Toulouse (Métropole) – Saint Jean (Saint Barthélémy)

 

(Mon titre, il claque trop!)

Bref, t’as compris, je vais te parler du trajet et de l’arrivée. Je suis sûre que ça te passionne (et si c’est pas le cas, bah, tant pis, je sais pas quoi te dire).

Je te passe les détails de la préparation du voyage. On avait déjà un passesport (et heureusement!), donc pas vraiment de formalité. On a besoin du passeport car on a fait une escale à Saint-Martin, dans la partie Hollandaise. Si t’atterris en Guadeloupe ou Martinique, en toute logiue, ta carte d’identité suffit.

Bref, nous avions notre avion pour Saint Martin le lundi matin à 10h30, mais comme il faut être 3 heures en avance à l’aéroport (pour une raison obscure), nous étions partis la veille de Toulouse, la première navette du lundi étant trop tard si on voulait réussir à choper notre avion.

Départ dimanche soir de Toulouse donc (après avoir laissé nos filles chez ma mère, et avoir un peu pleurer comme une crétine pendant le trajet « chez ma mère-Toulouse »), et arrivée une heure après à Charles de Gaule.
On s’est pris une chambre dans un hôtel tout près de l’aéroport (un Campanile, si tu veux tout savoir). On a dîné au Campanile (c’était pas bon), on s’est couché avec un sentiment étrange.
Etre à un endroit, un soir en se couchant, en sachant que le lendemain, on serait complètement ailleurs, ça fait un effet bizarre. Surtout quand on va à l’autre bout du monde ou presque.

Bref, le lendemain, on se lève à 6 heures, on ne prend pas de petit déj à l’hotel (12€/personne pour du cellophané, merci!), on prend la navette qui nous amène à Roissy et on va s’enregistrer.

Au comptoir, pas de bol, la nana veut peser nos bagages et celui de Mister Mii pèse trop lourd (genre de 2 kilos), il doit donc partir en soute. Bon, pas très grave, mais on avait pas pris de liquide exprès pour garder nos valises en cabine (on voyage léger).

On a ensuite 2h30 à tuer avant l’embarquement. On regarde les boutiques, je failli craquer sur un Premier Flirt de toute beauté mais Mister Mii m’en dissuade, on va petit déjeuner et on attend, moi sur internet en train de narguer les copines (promis, je referai plus!), Mister Mii lisant un journal pour ne pas s’endormir.

On embarque enfin (j’ai pas pris de photo de notre magnifique avion AirFrance, mais d’après Mister Mii, nous avons voyagé sur un Boeing (il a bossé pour Airbus, donc il aime pas Boeing). Pas de chance, on est sur l’allée centrale (la nana du comptoir a refusé de nous mettre sur les allées du côté, c’était un peu une connasse quand même), mais on a des écrans individuels! (hiiiiiiiiiiiii, c’est la première fois que j’ai un écran individuel dans l’avion, pourtant j’ai un peu voyagé quand même!!)

Dans l’avion, on regarde des films. Mister Mii s’endort, moi j’y arrive pas. J’enchaine SexFriends, Minuit à Paris et Black Swann.
On demande du Champagne, mais ils en ont pas (comment on est trop décus! On est un peu sur AirFrance et on a des habitudes de voyage assez haut de gamme, vois tu…)(Mister Mii avait voyagé en business pour San Francisco, ça laisse des traces visiblement)

On arrive sur Saint Martin, la jeune fille dans ma rangée, près du hublot, devient hystérique « haaaaa, on va atterrir dans l’eau, haaaaaa, qu’est ce qui se passe? ». Effectivement, depuis le hublot, on ne voit que de l’eau, la mer hyper turquoise et on a le sentiment qu’on va atterrir dedans. Mais en fait non, on atterri bien sur la piste (j’étais pas spécialement inquiète, en général, on atterri souvent sur la piste).

On sort de l’avion, une chaleur étouffante et moite nous saute dessus (pas moins!). Pourtant c’est assez nuageux. Ca me rappelle un peu le Cambodge, l’odeur épicée en moins.

On doit attendre notre correspondance pendant 4 heures. On arpente donc l’aéroport, on regarde les boutiques. Je suis très tentée d’acheter des Basic 3 temps à 60% mais je me retiens, je ferai ça au retour.
On essaye de deviner lequel sera notre avion. On flippe un peu parce que c’est des mini avions… Genre à HELICES quoi, sans moteur (enfin, sans réacteur du moins).

Après beaucoup d’attente, un enregistrement très space et un petit voyage en bus large. On se retrouve devant l’avion. On dirait un avion playmobile tellement il est petit!
On monte, on s’installe… On a vu dans le cockpit. Mister Mii s’amuse à imaginer ce qui se passerait s’il touchait aux boutons. Puis, dépité, remarque que ce sont les boutons de signalisation intérieure (genre « no smoking ») et que ça n’aura donc pas grande incidence. Il abandonne sa brillante idée.

On est tous bien installés, on voit les manoeuvres du pilote, c’est fun. Et on décolle. Un bruit de tous les diables (rien que ça) et on est carrément secoués. Je suis pas hyper à l’aise (perso, j’adore prendre l’avion mais ça me fait un peu flipper aussi). On survole la mer, c’est beau. On distingue des trucs dans l’eau, genre des requins si ça se trouve. Je préfère ne pas trop y penser.

On arrive sur l’île, c’est tout petit!

On atterri (c’est HYPER flippant!), on est tous vivants! Youhou!
La même chaleur moite qu’à Saint Martin, le soleil écrasant en plus. On attrape nos valises et on va chercher notre voiture de loc’. C’est une automatique (majorité d’américains pour le tourisme). On demande où est notre hôtel « Ha, l’hôtel Saint Jean, c’est juste après l’Eden Rock.Après l’Eden Rock -vous ne pouvz pas le louper), vous tournez à droite et vous y êtes!
Ok.

Sauf qu’on ne sait pas ce qu’est l’Eden Rock, donc on attend de trouver un gros panneau avec ecris « Eden Rock » dessus.

Mister Mii freine pour éviter de renverser un scooter qui tourne. Et on se prend un scooter par derrière. On est là depuis 10 minutes…
Pas de blessé, la voiture n’a rien, le jeune et son scooter non plus.

On ne trouve pas l’Eden Rock (on saura une heure après que c’est l’hotel sur le caillou, au bord de la route. Ha ok). Mais on trouve notre hôtel.

On s’installe. C’est cool!

(J’ai beaucoup blablaté mais j’arrive pas à m’empecher. Des photos pour te féliciter d’être arrivé au bout de ce billet!!)

Notre avion playmobile

Notre vrai avionDécollage

La baie de Saint Jean, à Saint Barth, avec le fameux Eden Rock

Notre "cottage" à l'hotel Saint-Jean

Demain, je te raconte notre premier jour (ouais, je vais t’ennuyer pendant une semaine avec ça, pis après, je te raconterai la fin de notre périple en Ibérie parce que je t’ai jamais raconté et c’est dommage.)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

14 Commentaires sur
“Toulouse (Métropole) – Saint Jean (Saint Barthélémy)”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


cinq × = dix