Chronique Prix AUDIOLIB: « Là où chantent les écrevisses » de Delia OWENS


Dans le cadre du Prix Audiolib, j’ai dix romans à écouter afin de départager mes cinq préférés.

Les dix titres sont:

  • La soustraction des possibles de Joseph INCARDONA
  • Rhapsodie des oubliés de Sofia AOUINE
  • Là où chantent les écrevisses de Delia OWENS
  • Betty de Tiffany Mc DANIEL
  • Du côté des Indiens d’Isabelle CARRE
  • Nickel Boys de Colson WHITEHEAD
  • Le banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs de Mathias ENARD
  • Le poète de Michaël CONNELLY
  • Le consentement de Vanessa SPRINGORA
  • Taqawan d’Eric PLAMONDON

J’ai commencé par « Là oú chantent les écrevisses » de Délia Owens, lu par Marie du Bled.

Il s’agit de l’histoire de la jeune Kia, une petite fille qui, abandonnée peu à peu par tous les membres de sa famille, survit dans les marais de Caroline du Nord. « Une héroïne autodidacte et passionnée, une peinture saisissante de la beauté des marais et une enquête à suspens digne d’un Agatha CHRISTIE » nous dit la quatrième de couverture…

Ce roman est très prenant, je l’ai terminé en quelques jours, profitant du moindre temps libre pour avancer dans l’intrigue.

Kia est une petite fille qui vit avec sa famille dans les marais de Caroline du Nord. Elle n’a que 6 ans lorsque sa mère l’abandonne pour fuir son mari violent. En quelques mois, ses frères et sœurs suivent le même chemin, et enfin son père. La laissant seule, livrée à son sort, dans un environnement sauvage et hostile.
Elle arrive à survivre, elle grandit, elle tombe amoureuse de l’une des rares personnes qui viennent lui rendre visite… Et tout bascule le jour où l’un de ses amants est retrouvé mort dans le marais.

L’histoire de cette jeune femme recluse, isolée, mais non moins érudite, magnifique et brillante est tout à fait fascinante. L’écriture est belle, mélodieuse et poétique. Le style est très contemplatif. Tous les ingrédients sont réunis pour que ce roman me séduisent…

Mais tout bascule un peu dans la deuxième partie, le procès… J’ai adoré la première partie et la vie de Kia dans les marais. J’ai beaucoup moins apprécié le procès et le dénouement.

Les premiers chapitres s’articulent autour de la survie de Kia et d’une enquête policière autour d’un meurtre encore non élucidé. Les seconds sont courts et tiennent en haleine, juste ce qu’il faut… Tandis que les premiers offrent une vraie contemplation de la vie de la jeune fille dans son environnement, hostile dans un premier temps, puis apprivoisé petit à petit.

La deuxième partie du livre, exclusivement orientée sur l’enquête policière et son dénouement, m’a beaucoup déçue. J’ai trouvé regrettable qu’un livre qui commençait si bien se termine de manière aussi convenue…

Certains y ont vu une ôde au féminisme et si ce n’est la survie d’une femme seule dans un environnement franchement peu avenant, je n’ai pas tellement ressenti le côté militant… Ou alors, pas de la bonne manière.

Cela étant, je conseille cette lecture audio, car c’est une très beau roman, une ode à la nature, à la différence, à la force que l’on peut puiser dans celles-ci.
Et si la fin m’a un peu déçue, le livre entier m’a fait voyager et rêver et j’ai apprécié la lecture globale.

La narration par Marie du Bled est très agréable à écouter. Elle a une voix douce et profonde qui fait vivre chacun des personnages de la lagune.

Notation:

  • L’intrigue: 3/5
  • La narration: 4/5
  • Note globale: 3,5/5


Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

1 Discussion on “Chronique Prix AUDIOLIB: « Là où chantent les écrevisses » de Delia OWENS”

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


sept + = seize