Doit-on parler d’argent à nos enfants?

Quand on a des enfants, on se pose parfois des questions sur les sujets à aborder devant eu ou non. Pour ma part, je pense qu’aucun sujet n’est tabou pour un enfant, à condition qu’il soit abordé avec décence et respect, tout en s’assurant d’adapter son discours à sa compréhension. Ainsi, à table, nous débattons régulièrement sur les sujets sensibles de la société, la religion, l’homosexualité, le sort réservé aux migrants, pas mal de politique ces derniers temps. C’est un moyen pour nous de confronter nos idées à celles de nos enfants, de leur permettre de développer leur esprit critique.
Une question que nous avons rarement abordé, néanmoins, est celle de l’argent.

C’est une question qui revient sur le tapis depuis quelques mois, mais nous constatons avec stupeur que nous aurions peut-être du en parler avant!
Mouflette, en pleine adolescence, rêve légitimement d’indépendance et d’autonomie. Elle nous parle régulièrement du jour où elle quittera notre foyer pour voler de ses propres ailes.
Parfois, on profite mesquinement de ses envolées lyriques pour lui rappeler le principe de réalité: si elle veut une chouette vie, mieux vaut qu’elle travaille bien à l’école pour espérer avoir un travail plaisant et suffisamment rémunérateur (les parents sont parfois très réducteurs, mais les parents s’en tapent).
Elle nous questionne alors sur le prix des loyers, sur le montant de nos revenus, les diverses dépenses courantes, etc…
Et elle tombe des nues.

Mouflette n’a jamais eu d’argent de poche. Quand elle a besoin de vêtements, je l’emmène au magasin, je fais attention aux prix mais ne lui en parle pas spécialement, elle ressort avec de quoi s’habiller pour la saison, ça lui semble normal et facile. Elle a un beau toit très confortable au dessus de sa tête. Elle est entourée d’enfants très privilégiés, comme elle. Et elle a donc une perception de l’argent et de la façon de le gagner très peu en accord avec la réalité. Elle a un peu d’argent sur un compte mais n’a jamais eu besoin d’y toucher. Quand elle a manifesté l’envie de passer son permis de conduire, nous lui avons offert pour son anniversaire. Quand elle a besoin de quelque chose, elle l’obtient sans le moindre effort, et sans se douter un instant des efforts que cela nous demande à nous, en amont.

Je n’ai jamais voulu que nos enfants se voient comme une charge pour nous, leurs parents. Je n’ai jamais voulu qu’ils manquent de quoi que ce soit, et je réalise aujourd’hui que ce n’était peut-être pas leur rendre service.
J’étais partie du principe que ma fille me verrait galérer et/ou m’en sortir et qu’elle ferait elle-même les conclusions qui s’imposent. Sauf qu’elle a grandi, et nous avons acquis un rythme de vie plutôt aisé sans qu’elle soit encore en âge de comprendre pourquoi ni comment.
Aujourd’hui, elle a 16 ans, elle baigne dans un milieu très privilégié où l’argent n’est globalement pas un problème ni pour elle ni pour ses pairs. Et je crois que le manque de discussion à ce sujet la fait flotter dans un monde idéalisé où chacun vit dans un cocon sans avoir d’effort spécifique à fournir.

Depuis quelques mois, nous discutons donc afin de lui faire comprendre les dures réalités de la vie tout en essayant de ne pas l’angoisser. C’est un challenge!
Essayer de lui faire comprendre qu’à moins de gagner en jouant à la loterie en ligne theLotter , elle va devoir travailler pour gagner sa vie, se payer un appartement, se nourrir, se payer des vêtements, des sorties, des loisirs, l’électricité, l’eau, les transports, etc, etc… Tout en lui assurant que la plupart des gens y arrivent relativement bien. Et que nous serons là pour l’aider dans la mesure du possible.

En parallèle, MissCouette commence à comprendre les rouages d’une économie rondement menée grâce à l’argent que lui amène la petite souris depuis qu’elle perd des dents… Elle a économisé un peu plus de 6 euros et elle est tellement fière de compter et recompter le nombre de « baguettes campagne » qu’elle va pouvoir s’acheter avec son petit pécule, qui lui semble être une immense fortune!
Régulièrement, elle nous demande si elle peut s’acheter une « baguette campagne » et on essaye systématiquement de la dissuader parce que bon, elle est petite pour se boulotter une baguette à elle toute seule en une journée… (on n’a pas très ben compris l’enjeu du pain pour notre cadette mais bon, son but ultime dans la vie est de s’acheter une baguette campagne…)

Sans titre 37

Bref, je crois que parler d’argent avec nos enfants est important, ne pas en faire un tabou ni un sujet de chantage (pas comme nous donc), mais expliquer le plus simplement possible comment on gagne sa vie, comment l’argent est dépensé ensuite, l’intérêt de faire des économies, le coût des choses, plus globalement…

Hop

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

12 Commentaires sur
“Doit-on parler d’argent à nos enfants?”
  • Nous sommes je crois une famille modeste mais je crois que malgré tout on ne manque de rien même si on ne peut pas toujours acheter ou faire ce qu’on voudrait quand on le voudrait.
    Mais quand l’autre jour l’empereur m’a demandé avec un air angoissé si on était pauvre ça m’a vraiment surprise. Je me suis dit que j’aurai peut être du plus dialoguer avec lui sur la question et surtout je me suis demandée ce qui l’ avait poussé à me poser la question.
    On a un toit, à manger, de quoi s’habiller, jouer, avoir une vie heureuse selon moi.
    La fille de Seb elle a tellement vu sa mère galérer quand elle vivait chez elle qu’elle ne parle jamais de plus tard sauf pour dire qu’elle a peur de devenir adulte, de vivre seule et de manquer d’argent.

  • c’est marrant, mes parents ont quand j’étais petite nous donnaient toujours 5 ou 10€ dans la chaussette à noël, j’ai économisé cet argent avec soir et à 12 ans je me suis acheté un ipod vidéo d’occasion (90€ quand même!) que j’ai donc traité avec énormément de soin puisque je l’avais payé par moi même, il n’était pas arrivé de nulle part! Vers 14 ans j’ai commencé à avoir de l’argent de poche et je pouvais en gagner plus en aidant avec les taches ménagères, en donnant des « cours » d’informatique à mon petit frère etc (mon grand frère s’est payé son premier ordinateur en aidant ma mère à monter des murs dans le jardin et en aplanissant le sol pour une extension de la maison) et pour les gros cadeaux de noël (ordi portable par exemple) une partie du prix sortait de notre poche…
    Honnêtement ça m’a plutôt bien préparée à gérer mon argent, je vis hors du foyer familial depuis maintenant 5ans et 1 seul dépassement lorsque la bourse est arrivée en retard… même si certains mois sont difficiles (lors de déménagements par exemple ou lorsque cette année j’ai du avancer les 600€ de frais de scolarité) j’arrive à prévoir que tout l’argent que j’ai n’est pas réellement disponible.

    • Merci pour ton témoignage! J4en prends note pour mettre en place de l’argent de poche pour mes aînées (MC va avoir 7 ans, mais elle est tellement au taquet avec ses pièces de la petite souris qu’elle me semble prête à gérer un petit budget!)

  • Mes filles sont encore jeune (9 et presque 12 ans), mais il y a 2 ans j’ai commence a leur donner de l’argent de poche. Pas grand chose, mais assez pour qu’en économisant un peu elles aient de quoi acheter quelque chose (a peu près 3 euro par mois). L’effet a été immédiat. D’abord elles ont rapidement arrêté de me « harceler » dans les magasins puisque ma réponse est systématiquement: « Oui tu peux acheter, mais avec ton argent ». Je continue a acheter pour elles tout le nécessaire, mais toutes les bricoles sont payees par elles et elles ont tout de suite compris la notion d’économie et de budget.
    Je refuse de payer les services du genre mettre la table et aider dans le jardin. Nous habitons toutes la meme maison et c’est a tout le monde de l’entretenir. Par contre je recompense les très bonnes notes. Nous espérons bien un bonus du patron si on travaille bien, c’est le meme principe pour elles.
    Sinon, leur argent de poche sert aussi a remplacer les uniformes égarés (j’habite a l’étranger et il y a un uniforme scolaire), et a part une cravate perdue il y a 2 ans, tout est toujours revenu a la maison.
    Je crois qu’introduire l’argent de poche a un age ou elles commencent a avoir des envies différentes des nôtres leur apprend des notions dont elles auront besoin plus tard dans la vie (budget, économie, l’obligation de payer certaines choses meme si on n’en a pas envie-aujourd’hui les uniformes perdus, demain l’élétricité, le loyer, etc). Ça nous permet de discuter d’argent avec des exemples très concrets et leur donne un peu d’indépendance (je n’intervient pas dans leur dépenses; elles choisissent comment elles dépensent leur argent)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


trois − trois =