Après la pluie, le beau temps! [IEJ Semaine 24]

Quand je me suis lancée ce défi un peu fou de reprendre le chemin de la fac et de tenter l’examen d’entrée à l’école des avocats, je savais que bien des obstacles me barreraient la route.
J’ai pris une décision mûrement réfléchie, en me laissant le temps de bien peser les « pour » et les « contre » et surtout en analysant tout ce qui pourrait venir m’empêcher d’atteindre mon objectif.

Parmi les points qui m’inquiétaient le plus, il y avait: L’HIVER!

Ca peut paraître complètement idiot, mais l’hiver a déjà fait de nombreux ravages chez moi, et il a souvent suffit que ma motivation ne soit pas à son comble pour que deux semaines de pluie et de froid me fassent totalement perdre de vue mes objectifs…
Il y a deux cas de figures:
– soit la motivation est au top niveau et l’hiver est une difficulté surmontable.
– Soit, au contraire, ma volonté n’est pas au point et c’est en hiver que je vais perdre mes moyens…

Ainsi, je redoutais l’hiver qui ne serait pas tant un terrible obstacle à l’accomplissement de mon projet qu’un indicateur parfaitement fiable de mon envie de réussir.
Or, je crois pouvoir affirmer que j’ai eu la peau de cet hiver!

Oh, il y a eu l’inévitable baisse de motivation… L’envie de rester sous ma couette a été particulièrement forte et il a fallu que je redouble d’efforts pour ne pas rentrer chez moi au chaud après avoir déposé mes enfants à l’école mais prendre le chemin des salles gelées de l’université (j’exagère un peu, mais il faisait froid, croyez-moi!)
Je n’ai pas été aussi prolifique que durant le premier semestre, j’ai vraiment senti l’effet « hibernation »! (Cela dit, il y a du progrès, je passais auparavant mes hivers à déprimer alors que j’étais de très bonne humeur cette année, j’avais simplement envie de regarder des films en buvant des chocolats chauds!)
Mais je me suis forcée à aller en cours, sachant que la moindre absence me ferait engranger un retard impossible à rattraper… Y aller, c’était certes faire le strict minimum, mais cela me permettait de rester à peu près à jour et surtout de ne pas décrocher.

Nous sommes fin février, on est encore en plein coeur de l’hiver, mais à Toulouse, le soleil commence à nous réchauffer petit à petit. On voit poindre le printemps. Et les quelques bourgeons éparses me redonnent de l’énergie!
Comme chaque année, j’ai eu mon irrépressible besoin de « ménage de printemps » (ça m’arrive aussi en septembre en général), j’ai rangé de fond en comble les chambres des enfants et la salle de jeux, j’ai fait le ménage à fond dans toute la maison, et je me suis sentie sereine ensuite, prête à déplacer des montagnes!

Cette semaine, les enfants sont en vacances mais moi non (ils sont au centre de loisirs du coup), j’ai des cours un peu tous les jours mais aussi pas mal de temps pour récupérer le retard accumulé durant les deux derniers mois. Je me suis fait un petit planning avec l’urgence à traiter et tout ce qui l’est moins mais reste important (le fameux tableau « Important et urgent/Urgent mais pas important/Important mais pas urgent/Ni important ni urgent » que j’applique depuis très peu de temps et qui se révèle très efficace pour gérer les priorités!).
En fin de compte, l’examen blanc de fin janvier m’a donné un coup d’accélérateur nécessaire et je me retrouve avec une charge de travail tout à fait raisonnable et rattrapable. Et avec ma motivation retrouvée, j’ai bon espoir d’être à jour d’ici début mars.

Sans tijtre 2

Il est encore un peu tôt pour se prononcer, mais je crois que j’ai vaincu l’hiver avec brio! Je ne suis bien sûr pas à l’abri d’un gros rhume qui me mettra KO ou d’une nouvelle vague de froid, mais la perspective du printemps qui approche à grands pas ainsi que le chemin déjà parcouru (quasiment 6 mois tout de même!) me laissent à penser que la période critique est derrière moi.
J’ai tenu bon. Ma volonté est à l’épreuve des balles! Et au delà de la fierté que j’éprouve devant le travail déjà accompli, je ressens un profond soulagement: j’ai eu raison de me lancer, je ne me suis pas fait défaut, je peux compter sur moi!

J’ai l’impression d’être au même carrefour de ma vie que lorsque j’ai repris mes études une première fois, en terminale. Comme si je bouclais la boucle, en quelque sorte… J’ai la même niak, la même rage combative, mais je suis tellement plus sereine et confiante… C’est plutôt comme si cette année de terminale était le négatif de ma vie d’aujourd’hui… L’équilibre a remplacé le chaos, la terreur a laissé place à l’apaisement, la peur à la sérénité, la douleur à la joie, les doutes à la confiance.
Je ne sais pas si je décrocherai cet examen, je ne suis pas devin, mais j’ai confiance en mes capacités, tant de travail qu’intellectuelles. Si j’échoue cette année, je réussirai l’année prochaine!

Et quoi qu’il en soit, ces six premiers mois m’auront appris bien plus que je ne l’aurais imaginé au départ.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

9 Discussions on
“Après la pluie, le beau temps! [IEJ Semaine 24]”
  • Chapeau !
    Oui, l’hiver n’est pas fini mais je pense quand même que le pire est derrière: ces putains de mois de décembre et janvier où on voit à peine la lumière du jour…
    Je trouve génial que tu transformes une « contrainte » en un « indicateur » : ça me parait un état d’esprit super positif tout en restant réaliste.
    Je te souhaite le retour du soleil au moins dans ton cœur ! 😉
    Et au fait, tu as eu tes notes de l’examen blanc ? (Curieuse je suis…)

  • Bravo pour ton optimisme et ta motivation! De mon côté, c’est l’été qui me fait l’effet que te fait l’hiver… 🙂
    Deux questions suite à la lecture de ton article:
    – où as-tu trouvé ton carnet de notes, celui de la photo? Il est trop chouette!
    – c’est quoi exactement ce tableau dont tu parles, l’urgent et l’important?
    Merci!

    • MErci!! J4appréhende aussi l’été, mais une chose à la fois! ^^
      Pour te réponde:
      – Le carnet de notes « Alice aux pays des merveilles » est en fait un agenda Moleskine, super joli, je l’adore! 🙂
      Celui avec les chats n’a pas de marque, je l’ai depuis environ 10 ans, je ne sais même plus où je l’ai acheté…
      – Le tableau c’est un tableau de management me semble t’il.
      Grosso modo, tu prends une feuille, tu fais une grosse croix au milieu (verticale/horizontale, pas en biais)
      Dans la case en haut à gauche tu mets « urgent et important » dans la case en haut à droite « Important mais pas urgent », dans la case en bas à gauche « urgent et pas important » et dans la dernière case, en bas à droite « ni urgent ni important ».
      Ca permet de ne pas s’embrouiller, d’aller droit à l’essentiel en catégorisant les priorités.
      Moi ça m’aide vraiment pas mal! 🙂
      Je l’ai trouvé sur le site de Vie de miette en téléchargement libre (mais je connaissais avant, je n’avais juste jamais mis en pratique)
      https://www.vie-de-miettes.fr/wp-content/uploads/2018/02/kit-entrepreneurs-creatifs.pdf (Le kit est très sympa par ailleurs! 🙂 )

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


cinq × = quinze