de février, Mii a commencé à me dire qu’il allait sans doute emmener nos enfants en vacances parce que ça le saoulait de rester une année de plus sans de « vraies vacances ». Je l’ai écouté d’une oreille en mode « mais oui, bien sûr, genre tu vas partir PLUSIEURS SEMAINES avec TOUS nos enfants… Je te crois, hahaha! ». Sauf qu’en réalité, il était sérieux. Les mois ont passé et je l’ai vu organiser ses trois semaines de papa solo qui emmène ses enfants en vadrouille. TROIS SEMAINES les gars! Cette perspective me laissait à la fois extatique (« Put*%$, TROIS semaines sans môme!!!! ») et assez inquiète (« Mon dieu, mes bébés tous ensemble dans une voiture… Les crashs, les tonneaux, les virages de montagne, haaaaaaa!!! »)

Mii est finalement parti avec nos trois plus jeunes enfants, me laissant Mouflette qui voulait se la couler douce sans frère et soeurs. Je n’étais donc pas tout à fait childfree, mais comme elle est souvent partie dormir plusieurs jours chez des copines, j’ai quand même eu de vrais moments absolument toute seule du matin au soir.

Passées les premières heures où l’inquiétude était à son comble après avoir fait les bisous d’au revoir, je me suis vite sentie très à mon aise avec des journées ininterrompues de quiétude totale. LE BON-HEUR!

J’ai pu bosser aux heures qui me convenaient sans repas à préparer, sans enfants à emmener ou aller rechercher, sans cris, sans dispute, sans demandes de câlins, bref, sans enfants quoi!

Tous les soirs, j’avais des nouvelles de ma petite tribu, ils s’amusaient bien, ils profitaient pleinement du temps rien qu’avec leur papa, j’entendais leur joie et leur excitation et le bonheur de mon chéri tout content de gérer comme un pro. Franchement, il m’a bluffé, il n’est même pas revenu fatigué ni rien, il était content (alors que moi j’aurais sans doute fait un burn out au bout de deux jours…)(il faudra que j’essaye un jour pour voir combien de temps je tiens! ^^)

J’ai passé trois semaines de pur bonheur dans un calme olympien. Je sais que ce n’est pas très politiquement correct… Les parents et plus particulièrement les mères ne sont pas censées être heureuses de se retrouver loin de leurs enfants… Je crois pourtant que c’est essentiel par moments, quand on le peut, de s’éloigner un peu. Avant d’être des parents ou des mères, nous sommes des êtres humains avec des besoins naturels de solitude grandement mis à mal avec l’arrivée des enfants… Je suppose que certains parents ressentent un manque dès les premiers jours et il n’y a rien de mal à cela. Mais cela n’a pas été mon cas et je n’en rougis pas non plus.

Quand ils sont revenus, j’étais tellement heureuse de les retrouver, d’autant plus que j’avais pu me ressourcer vraiment pendant trois longues semaines (qui sont passées bien trop vite… Tout passe trop vite quand on révise de la procédure pénale!). Ils sont rentrés depuis trois semaines et j’ai toujours un grand capital de patience que je n’avais plus avant leur départ… Je suis tellement plus disponible pour eux.

Je sais que cela n’arrivera plus avant un bon moment (sauf si on divorce ce qui n’est, j’espère, pas au programme) mais déjà, cette expérience m’a vraiment fait du bien. Il faudrait que je rende la pareille à mon mec maintenant parce que je ne sens pas le « grand capital de patience » chez lui depuis son retour! ^^

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

2 Discussions on
“Childfree pour trois semaines”
  • Que te dire si ce n’est que je ne suis que jalousie…ça ne m’arrivera pas avant le départ du plus petit qui a 3 ans ^^. J’ai envisagé le divorce d’ailleurs, pour avoir un peu la paix, mais décidément je l’aime mon homme alors…

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


trois − = un