Chronique Prix AUDIOLIB: «La soustraction des possibles » de Joseph INCARDONA


Dans le cadre du Prix Audiolib, j’ai dix romans à écouter afin de départager mes cinq préférés.

Les dix titres sont:

  • La soustraction des possibles de Joseph INCARDONA
  • Rhapsodie des oubliés de Sofia AOUINE
  • Là où chantent les écrevisses de Delia OWENS
  • Betty de Tiffany Mc DANIEL
  • Du côté des Indiens d’Isabelle CARRE
  • Nickel Boys de Colson WHITEHEAD
  • Le banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs de Mathias ENARD
  • Le poète de Michaël CONNELLY
  • Le consentement de Vanessa SPRINGORA
  • Taqawan d’Eric PLAMONDON

« A Genève,Sveltana, une jeune financière prometteuse, rencontre Aldo, un prof de tennis vaguement gigolo. Ils s’aiment mais veulent plus. Plus d’argent, plus de pouvoir, plus de reconnaissance. Leur chance, ce pourrait être ces fortunes en transit. Il suffit d’être assez malin pour se servir. Mais en amour comme en matière d’argent, il y a toujours plus avide et plus féroce que soi. De la Suisse au Mexique en passant par la Corse, Joseph Incardona brosse une fresque ambitieuse, à la mécanique aussi subtile qu’implacable. Pour le monde de la finance, l’amour n’a jamais été une valeur refuge. » Voilà le tesaer de la quatrième de couverture.

La soustraction des possible, comme l’indique son titre, en substance, est un roman absolument cynique qui nous emmène dans les pas des Golden Boys des années 80-90.

C’est l’histoire d’Aldo, gigolo pas très rigolo qui couche avec des femmes de millionnaires pour leur soutirer de l’argent.
C’est l’histoire de Svetlana, cadre bancaire ambitieuse et sublime.
C’est leur rencontre, leur histoire d’amour un peu glauque, les mensonges, les faux semblants.
C’est leur volonté de devenir riches plutôt qu’heureux. De ne pas se satisfaire d’une vie simple et joyeuse mais de se complaire dans la médiocrité de ceux qui ne jurent que par l’argent.

C’est un roman intelligent et très bien écrit, mais j’ai détesté 😅 Le côté ultra sardonique m’a complètement laissé de côté. Ce n’est pas une histoire triste, c’est l’histoire de gens sans intérêt. C’est un peu glauque et certains passages sont crus et dérangeants. Et c’est vraiment cynique x1000 😅
Ce n’est pas un mauvais roman, loin de là. Ça n’est juste absolument pas mon style de lecture.

Bref, si je n’ai pas vraiment apprécié le roman (qui m’a quand même tenu en haleine car je voulais connaître la fin, très décevante au demeurant) la lecture par Damien Witecka est extraordinaire! Il lit avec une voix débonnaire et nonchalante qui correspond à fond au style du bouquin. Et il m’a rendu l’écoute agréable. Je pense que c’est un livre que j’aurais abandonné si je l’avais lu moi-même mais que j’ai continué à écouter car merveilleusement porté par le comédien!

Notation:

  • L’intrigue: 2/5
  • La narration: 4/5
  • Note globale: 2,5/5

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

1 Discussion on “Chronique Prix AUDIOLIB: «La soustraction des possibles » de Joseph INCARDONA”

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


huit + huit =