Catégorie Ma life

Vivre de son blog, le gros tabou…

Je ne vais pas y aller par 4 chemins, je vis de mon blog, je ne m’en suis jamais cachée. Je ne gagne pas des mille et des cent, je ne suis pas devenue riche, je ne paye pas l’ISF… Mais les revenus générés par mon blog me suffisent et me permettent de travailler depuis chez et d’avoir un temps libre important à consacrer à mes enfants. Mon mari gagne

Lire la suite…

Et si on décidait de s’aimer enfin?

Je ne sais pas bien depuis quand je déteste mon corps… Depuis toujours sans doute, je déteste mon corps autant que moi-même. Dès le début de la pré-adolescence, j’ai honnis ce corps indigne, monstrueux, générateur de tant de sensations désagréables, tant de douleurs. Mon vécu est « particulier » et j’avais, en plus de la haine que beaucoup de jeunes filles ressentent, un dégoût profond pour moi-même. Cela s’est traduit chez moi

Lire la suite…

Clever

A quatre ans, je lisais couramment. A cinq ans, le fils du copain du moment de ma mère me persécutait tous les quinze jours pour que je fasse ses devoirs à sa place, il était en CE1, moi en moyenne section. En CP, j’étais dans une classe de trois niveaux, deux GS, 5 CP et 3 CE1. Après avoir fait mon travail avec les CP, je m’installais avec les CE1

Lire la suite…

Porter plainte

Cela fait des années que j’écris et réécris cet article, dans ma tête ou dans les brouillons de mon blog. Je l’ai écris et jeté une bonne vingtaine de fois, sans jamais réussir à le terminer. A voir si cette fois sera différente. Je parle parfois de mon vécu sur mon blog. Je ne vais pas mentir, ça me coûte à chaque fois. Je ne m’en rends pas toujours compte

Lire la suite…

Mes astuces pour organiser une chouette salle de jeux!

Lorsque nous avons emménagé dans notre maison (aka #projetruine), nous avons fait le choix de réunir nos deux plus petits enfants dans la même chambre afin de garder une pièce qui ferait office de salle de jeux. Choix globalement satisfaisant, sauf quand Pépin et/ou Noisette est survolté(e) et décide d’empêcher sa soeur/son frère de dormir pour faire la fête… De ce fait, nous avons une salle de jeux, une pièce

Lire la suite…

Les faire passer avant soi sans se sacrifier

Quand j’ai eu Mouflette, les conditions de vie étaient assez chaotiques… Pas matériellement (bien au contraire, je vivais plutôt dans l’opulence que l’inverse, avec un mari subvenant aux besoins du foyer) mais affectivement. Alors que j’avais passé ma grossesse à me dire que je devais me sacrifier pour qu’elle ait un père (si j’aimais encore ce dernier au moment de la conception, la grossesse l’a rendu si terrible que j’ai

Lire la suite…

Des bienfaits de la régularité

Je crois que je grandis… Un petit peu… Je n’ai jamais été quelqu’un de régulier, j’ai toujours plutôt eu tendance à être la reine de de la procrastination, du genre à repousser au lendemain ce qui peut être fait le jour-même et à me réveiller en urgence pour accomplir en deux jours ce que j’aurais dû faire dans le mois. C’était valable dans tous les domaines, pour l’organisation (inexistante), pour

Lire la suite…

Envisager son corps en pleine conscience

Volà trois mois que j’ai commencé à voir une diététicienne que j’ai trouvée sur le site du G.R.O.S, qui utilise une méthode dite « de pleine conscience ». Je ne l’ai vue que 5 fois, mais j’aime son approche et même si pour le moment, je n’ai perdu que 3 kilos, je sens qu’un changement s’opère en moi, très léger, mais également très positif. La pleine conscience demande un très gros effort

Lire la suite…

Accepter de s’aimer

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai une image de moi absolument déplorable, zéro self estime, mais une confiance en moi frôlant la mégalomanie… Cela semble paradoxal, mais après une analyse poussée de ma petite personne, j’en suis arrivée à cette conclusion. Je m’aime suffisamment pour tenter l’impossible afin de m’octroyer le droit de m’aimer. Mais je me déteste tellement que je me refuse sans arrêt le droit de réussir.

Lire la suite…

L’engrenage de la famille nombreuse

Quatre enfants, presque toujours, c’est quatre fois moins de temps pour effectuer quatre fois plus de tâches. J’ai de la chance, je suis à mon compte, je travaille à mon domicile, ce qui me laisse une énorme flexibilité afin de m’adapter à ma « petite » tribu. C’est une chance, la plupart du temps, mais parfois, souvent, le revers de la médaille est assez gratiné… Quatre enfants, une grande maison (à mon

Lire la suite…